Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Au revoir Diamant


bibou
 Partager

Messages recommandés

Le 14 janvier, lorsque que nous avons quitté Bruxelles pour aller chez Béatrice, je savais que j'adopterais un petit caniche abricot appelé Diamant mais j'ignorais encore à quel point tu compterais pour moi.

 

Notre arrivée chez Béatrice a provoqué un tel remue ménage que tu t'es réveillé et j'ai vu ta petite frimousse. Je ne saurai jamais expliquer ce qui s'est passé en moi et j'ai su que ce serait une belle histoire d'Amour. Je me revois ne sachant plus dire que oh, oh, oh...

 

Tout le trajet de retour vers la maison, tu l'as passé sur les genoux de Jean et je t'ai fait plein de caresses. Nous t'avons présenté à la famille et d'emblée tu as été accepté. Bibou t'a fait un beau dessin en disant : le caniche c'est mon meilleur ami ! C'est vrai que sur toi, il ne s'est jamais fâché même quand tu piétinais et démolissais son circuit qu'il avait passé beaucoup de temps à construire.

diamant-et-ouf.jpg

J'ai très vite remarqué que tu ne voyais quasiment pas. Deux fois tu as carrément escaladé Ouf le malinois pour passer. Tu as partagé le premier repas avec tous les membres de la tribu et tes petites pattes glissaient ; je t'ai donc mis une carpette pour que tu sois à l'aise. Au moment d'aller dormir, je t'ai monté avec le panier que j'avais préparé pour toi et des journaux pour tes petits pipis.

 

Après la seconde nuit, il y avait des taches sur l'alèze que je t'avais mise et tu criais lorsque je voulais te prendre le matin pour te redescendre. Le vétérinaire t'a ausculté et fait une prise de sang. Il a diagnostiqué une bave hémorragique, un double souffle au coeur, et une hépatite chronique. Heureusement, tu n'avais pas d'urémie.

 

Une semaine après ton arrivée, tu as passé une journée dans ton petit panier sans vouloir manger ni boire. Le soir, tu t'es levé et tu es tombé les pattes avant ecartées, tremblant, ne sachant plus te relever. Nous te regardions impuissants, je n'osais même pas te toucher pour ne pas te faire mal. Tu as fait pipi sous toi et tu t'es relevé pour aller voir les plats dans la cuisine. Tu as mangé et tu t'es remis comme s'il ne s'était rien passé. Comme tu allais très bien le lendemain je n'ai pas voulu te ramener chez le vétérinaire qui t'avait fait si mal en te palpant la première fois.

diamant-et-noirpot.jpg

Le 18 février, tu es sorti de ton panier en rampant, les pattes avant écartées, j'ai essayé de te relever mais tu retombais. Je t'ai descendu et tu essayais encore de te lever, sans plus jamais y parvenir. Tes petits yeux qui ne voyaient pas étaient tournés dans ma direction demandant de t'aider mais j'étais impuissante. Je pouvais juste essuyer ton petit ventre mouillé.

 

J'ai pris la décision de t'emmener chez le vétérinaire en pressentant que je reviendrais sans toi. Dans la voiture, tu étais dans ton panier et plusieurs fois tu as tourné la tête vers moi comme pour être rassuré par ma présence et hypocritement je te disais en pleurant : ne t'en fais pas mon petit coeur, je suis là, je suis près de toi, ça va aller, alors que je savais que ça n'irait pas.

 

Le vétérinaire t'a posé à terre, a dit que tu avais fait une très forte attaque cérébrale et que tu ne t'en remettrais pas, en autre à cause de ton âge. Nous avons donc décidé de t'endormir pour toujours... Je ne t'ai pas trahi mon petit Diamant, je t'ai aimé et je t'aimerai toujours. Quand j'ai ramené ton petit corps sans vie, je me demande comment je suis rentrée à la maison, aveuglée par les larmes. Bibou t'a encore fait un dessin d'au revoir.

 

Je t'ai monté au grenier pour que tu sois au frais et les deux dernières nuits que tu as passées avant qu'un ami vienne te chercher pour l'incinération, je suis montée pour te faire des caresses et des bisous comme tous les autres jours. Je n'ai plus de panier à monter en allant me coucher, juste le souvenir d'un petit caniche qui me suivait à la trace en permanence, juste le souvenir d'un petit caniche qui me faisait une fête incroyable chaque fois que je rentrais, juste un petit caniche dont on avait pris l'habitude de rire des pipis légendaires en disant : un pipi... Encore ? Mais tu sais que ça pisse beaucoup les caniches !? juste un petit caniche adoré dont je garderai les cendres auprès de moi pour que nous ne soyions jamais séparés. Je t'aime.

 

Christiane

 

nos-repas-quotidiens.jpg

Modifié par Invité
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

bibou, je partage votre chagrin et quoique je dise cela ne changera en rien à votre chagrin.

mais j'ai pleuré en vs lisant & je pleurs encore : il y a qq années j'ai emmené vers la mort mon ptit "croque" et pendant tt le voyage & l'attente chez le véto, je lui disais " n'aie pas peur mon bébé, maman est là, elle te protège"....

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je suis très émue en lisant votre témoignage Christiane car j'y revois aussi ma petite Fripouille, et sa fin de vie.

Que c'est dur la fin de vie d'un animal, non, on ne les trahit pas en prenant la décision si difficile que vous avez prise...faire passer son animal avant son envie personnelle de le prolonger envers et contre tout est un acte de respect envers lui, un dernier acte d'amour malgré que ce soit tellement douloureux...

Bon courage Christiane...Je suis de tout coeur avec vous et les vôtres.

Dors bien Diamant...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

 Partager

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    • Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.