Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Vaccin piroplasmose marche à 100 %


FRANCINETTE
 Partager

Messages recommandés

Eric a emmené le petit canichou avant d'emmener Penny au vaccin contre la piroplasmose.

Ah oui trop peur, nous avons failli perdre notre cairn terrier de cette terrible maladie, et ce d'une manière fulgurante. Deux transfusions ont été obligatoires pour l'"en sortir ...

La vétérinaire lui a donc appris que maintenant le vaccin contre la piroplasmose était garanti 100 % de réussite (alors que jusqu'à maintenant il couvrait entre 50 % et 80 % du risque).

Par contre trois injections à trois mois d'intervalle au lieu de deux .

Voilà j'ai pensé bon vous en parler.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

PIROPLASMOSE CANINE

 

La piroplasmose du chien est une maladie due à un parasite du sang, le piroplasme, transmis par un arthropode très répandu en France : la tique. Longtemps localisée dans le sud de l'Hexagone, cette maladie s'est très largement répandue et atteint la quasi-totalité des départements français.

 

LA TIQUE -AGENT DE TRANSMISSION

Plusieurs espèces de tiques interviennent dans la contamination du chien par le piroplasme. Certaines vivent essentiellement en zone rurale : les espaces broussailleux, les lisières de bois, les grandes herbes en bordure des étangs, les buissons qui longent les sentiers sont leur habitat de prédilection. D'autres espèces ont un habitat plus citadin : on les retrouve dans les jardins, dans les anfractuosités de vieux murs, dans les terrains vagues, etc...

 

Pour assurer son développement et sa reproduction, la tique se nourrit exclusivement de sang qu'elle va prélever chez le chien (elle peut aussi se nourrir sur d'autres animaux et même parfois l'homme). Elle se poste à l'affût au sommet d'une herbe, d'un arbuste. Son attente peut être fort longue puisque la tique peut jeûner une année. Dès qu'un animal passe à sa portée, elle se laisse tomber dessus, s'accroche solidement à son pelage et gagne une zone où la peau est plus fine (dessus de la tête en particulier). Là, elle va enfoncer au travers de la peau un rostre très puissant ; cette piqûre semble tout à fait indolore pour le chien.

 

En quelques heures, la tique va se gorger de sang, tripler ou quadrupler de volume. Quelques jours après elle se détache, tombe au sol où elle va continuer son cycle de développement.

 

Chacun des stades (larve, nymphe, adulte) nécessite un repas de sang et donc un risque de contamination piroplasmique. L'infection piroplasmique de la tique n'entraîne aucun trouble chez elle et se transmet à sa descendance pendant plusieurs générations.

 

L'activité de chasse de la tique varie en fonction de la climatologie : un climat chaud et sec inhibe son activité. A l'inverse, douceur et humidité du printemps et de l'automne incitent la tique à se mettre à l'affût. C'est donc pendant ces périodes que les risques de contamination piroplasmique du chien sont les plus élevés.

 

LE PIROPLASME :

UN PARASITE DES GLOBULES ROUGES

Injecté par la salive de la tique, le piroplasme (il doit son nom à sa forme en poire) va pénétrer à l'intérieur des globules rouges. Il s'y multiplie et provoque leur éclatement. Les piroplasmes ainsi libérés vont à leur tour contaminer d'autres globules rouges provoquant assez rapidement une anémie (chute importante du taux des globules rouges dans le sang).

 

UN DIAGNOSTIC DIFFICILE

Un à deux jours après la piqûre de tique porteuse de piroplasme, apparaissent les premiers symptômes chez le chien.

Généralement, l'affection débute par une grande fatigue (le chien hésite à se déplacer et refuse toute nourriture) accompagnée d'une forte fièvre d'apparition brutale.

 

Dans certains cas, ces symptômes s'accompagnent de l'émission d'urine foncée, liée au passage de l'hémoglobine provenant des globules rouges détruits dans l'urine. En un ou deux jours, ces symptômes ; s'aggravent avec une atteinte du foie et surtout des reins (augmentation du taux d'urée dans le sang) ainsi qu'une intense anémie (les muqueuses de l'œil et des babines sont très pâles).

Sans traitement adapté, entrepris le plus rapidement possible, la piroplasmose peut être mortelle pour le chien. Il faut donc consulter votre vétérinaire dès les tous premiers signes de la maladie.

 

En dehors de ces signes classiques, la piroplasmose peut revêtir des formes très différentes : entérite et diarrhée, troubles locomoteurs (raideur du train arrière), convulsions (lors d'atteinte cérébrale), troubles respiratoires, etc... Pour confirmer le diagnostic, un examen sanguin est réalisé pour visualiser au microscope, la présence de parasites dans les globules rouges.

 

 

Tique femelle gorgée de sang

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'ai un de mes chiens et un chat (toujours les mêmes !) qui ont déjà eu ces sales bestioles et à plusieurs reprises ! j'ai acheté une "pince" spéciale... Les autres, pour l'instant, jamais ! Je ne sais pas pourquoi ! Bien entendu, j'ai toujours demandé de faire les vaccins spécifiques et, je croise les doigts, tout s'est bien passé. Mais si on a un nouveau vaccin plus performant, ce n'est que mieux !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité SCARLETT

J'avais failli perdre mon lab noir de cette maladie, non diagnostiquée par un veto, il a fallu le transfuser grâce à Glen, son pendant vanille ; Faust en est sorti mais a gardé des gros problèmes de santé jusqu'à sa pancréatite foudroyante. Glen a dû en faire une aussi mais était vacciné, comme je ne vais plus en Touraine (où il avait choppé cette maladie ) mes chiens ne sont plus vaccinés (le vaccin coûte cher) mais systématiquement, j'y pense. Les chevaux en sont victimes aussi, ma petite Chanel (qui venait de touraine) avait failli en mourir à l'êge de 3 ans, au box elle n'était plus auto-immunisée et le stress du débourage avait déclenché la maladie, qui est devenue chronique : manque d'état, accés de fièvre avec de petites coliques, donc piqûres de Carbesia faites par le veto qui m'avait prévenue d'une issue incertaine, l'organisme finissant par ne plus supporter le traitement ; Chanel est morte la veille de ses 5 ans, accidentellement; mon dernier souvenir est la chaleur de son corps et la pensée qu'elle avait droit à un nouvel accés.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ma véto est contre...

Pourtant, dans sa famille d'accueil, Utah a failli mourir à cause d'une piroplasmose: 4 jours en clinique sous perfusion...

Le vaccin est costaud... 3 injections...

Ma véto préfère que je surveille Utah et la protège bien (durant les périodes à risque) avec Frontline en spray.

Si jamais je me rendais dans le Sud ouest ou le centre de la France, elle me conseille, en plus, un collier efficace (Tiquanis, je crois) pas plus, enfin si, papouiller la toutoune à chaque retour de promenade. :wink:

Les zones dangereuses se situent surtout dans le centre de la France, le Sud Ouest et dans la baie de Somme et Berck (attention aux dunes).

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

 Partager

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.