Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Les différents types de crise d'épilepsie chez le chien


S.Rault
 Partager

<t></t>  

  1. 1. <t></t>



Messages recommandés

Les Différents types de crise

 

Chez les chiens comme chez l'humain, il y a 2 grands types de crises, les crises partielles et les crises généralisées :

Les crises partielles concernent une partie du cerveau et ont donc des symptômes limités à une zone du cerveau.

Les crises généralisées concernent l'ensemble du cerveau et provoquent une perte de connaissance, et reprise de conscience assez lente.

Il y aussi des crises partielles qui se généralisent secondairement. C'est à dire que la crise débute dans une zone du cerveau, puis se propage à l'ensemble du cerveau et cela se transforme en une crise généralisée.

 

Voici un tableau qui présentent les caractéristiques des différents types de crise :

 

7843883097798orig.jpg

 

 

Les Étapes d'une crise

Il est important de rappeler que chaque patient épileptique est différent, et si l’on peut décrire des schémas de crises, ils peuvent varier.

Il y a autant de déroulements de crises que de chiens atteints.

 

1) L'Aura

 

Certains chiens savent qu’une crise va se produire, plusieurs heures, ou minutes avant qu’elle ne se manifeste.

Ils sentent que quelque chose d’anormal est en train de se produire, et peuvent avoir des symptômes annonciateurs d’une crise : ils peuvent sembler agités, anxieux, commencer à baver, faire les cent pas, ou avoir des comportements inhabituels (gratter les murs, chercher à manger, vomir…).

D’autres chiens chercheront le contact avec leur maître, pour les « prévenir ».

D’autres encore n’auront aucune aura, les crises en plein sommeil sont très courantes.

 

 

2) L'Ictus :

 

Il s’agit du déroulement de la crise.

Cette phase dure généralement entre 1 et 3 minutes.

La phase « tonique » : le chien se raidit, tombe (s’il n’est pas déjà couché), cesse de respirer quelques secondes, et perd connaissance.

La phase « clonique » : le chien pédale, bave énormément, peut hurler, est saisi de convulsions, et peut faire ses besoins sous lui

C’est cette phase qu’il est utile de « chronométrer » et qui, si elle se prolonge devient une urgence vitale

 

 

3) Phase post ictale :

 

Cette dernière phase peut être très rapide ou paraître interminable…

C’est en réalité la phase de « récupération » de la crise, le moment où le chien reprend conscience.

Dans le meilleur des cas, il se relèvera et restera immobile, haletant, durant plusieurs secondes ou minutes, avant de reprendre un comportement tout à fait normal.

Chez d’autres, c’est parfois la phase la plus difficile car le chien est complètement désorienté et incontrôlable.

Il peut sembler aveugle (en fait, ses yeux fonctionnent, mais la partie du cerveau qui « décode » l’image est lésée momentanément) et se cogner partout pendant de longues minutes. Le chien peut aussi pleurer et ne pas arriver à se poser plus de quelques minutes d’affilées, et ce, pendant plusieurs jours…

Il peut également ressentir le besoin de marcher, voire courir, il faut le laisser faire et ne pas le restreindre, sous peine d’augmenter son stress.

La faim est souvent présente, car les crises pompent énormément d’énergie. Il convient de ne nourrir l’animal, en petites quantités, que lorsque son rythme cardiaque est redescendu et son énervement réduit, pour ne pas qu’il s’étouffe ou risque le retournement d’estomac.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

 Partager

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    • Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.