Aller au contenu
josse

Les différentes races de chien.

Recommended Posts

BERGER CATALAN

Race-Berger-Catalan-300x187.jpg

Le Berger Catalan est un chien de berger à poil long qui excelle au travail et qui est aussi un très bon chien de famille. Il s’entendra très bien avec les enfants et sera un très bon compagnon au quotidien tant que ses besoins de dépense seront comblés.

Sa fiche d'identité

Noms : Berger Catalan, Gos d'atura, Berger de Catalogne, Catalan Sheepdog.

Groupe Groupe n°1 : Chiens de berger et de bouvier sauf chiens de bouvier suisses. – Section n°1 : Chiens de berger sans épreuve de travail.

Hauteur au garrot : entre 47 et 55 cm pour les mâles et entre 45 et 53 cm pour les femelles.

Poids : en moyenne 18 kg pour les mâles et 16 kg pour les femelles.

Couleur : de loin, le Berger Catalan semble avoir une robe noire unie, mais lorsque l’on y regarde de plus près, on aperçoit un mélange de différentes couleurs : fauve, sable et gris.

Poil : le poil du Berger Catalan est long, plat, de texture rude et pouvant être ondulé. Son sous-poil est très abondant et lui confère une très bonne protection contre les intempéries.

Entretien du poil : l’entretien du poil du Berger Catalan pourra être considéré comme difficile s’il n’est pas fait régulièrement. Un brossage bi-hebdomadaire est recommandé.

Corps : le cou est relativement court, musclé. La poitrine est développée, les reins sont larges, le ventre est un peu relevé. Le corps est solide, la poitrine est large.

Tête : la tête du Berger Catalan est forte, proportionnelle au reste du corps. Son crâne est plus long que large et son stop bien visible mais jamais accentué.

Yeux : les yeux du Berger Catalan sont de forme ronde et sont plutôt foncés, de couleur ambre.

Oreilles : les oreilles du Berger Catalan sont triangulaires, attachées haut, frangées et tombantes le long de la tête du chien.

Queue : la queue du Berger Catalan est longue (parfois courte, voire coupée pour certains chiens de travail), fournie en poils, attachée bas, pendante quand le chien est au repos et relevée sans être enroulée sur le dos lorsque le chien est actif. La queue forme un crochet et peut parfois être en sabre.

Espérance de vie : environ 14 ans.

Besoin de dépenses : important.

Note : comme tout bon chien de berger, le Berger Catalan a besoin d’énormément de dépense quotidienne pour être bien dans ses pattes. La simple dépense physique ne sera pas suffisante pour le Berger Catalan car il a besoin de stimulations mentales régulières pour être pleinement épanoui.

Il ne faut d’ailleurs pas oublier de permettre au Berger Catalan de s’exprimer, de réfléchir et de mettre en avant son esprit d’initiative.

Activités possibles : grandes balades, obé-rythmée, agility, treibball, pistage, etc.

Vie en appartement : possible.

Note : qu’il vive en appartement ou en maison avec jardin, le Berger Catalan ne sera heureux que s’il bénéficie de balades et stimulations diverses quotidiennement.

Par ailleurs, le Berger Catalan est un chien qui peut s’adapter à de nombreux environnements et à diverses constitutions de foyers.

Compatibilité avec les enfants : possible.

Note : le Berger Catalan est un chien très affectueux et doux avec les enfants. Toutefois, il sera important de mettre en place et respecter des règles de vie à la maison pour que la cohabitation soit saine et sécurisée.

Coût d'acquisition : il faudra compter en moyenne 950€ pour adopter un Berger Catalan en élevage.

Budget mensuel : il faudra compter environ 40€/mois pour subvenir aux besoins du Berger Catalan tout en lui proposant une alimentation de qualité.

Cohabitation avec les autres animaux : possible.

Note : si le Berger Catalan est bien socialisé dès son plus jeune âge, il pourra tout à fait cohabiter avec d’autres animaux. Il faudra toutefois être vigilant quant aux mâles entiers (non stérilisés) avec leurs congénères de même sexe.

Robustesse : le Berger Catalan est un chien robuste, pouvant résister aux fortes chaleurs ou aux basses températures.

Son histoire

Originaire d’Espagne, le Berger Catalan est principalement utilisé pour ses qualités de chien de berger. Il est très certainement issu de croisements entre le Berger de Bergame et d’autres races locales. Ce chien est particulièrement apprécié pour son écoute du berger mais aussi pour ses prises d’initiatives lors de la conduite de troupeau. Originaire initialement des Pyrénées Catalanes, le Berger Catalan s’est ensuite propagé dans toutes les zones pastorales du pays. La FCI reconnait officiellement la race en 1954.

Son caractère

Le Berger Catalan est un chien très intelligent, vif et dévoué à son berger et au troupeau qui lui est confié. Il peut être distant face aux étrangers, ce qui peut faire de lui un bon chien de garde.

Son éducation

L’éducation du Berger Catalan ne sera pas compliquée tant que ses besoins sont respectés et comblés. Par ailleurs, très fidèle à son maître, il aura à cœur de lui faire plaisir. Cependant, son éducation doit être ferme, cohérente et respectueuse des principes de l’éducation positive.

Ses éventuels problèmes de santé

Le Berger Catalan ne connaît pas de prédispositions particulières à certaines maladies.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Coucou Dolly !

(c'est normal que je ne voie plus les races présentées avant ?)

Modifié par Anna76

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

idem , on ne voit plus les races précédentes !!!

Une jolie petite tête !!!!:smile:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Désolée comme je l'ai dit sur le billet du jour une mauvaise manipulation et hop tout s'est effacé..:scary::(

Mais je vais les remettre..

 

AFFENPINSCHER

Race-de-Chien-Affenpinscher.jpg

L’Affenpinscher est un petit chien, compact, à poil dur, qui possède la particularité d’avoir une expression simiesque (qui évoque le singe) grâce à sa couronne de poils autour de sa tête. C’est d’ailleurs cette particularité qui lui doit son nom : Affenpinscher signifie Griffon-Singe.

Sa fiche d'identité

Noms : Affenpinscher (traduction : Griffon singe), Terrier-Singe, Diablotin, Zwergaffen.

Groupe : Groupe n°2 : Chiens de type Pinscher et Schnauzer- Molossoïdes- Chiens de montagne et de bouvier suisses. - Section n°1 : Chiens de type Pinscher et Schnauzer. Sans épreuve de travail.

Hauteur au garrot : l’Affenpinscher, mâle ou femelle, mesure entre 25 et 30 cm au garrot.

Poids : l’Affenpinscher, mâle ou femelle, pèse entre 4 et 6 kg.

Couleur : l’Affenpinscher a une robe noire avec un sous-poil noir également.

Poil : le poil de l’Affenpinscher est dur, dense et bien fourni sur l’ensemble du corps avec un sous-poil de qualité.

Entretien du poil : l’Affenpinscher est un chien plutôt facile à entretenir, un brossage hebdomadaire suffira à entretenir son pelage.

Corps : malgré sa petite taille, l’Affenpinscher est solidement constitué. Petit mais … costaud !  Sa poitrine est relativement large et sa ligne dorsale doit être droite.

Tête : l’Affenpinscher a une tête ronde et une expression simiesque (qui évoque le singe). Il a un crâne rond et bombé avec un front marqué et un stop accentué.

Yeux : ses yeux sont de couleur foncée, de forme plutôt arrondie. Les bords des paupières sont noirs et entourés d’une couronne de poils raides.

Oreilles : les oreilles de l’Affenpinscher sont attachées haut, en forme de V et pointant vers l’avant. Ses oreilles sont droites, de petite taille et dressées le plus verticalement possible.

Queue : la queue de l’Affenpinscher est en sabre ou en faucille. Assez longue, elle est attachée haut.

Espérance de vie : environ 13 ans.

Besoin de dépenses : important.

Note : l’Affenpinscher est un chien qui aura besoin de se dépenser, autant physiquement, mentalement que de manière olfactive. Il ne faut pas se fier à son petit gabarit, ce chien a beaucoup d’énergie à revendre.

Activités possibles : l’Affenpinscher n’est pas un chien particulièrement sportif, il faudra donc le dépenser par des balades quotidiennes mais aussi à travers des jeux d’occupations stimulants, intellectuellement parlant.

Vie en appartement : possible.

Note : la vie en appartement sera tout à fait possible pour l’Affenpinscher, seulement s’il est suffisamment dépensé au quotidien et qu’il ne reste pas tout seul toute la journée.

Compatibilité avec les enfants : possible.

Note :  l’Affenpinscher est un chien très affectueux envers ses maîtres, et notamment envers les enfants qui constituent son groupe social.

Il faudra toutefois toujours se montrer vigilant et mettre des règles de vie en place et surtout les respecter pour que la cohabitation reste saine et sécurisée.

Coût d'acquisition : il faudra compter en moyenne entre 1000 et 1500€ pour adopter un Affenpinscher en élevage.

Budget mensuel : il faudra compter en moyenne 15€/mois pour subvenir aux besoins de l’Affenpinscher tout en lui proposant une alimentation de qualité.

Cohabitation avec les autres animaux : possible.

Note : lAffenpinscher n’aura pas de problème avec les autres animaux si une bonne socialisation lui a été proposée dès son plus jeune âge avec tous les animaux qu’il sera amené à croiser sur sa route tout au long de sa vie.

Robustesse : malgré sa petite taille, l’Affenpinscher est un chien robuste et solide notamment grâce à son pelage de qualité qui lui confère une protection contre le froid et l’humidité.

Son histoire

Originaire d’Allemagne, l’Affenpinscher est une race très ancienne puisque des peintures et gravures sur bois représentants ses ancêtres sont datées du 15ème et 16ème siècle. Utilisé de nos jours comme chien de famille et d’accompagnement, il était à l’époque très recherché pour ses compétences de chasseur de rats.

Son caractère

L’Affenpinscher est un chien très agréable à vivre au quotidien, courageux, très affectueux, il est aussi vif, intrépide, très attentif et surtout très fidèle et passionné. Il pourra même avoir un instinct de garde plutôt développé et sera un parfait chien d’alerte.

Son éducation

Malgré son tempérament agréable, l’Affenpinscher peut se montrer assez têtu. Son éducation devra donc être amorcée dès son plus jeune âge, en étant à la fois ferme et respectueux des principes de l’éducation positive.

Ses éventuels problèmes de santé

Malgré sa robustesse, l’Affenpinscher présentes quelques prédispositions à certains problèmes de santé comme : une malformation cardiaque, une luxation de la rotule, la maladie de Legg-Perthes-Calvé

 

AIREDALE TERRIER

dims.vetstreet.com_-300x177.jpg

L'Airedale Terrier est un chien vif avec un caractère bien trempé. Très en demande, il sera le parfait compagnon d’un maître sportif et dynamique ayant à cœur de lui proposer des activités stimulantes quotidiennes, tant que le plan physique qu’intellectuel ou olfactif.

Sa fiche d'identité

Noms : Airedale Terrier, Warfedale, Waterside Terrier, Working Terrier, Bingley Terrier.

Groupe : Groupe n°3 : Terriers. - Section n°1 : Terriers de grande et moyenne taille. Epreuve de travail facultative.

Hauteur au garrot : entre 58 et 61 cm pour les mâles et entre 56 et 59 cm pour les femelles.

Poids : entre 18 et 24 kg pour les mâles et entre 17 et 22 kg pour les femelles.

Couleur : l'Airedale Terrier a une robe de couverture noire ou griffonnée du sommet du cou jusqu’à la queue, le reste étant de couleur feu.

Poil : le poil du Airedale Terrier est mi-long, couché sur tout le corps et d’un aspect dur et raide. Le poil peut être gaufré ou légèrement ondulé mais jamais bouclé ou mou. Son sous-poil est court et doux.

Entretien du poil : l'Airedale Terrier ne perd que très peu ses poils. Il aura besoin de quelques séances de toilettage par an pour garantir et maintenir la qualité protectrice de son poil et la bonne santé de sa peau.

Corps : le cou, dégagé et musclé, s'élargit vers les épaules. Le thorax est profond sans être pour autant très large. Les muscles sont durs et bien saillants. La poitrine est profonde avec un dos court et fort.

Tête : la tête du Airedale Terrier est proportionnelle à sa taille, le crâne est long et plat et le stop presque invisible.

Yeux : les yeux du Airedale Terrier sont petits et de couleur foncée.

Oreilles : les oreilles du Airedale Terrier sont petites et en forme triangulaire. Elles sont portées sur le côté.

Queue : la queue du Airedale Terrier est attachée haut et portée gaiement lorsque le chien est actif. Souvent, la queue du Airedale Terrier est coupée pour qu’elle ne s’enroule pas sur le dos.

Espérance de vie : environ 11 ans.

Besoin de dépenses : important.

Note : initialement chien de chasse, le Airedale Terrier a de ce fait besoin d’énormément se dépenser, tant physiquement, mentalement que de manière olfactive.

Il sera inconcevable de laisser un Airedale Terrier toute la journée seul en intérieur ! Il a besoin d’être stimulé très régulièrement pour s’épanouir pleinement et être bien dans ses pattes.

Activités possibles : la chasse bien entendu, séances de pistage, cani-cross/vtt/trottinette, etc.

Vie en appartement : possible.

Note : même si l'Airedale Terrier est un chien davantage à son aise à la campagne, il saura tout de même être un bon chien citadin si tous ses besoins sont comblés et qu’il a tout de même la possibilité de se dépenser pleinement plusieurs fois par jour.

Compatibilité avec les enfants : possible.

Note : l'Airedale Terrier saura se montrer amical envers les enfants. Toutefois, la patience n’étant pas son point fort, il sera très important de mettre en place et respecter des règles de vie à la maison pour garantir la sécurité des enfants et la tranquillité de l’animal.

Coût d'acquisition : il faudra compter en moyenne 900€ pour adopter un Airedale Terrier en élevage.

Budget mensuel : il faudra compter en moyenne 40€/mois pour adopter un Airedale Terrier tout en lui proposant une alimentation de qualité.

Cohabitation avec les autres animaux : possible.

Note : comme beaucoup de Terriers, le Airedale Terrier n’est pas le chien le plus sociale envers ses congénères, notamment de même sexe. Toutefois, si une bonne socialisation est faite dès son plus jeune âge et qu’une éducation ferme et adéquate est mise en place, l'Airedale Terrier pourra tolérer la présence d’autres animaux.

Robustesse : l'Airedale Terrier est un chien plutôt résistant et solide face aux intempéries.

Son histoire

Originaire de Grande Bretagne, l'Airedale Terrier serait issu de croisements entre l’Otterhound, l’Old English Black et le Bull Terrier. Ses grandes qualités de chasseur lui ont valu le surnom de Roi des Terriers et il fut même employé par les forces armés britanniques. La FCI reconnait officiellement l'Airedale Terrier en 1963.

Son caractère

L'Airedale Terrier est un chien très actif, éveillé et plein d’énergie. Il est très vif et intelligent et adorera travailler auprès de son maître et lui faire plaisir sans pour autant être un as de l’obéissance. Très courageux, il saura mettre en avant son instinct de garde pour protéger son environnement même s’il excelle davantage en tant que chasseur.

Son éducation

L'Airedale Terrier n’est pas le chien le plus docile. Très actif, il pourra s’avérer difficile de canaliser son énergie. Il ne sera donc pas à mettre entre les mains de n’importe quel maître, notamment les novices.

Il sera important de mettre en place le plus tôt possible une éducation ferme et cohérente ainsi qu’une socialisation de qualité pour que la vie au quotidien soit agréable pour tous.

Ses éventuels problèmes de santé

Il faudra veiller à d’éventuelles torsions d’estomac ou dysplasies de la hanche.

AKITA AMÉRICAIN

akita américain

L’Akita Américain est un chien aussi doux que fort. Il pourra se montrer très docile et affectueux si l’attitude du maître est juste et cohérente.

Sa fiche d'identité

Noms : Akita Américain, American Akita, (appelé autrefois Grand chien japonais).

Groupe : Groupe n°5 :  Chiens de type Spitz et de type primitif. - Section n°5 : Spitz asiatiques et races apparentées. Sans épreuve de travail.

Hauteur au garrot : entre 66 cm et 71 cm pour les mâles et entre 61 et 66 cm pour les femelles.

Poids : entre 45 et 60 kg selon la taille et le sexe.

Couleur : plusieurs nuances sont acceptées : fauve, rouge ou blanche, mais également les robes bringées et panachées.

Poil : l’Akita Américain a le poil dur et droit, assez fourni sauf sur la tête, les oreilles et le bas des pattes. Le sous-poil de l’Akita Américain est quant à lui plus doux et très épais.

Entretien du poil : l’Akita Américain perd beaucoup ses poils (notamment pendant les deux grandes périodes de mue annuelles). Un brossage régulier sera donc nécessaire, et d’autant plus lors des périodes de mue.

Corps : grand et fort.

Tête : la tête de l’Akita Américain est massive, le crâne (plat), la truffe (noire) ou encore le museau  (haut avec un stop bien marqué) sont larges et bien proportionnels au reste du corps.

Yeux : les yeux de l’Akita Américain sont petits, en comparaison de tout le reste, de forme triangulaire et de couleur foncée.

Oreilles : les oreilles de l’Akita Américain sont petites, dressées droites sur la tête, de forme triangulaire et légèrement arrondies au niveau des « pointes ».

Queue : la queue de l’Akita Américain est fournie en poil très épais, attachée haut et s’enroule en boucle ou double boucle sur le dos.

Espérance de vie : 11 ans en moyenne.

Besoin de dépenses : important.

Note : lAkita Américain a besoin de beaucoup d’exercice, autant physique qu’intellectuel. Un Akita Américain enfermé dans un appartement ou même dans son jardin toute la journée ne sera pas un Akita heureux.

Activités possibles : toutes les activités liées à la recherche, pour le stimuler de manière olfactive. Les longues balades et les séances de jeu seront également très appréciées par l’Akita Américain.

Vie en appartement : possible.

Note : tous les chiens peuvent vivre en appartement, il ne faut cependant pas négliger la « place » que prendra un Akita Américain. Il ne faut donc pas que l’appartement soit trop petit. De plus, l’Akita Américain aura besoin de plusieurs sorties, et pas seulement des balades « hygiéniques » dans un petit quartier.

Les personnes souhaitant adopter un Akita Américain doivent être présentes et disponibles pour proposer de bonnes activités en dehors du foyer à leur chien. Ce qui vaut d’ailleurs même pour les personnes souhaitant adopter un Akita Américain en maison.

Compatibilité avec les enfants : possible.

Note : la cohabitation avec des enfants sera possible mais on sera très vigilant avec les enfants en bas âge car l’Akita Américain n’est pas réputé pour sa patience. De plus, il pourrait mal interpréter les gestes parfois brutaux des enfants.

Il faudra donc toujours respecter les règles de vie à la maison qui seront mises en place dès l’arrivée de l’Akita Américain au sein du foyer, que ce soit pour les enfants mais aussi pour le chien afin que chacun d’eux respectent l’espace et la tranquillité des autres.

Cout d'acquisition : il faudra compter en moyenne 1500€ pour adopter un Akita Américain en élevage, inscrit au LOF.

Budget mensuel : il faudra compter en moyenne 70€/mois pour subvenir aux besoins de l’Akita Américain en lui proposant une alimentation de qualité.

Cohabitation avec les autres animaux : possible.

Note : lAkita Américain étant initialement sélectionné pour le combat, il a gardé des instincts de conflit avec ses congénères. Une bonne socialisation dès le plus jeune âge du chien sera alors indispensable pour qu’une cohabitation avec d’autres animaux soit envisageable.

Robustesse : l’Akita Américain est un chien très robuste, notamment grâce à son sous-poil dense qui lui permet une bonne protection contre le froid et l’humidité.

Son histoire

L’Akita Américain, est, comme son nom de l’indique pas, originaire du Japon, de la région d’Akita plus précisément, mais s’est développé largement aux États-Unis. Initialement utilisé comme chien de combat, l’Akita américain a connu de nombreux croisements avec des Tosa ou encore des Mastiff afin de le rendre encore plus puissant. C’est seulement dans les années 1900 que les autorités interdiront les combats de chiens.

Ensuite, la race a même failli disparaitre, notamment pendant la Seconde Guerre Mondiale, suite aux exigences gouvernementales : tous les chiens du Japon (à part les Berger Allemand qui étaient utilisés pour des tâches militaires) étaient réquisitionnés dans le but de créer des vêtements en peau de chien. De fait, énormément de races Japonaises ont été, à cette époque, croisées avec des Berger Allemand pour tenter de contourner la loi. Certaines lignées ont été grandement appréciées par les Américains et c’est ainsi que l’Akita Japonais est devenue l’Akita Américain. La Fédération Cynologique Internationale (FCI) a reconnu la race en 1999.

Son caractère

L’Akita Américain est à la fois calme, courageux et avec un caractère bien affirmé. C’est un joli mélange de caractéristiques assez paradoxales. Bon gardien, il est aussi doux que protecteur. Il n’est pas à mettre entre les mains de n’importe quel maître car son caractère nécessite une éducation à la fois ferme et cohérente, sans le recours à des méthodes coercitives.

Son éducation

L’Akita Américain ne supportera pas une méthode trop brutale ou sévère. L’attitude du maître devra être cohérente et les méthodes utilisées respectueuses. Le travail devra commencer dès le plus jeune âge du chien et surtout être constant. On travaillera énormément sur la socialisation ainsi que les ordres de renoncement pour permettre une intégration sereine dans la société.

Ses éventuels problèmes de santé

Les principales maladies auxquelles l’Akita Américain sera sujet sont des maladies dermatologiques (pemphigus, pyodermites) ou encore des problèmes osseux comme la dysplasie de la hanche.

AKITA INU

Race-Akita-Inu.jpg

L’Akita Inu est un chien originaire du Japon. Derrière ses allures de chien noble et calme se cache un chien aux instincts de chasse pouvant être très marqués et aux besoins de dépenses importants. Très proche de son maître tout en restant indépendant, l’Akita Inu aura besoin de cohérence et de respect afin de vivre en harmonie avec sa famille “humaine”. Cette race de chien ne conviendra sûrement pas pour un premier chien, mais si vous parvenez à trouver un équilibre dans votre relation avec lui, il deviendra le meilleur des compagnons canins.

Sa fiche d'identité

Noms : Akita, Akita Inu, Akita Ken.

Groupe : Groupe n°5 – Chiens de type Spitz et de type primitif. Section n°5 – Spitz asiatiques et races apparentées.

Taille : entre 64 et 70 cm pour les mâles et entre 59 cm et 64 cm pour les femelles.

Poids : environ 35 kg.

Couleur : roux, bringé roux, bringé gris ou blanc. Tout comme le Shiba Inu, la robe de l’Akita Inu, (exceptée pour la robe blanche) doit présenter des poils blanc/crème au niveau du museau, du ventre, du cou, de l’intérieur des pattes et du revers de la queue, cela se nomme l’Urajiro.

Corps : ce chien est grand et athlétique. Sa carrure en impressionnera plus d’un.

Poil : le poil de l’Akita Inu est bien fourni, plutôt dur et droit, il possède un sous-poil et les poils de sa queue sont plus longs que ceux du reste de son corps.

Entretien du poil : un brossage régulier sera nécessaire notamment en période de mue.

Tête : la tête de l’Akita Inu est harmonieuse et bien proportionnée.

Yeux : ils sont de couleur foncée.

Oreilles : les oreilles de l’Akita Inu sont petites, arrondies et triangulaires.

Queue : d'une longueur qui atteint presque les jarrets, la queue de l’Akita Inu est portée bien enroulée sur le dos.

Espérance de vie : environ 13 ans.

Besoin de dépenses : important.

Note : l’Akita Inu est un chien dynamique et son besoin de dépenses est important. Il aura besoin de balades journalières, mais aussi d’activités physiques et mentales afin de le stimuler suffisamment. Ce chien aux allures calmes et nobles peut se montrer très dynamique s’il n’a pas sa dépense d'énergie suffisante.

Activités possibles : activités de loisirs canins, pistage, obé rythmée, activités sportives, etc.

Vie en appartement : possible.

Note : L’Akita Inu peut vivre en appartement, mais pour que cela se passe au mieux il sera nécessaire de le balader tous les jours et de répondre suffisamment à ses besoins . De plus, même avec un jardin, l’Akita Inu demandera au minimum une promenade quotidienne en extérieur. 

Compatibilité avec les enfants : possible.

Note : L’Akita Inu est une race de chien qui peut cohabiter avec les enfants mais attention, pour que cela se passe au mieux, il sera absolument nécessaire de respecter certaines règles de prévention comme ne jamais laisser chien et enfant sans surveillance. De plus, les enfants devront se montrer respectueux de l'intégrité physique de leur chien.

Cout d'acquisition : environ 1500 euros.

Budget mensuel : entre 40 et 65 euros.

Cohabitation avec les autres animaux : possible.

Note : l’Akita Inu, s’il est socialisé dès ses 2 mois positivement aux autres animaux, pourra sans difficulté cohabiter avec eux. Son instinct de prédation peut être présent, il ne faudra donc pas le renforcer avec des jeux de lancer par exemple et être vigilant à proposer des rencontres contrôlées avec d’autres espèces.

Robustesse : l’Akita Inu est un chien robuste de façon générale.

Son histoire

Il faut savoir qu’au Japon toutes les races de chien étaient de petite taille à l'origine. Vers 1603, dans une région nommée Akita, une race de chien de taille moyenne, l’Akita Matagos, était utilisée afin de chasser les ours et comme chien de combat.

C’est en 1868 que cette race de chien fut croisée avec des chiens de plus grande taille, dont les Tosa et les Mastiffs pour augmenter la taille de l’Akita, au détriment de certains instincts. Quand les combats de chiens furent interdits en 1908, le Matagi Akita devint une race très populaire au Japon. Durant la seconde guerre mondiale, un nombre considérable de chiens furent tués afin d’utiliser leur peau pour confectionner des tenues militaires. Cela eut comme conséquence qu’à la fin de la seconde guerre mondiale, le nombre d’Akita fut considérablement réduit. Cette race de chien était alors distinguée en trois catégories, à savoir l’Akita croisé avec des Berger Allemand, les Akitas de combats et Akita Matagis. C’est alors que le nombre d'éleveurs augmenta et que des croisements avec des races plus japonaises furent mis en place afin de chercher à retrouver les origines de l’Akita. C’est alors que l’Akita Inu tel qu’on le connaît aujourd’hui est apparu et fut popularisé.

Son caractère

L’Akita Inu est un chien calme, mais qui peut se montrer caractériel, notamment avec ses congénères de même sexe. Intelligent et plutôt indépendant, il sera pourtant très proche de son maître et n’aimera pas tellement la solitude. Avec un instinct de chasse pouvant être marqué, son éducation et son besoin de dépenses doivent donc être adaptés et équilibrés tout au long de sa vie.

Son éducation

L’Akita Inu est un chien très intelligent. Les exercices éducatifs devront être mis en place avec respect et cohérence. Le rappel, ainsi que des rencontres régulières et positives avec d’autres chiens devront être mis en avant dans son éducation. L’apprentissage de la solitude devra aussi être travaillé et il faudra se montrer constant dans son éducation.

Ses éventuels problèmes de santé

L’akita Inu présente peu de problèmes de santé. Certaines maladies héréditaires peuvent être présentes sur certaines lignées comme l’Adénite sébacée qui entraîne une perte de poil et une déficience du système immunitaire entre autres et le syndrome Vogt Koyanagi Harada, qui est une maladie auto-immune déclenchée par le stress.

AMERICAN BULLY

American bully

L’American Bully est une race assez récente, qui est le fruit de plusieurs croisements, notamment avec diverses races type Bulldog. C’est un chien aussi fort et massif qu’affectueux. Très proche de son groupe social, il sera très agréable à vivre si une bonne éducation et surtout une bonne socialisation ont été proposées dès le plus jeune âge du chien.

Sa fiche d'identité

Noms : American Bully - Bully.

Groupe : l’American Bully n’est pas reconnu par la FCI, de fait, il n’appartient à aucun groupe. Le Bully est un chien catégorisé en catégorie 1. Un permis de détention est donc obligatoire pour en adopter un.

Hauteur au garrot : l’American Bully « Classic » mâle mesure entre 43 et 51 cm au garrot et la femelle entre 40 et 48 cm au garrot. L’American Bully « Pocket » mâle mesure entre 36 et 43 cm au garrot et la femelle entre 33 et 40 cm au garrot. L’American Bully « XL » mâle mesure entre 51 et 57 cm au garrot et la femelle entre 48 et 54 cm au garrot. Et pour ce qui est de l’American Bully « Standard », il n’a pas de condition de taille, le seul critère étant qu’il ne paraisse pas obèse.

Poids : n’ayant pas réellement de standard de la race, on peut rencontrer des Bully allant de 15 à plus de 50 kg, selon leur catégorie (pocket, standard, classic, XXL).

Couleur : toutes les couleurs sont admises pour l’American Bully (blanc, jaune, fauve, marron,  gris, noir, etc.) Il peut être unicolore, bicolore, tricolore ou panaché. Seule la couleur merle n’est pas acceptée.

Poil : le poil de l’American Bully est court, voire ras, lisse et brillant.

Entretien du poil : l’American Bully ayant le poil ras, un simple brossage hebdomadaire sera suffisant pour garder et maintenir l’aspect brillant de son poil.

Corps : très musclé et athlétique.

Tête : la tête de l’American Bully est massive, forte et très musclée. Le crâne est large et plat. Son museau est lui aussi très large, presque carré.

Yeux : les yeux de l’American Bully sont en forme d’amandes. Les yeux ronds ne sont pas acceptés. Toutes les couleurs sont acceptées sauf l’albinisme et les yeux bleus qui ne sont pas non plus les bienvenus.

Oreilles : les oreilles de l’American Bully sont petites, parfois taillées en pointes… Elles sont attachées haut et si elles ne sont pas taillées, elles sont dressées vers l’avant lorsque le chien est attentif et sont légèrement tombantes.

Queue : la queue de l’American Bully est courte, attachée bas. Large à sa base et s’amenuisant jusqu’à l’extrémité.

Espérance de vie : environ 10 ans.

Besoin de dépenses : modéré.

Note : lAmerican Bully a bien entendu besoin de se dépenser mentalement, physiquement mais aussi de manière olfactive tous les jours, comme tous les chiens. Mais ce n’est pas un grand sportif.

De plus, il peut souffrir de problèmes d’articulations s’il est soumis à des exercices trop intenses, notamment pendant sa première année de vie.

Activités possibles : grandes balades, séances de jeux/travail pour le stimuler mentalement, pistage, obé-rythmée, etc.

Vie en appartement : possible.

Note : si ses besoins sont respectés, l’American Bully peut tout à fait s’adapter à une vie citadine. Toutefois, étant catégorisé, il faudra veiller à respecter la réglementation qui en découle : il devra  par exemple toujours être tenu en laisse et muselé lors des balades.

Compatibilité avec les enfants : possible.

Note :  lAmerican Bully est un chien très patient qui adorera jouer avec des enfants. Toutefois, des règles de vie devront être mises en place et surtout respectées de tous pour que la cohabitation soit saine, harmonieuse et surtout sécurisée.

Coût d'acquisition : il faudra compter en moyenne 1000€ pour adopter un American Bully. Toutefois, la race n’étant pas reconnue en France et étant une race catégorisée, il pourra être compliqué d’adopter « légalement » un American Bully.

Budget mensuel : cela dépendra du gabarit de l’American Bully adopté, mais il faudra compter entre 20 et 50€/mois pour subvenir aux besoins de l’American Bully, tout en lui proposant une alimentation de qualité, notamment pour éviter le surpoids qui pourrait lui être très néfaste.

Cohabitation avec les autres animaux : déconseillé.

Note : l’American Bully n’est pas le chien le plus sociable envers ses congénères ou envers d’autres animaux de manière générale.

Il pourra vivre avec d’autres animaux uniquement si une très bonne socialisation a été proposée dès son plus jeune âge, qu’il a été habitué régulièrement à côtoyer ses congénères ou d’autres animaux ou encore s’il a grandi auprès d’eux.

Robustesse : l’American Bully est un chien plutôt robuste mais qui peut être sensible aux basses températures (notamment à cause de son poil ras).

Son histoire

L’American Bully est une race créée récemment avec pour but d’en faire un chien de compagnie. Il est issu de croisements entre l’American Staffordshire-terrier, l’American Pit Bull et d’autres races type Bulldog. Le Bully n’est pas reconnu officiellement par la FCI (Fédération Cynologique Internationale) ou la SCC (Société Centrale Canine). Toutefois, le Bully est reconnue par l’ABKC (American Bully Kennel Club) puis par l’UKC (United Kennel Club) depuis 2013.

Son caractère

L’American Bully est aussi massif qu’affectueux. Il n’aime pas la solitude et apprécie particulièrement être entouré de son groupe social, il sera très attaché à son maître. Excellent chien de garde mais pas pour autant agressif. Sa simple présence peut facilement faire fuir des éventuels intrus.

Son éducation

L’American Bully est aussi intelligent que têtu, l’éducation devra donc être ferme mais sans jamais aucune violence pour ne pas entacher la relation maître/chien. Il n’est pas conseillé d’adopter un American Bully comme premier chien par exemple, il est important de s’y connaître en éducation et comportement canin pour éviter tout débordement.

De plus, l’American Bully fait partie des races étant clairement victime d’un délit de faciès. De fait, une bonne éducation, cohérente et juste ainsi qu’une socialisation de qualité ne feront qu’améliorer leur réputation (très mauvaise, qu’on se le dise).

Il faudra particulièrement insister sur des ordres de rappel et renoncement pour éviter tout incident avec d’autres chiens par exemple. De plus, un travail d’habituation positive au port de la muselière sera indispensable ainsi qu’un travail de marche en laisse sans tirer.

Ses éventuels problèmes de santé

Le manque de recul lié à la reconnaissance récente de la race ne permet pas de distinguer certains problèmes de santé spécifiques. Toutefois, il est possible qu’il soit, tout comme ses cousins les Bulldogs, prédisposé à des problèmes respiratoires.

AMERICAN STAFFORDSHIRE

Race-American-Staffordshire-Terrier-300x

L’American Staffordshire Terrier, ou Amstaff, est un chien d’origine Américaine (d’où son nom) catégorisé en catégorie 2 en France. C’est un chien aussi fort et musclé que doux et affectueux.

Sa fiche d'identité

Noms : American Staffordshire Terrier, Amstaff, American Staff, Pit Bull Terrier.

Groupe Groupe n° 3 : Terriers. - Section 3 : Terriers de type Bull.

Hauteur au garrot : entre 46 et 48 cm pour les mâles et entre 43 et 46 cm pour les femelles.

Poids : l’Amstaff, mâle ou femelle, pèsera entre 25 et 30kg. 

Couleurs : toutes les couleurs de robe sont admises pour l’Amstaff : unicolore, pluricolore ou panachée. Toutefois, on évitera les robes majoritairement blanches ou encore les robes noires, feu et marrons.

Poil : le poil de l’American Staffordshire Terrier est court, serré et dur au toucher.

Entretien du poil : son poil étant court, l’entretien de l’Amstaff ne sera pas une contrainte au quotidien. Un brossage régulier, environ une fois par semaine sera toutefois à proposer afin de retirer tous les poils morts.

Corps : harmonieux et très musclé. Son corps dégage une impression de puissance. La poitrine est haute et large, le dos est assez court, le cou est imposant, les épaules sont fortes et musclées.

Tête : la tête de l’Amstaff est de taille moyenne, le crâne est large et le stop bien net.

Yeux : les yeux de l’American Staffordshire Terrier sont de forme ronde, bien ancrés dans les orbites. La couleur des yeux de l’Amstaff sera foncée.

Oreilles : les oreilles de l’Amstaff sont courtes et semi-dressées. Elles sont insérées haut.

Queue : la queue de l’Amstaff est courte et attachée bas. Son extrémité est fine et ne sera jamais enroulée sur le dos.

Espérance de vie : l’American Staffordshire Terrier pourra vivre en moyenne 13 ans.

Besoin de dépenses : important.

Note : lAmstaff est un chien qui a énormément d’énergie à revendre, il devra donc être stimulé tant physiquement que mentalement, mais aussi de manière olfactive pour évacuer son trop plein d’énergie.

Activités possibles : de nature très endurant, toutes les activités canines pourront être réalisées avec l’Amstaff (agility, cani cross, pistage, balades, obé-rythmée). Il faudra toutefois être vigilant à ne pas trop lui proposer d’activités intenses lors de son développement car cela pourrait impacter plus tard sur ses articulations et aplombs.

Vie en appartement : possible.

Note : lAmstaff est un chien qui saura s’adapter à tout type d’environnement de vie, tant que ses besoins sont comblés.

Toutefois, il faudra être vigilant aux différentes réglementations et obligations légales s’il vit en ville car l’Amstaff devra être tenu en laisse et muselé dans les lieux publics, selon la loi du 6 janvier 1999 et du 20 juin 2008.

Compatibilité avec les enfants : possible.

Note : lAmerican Staffordshire Terrier sera tout à fait compatible à une vie de famille avec enfants. Le plus important sera de bien respecter les règles de vie et de sécurité au quotidien, tout comme on le ferait avec n’importe quel autre chien.

Cout d'acquisition : il faudra compter en moyenne 1000€ pour adopter un Amstaff en élevage.

Budget mensuel : il faudra compter en moyenne 40€/mois pour subvenir aux besoins de l’Amstaff tout en lui proposant une alimentation de qualité.

Cohabitation avec les autres animaux : possible.

Note : la cohabitation avec d’autres animaux sera tout à fait possible si un bon travail de socialisation est effectué en amont. L’American Staffordshire Terrier n’est pas un chien méchant, mais c’est un chien qui peut se montrer rapidement agacé par une attitude inappropriée de la part de ses congénères. On veillera donc à la fois à travailler sa socialisation mais aussi à lui présenter des chiens équilibrés qui « ne cherchent pas la bagarre », sinon l’American Staffordshire Terrier à défaut d’attaquer, saura se défendre.

Robustesse : l’Amstaff est un chien très robuste, notamment grâce à sa forte musculature.

Son histoire

Originaire des Etats-Unis, l’Amstaff est un chien catégorisé (catégorie 2) que ce soit en France ou dans d’autres pays. Il est le croisement de races de Bulldogs et différentes races de Terriers. Initialement sélectionné pour les combats de chiens, il est souvent confondu avec les molosses mais l’American Staffordshire Terrier est bel et bien un terrier. Désormais, les combats de chiens sont interdits et les Amstaff sont davantage destinés à la compagnie. La race est reconnue officiellement en 1972, notamment pour ne plus confondre l’Amstaff avec son ancêtre anglais le Pitbull.

Son caractère

Malgré sa grande douceur, l’American Staffordshire Terrier est un chien qui peut se montrer entêté. Très intelligent, il peut facilement profiter des failles de ses maîtres pour n’en faire qu’à sa tête. Toutefois, l’Amstaff est avant tout un chien très fidèle et affectueux. Il peut également être un bon gardien.

Son éducation

L’Amstaff étant un chien doté d’un caractère bien trempé, l'éducation de l'American Staffordshire Terrier devra être ferme, mais non violente. Il faudra instaurer dès son plus jeune âge des bases éducatives mais aussi des règles de vie à respecter à la maison.

Sa mauvaise réputation fait de lui un chien qui fait peur et un chien que l’on évite de croiser dans la rue. Ainsi, le rôle de chaque propriétaire d’American Staffordshire Terrier est d’en faire des chiens très bien éduqués pour permettre de renverser la tendance et d’améliorer la mauvaise (et fausse) réputation dont ils font malheureusement les frais.

Ses éventuels problèmes de santé

L’Amstaff n’a pas de problèmes de santé particuliers. Il faudra simplement faire attention à bien respecter sa croissance pour ne pas lui infliger des problèmes liés à ses articulations et aplombs par la suite.

ARIÉGEOIS

Race-Ariegeois.jpg

L’Ariégeois est une vieille race française, venant d’Ariège. Chien de chasse hors pair, c’est un courageux chien courant. Il est parfait pour la chasse à courre comme la chasse à tir. Si aujourd’hui la race est de plus en plus utilisée comme chien de compagnie, elle garde pour autant toutes ses qualités de chien de chasse. Le nez fin, doué pour ce qui est de chasser le lièvre, et polyvalent dans l’environnement. Il se déplace partout, en plaine, en forêt , en montagne ! Rien ne l’arrête, sauf son maître auquel il est souvent très attaché. Il fait partie des races ayant une épreuve de travail pour la confirmation au Livre des Origines Françaises. A ne surtout pas confondre avec le braque de l’Ariège qui est une toute autre race !

Sa fiche d'identité

Nom : Ariégeois.

Groupe : Groupe n°6 : Chiens courants, chiens de recherche au sang et races apparentées. - Section n°1.2 : Chiens courants de taille moyenne Avec épreuves de travail.

Hauteur au garrot : entre 52 et 58 cm pour les mâles et entre 50 et 56 cm pour les femelles.

Poids : entre 28 et 30 kg selon la taille et le sexe.

Couleur : chez l’Ariégeois seules deux robes sont admises. La noire et blanche, et la tricolore. Il peut parfois être moucheté. Une couleur feu est présente au niveau des joues et de la tête.

Poil : le poil est court et fin.

Entretien du poil : le poil nécessite en général peu d'entretien en dehors de la mue. Il se lave facilement au besoin.

Corps : de corpulence moyenne, ce chien de chasse possède une réelle élégance.

Tête : la tête de l’Ariégeois n’est pas très large, mais elle est un peu bombée sur le sommet du crâne. Front large et plein, il n’a pas de stop marqué. Le chanfrein est de la même longueur que le crâne. Les joues sont sèches et la truffe doit toujours être noire

Yeux : les yeux de l’Ariégeois doivent être éveillés et toujours de couleur marron.

Oreilles : les oreilles de l’Ariégeois sont tombantes, fines et leur longueur doit pouvoir atteindre la naissance de la truffe, pas plus.

Queue : la queue de cette race est fine, portée en sabre. Sa longueur doit permettre d’atteindre le jarret.

Espérance de vie : entre 12 et 15 ans.

Besoin de dépenses : important.

Note : l’Ariégeois est un chien de chasse. Il a besoin d’une dépense régulière pour satisfaire ses instincts de chien courant et de prédateur. C’est un athlète qui peut couvrir plus de terrain que n’importe quel sportif. Il convient donc de lui procurer une dépense physique quotidienne, surtout s’il ne chasse pas. Il faudra lui donner l’occasion de courir sur de grands espaces, pour satisfaire ses capacités de chien courant, et pour libérer toute l’énergie qu’il a naturellement en lui. Si ce besoin n’est pas respecté, l’Ariégeois sera susceptible d’adopter des comportements non désirables (destructions, aboiements). Visez au minimum entre 2h et 4h de dépense physique chaque jour.

Activités possibles : polyvalent, il va tout de même exceller à la chasse. C’est un chien qui va pouvoir vous accompagner en vélo, en randonnée. Il peut également vous accompagner dans des activités comme l’agility même s’il sera moins à l’aise que dans une activité de mantrailing (recherches). Il sera le fidèle compagnon des cavaliers, car l’Ariégeois est capable de suivre plusieurs heures le rythme du cheval qui l’accompagne.

Vie en appartement : possible.

Note : l’Ariégeois pourra vivre en appartement comme n’importe quel chien, si on lui procure les dépenses dont il a besoin pour bien vivre. Néanmoins il faudra prendre en compte que c’est un chien qui a tendance à hurler s’il s’ennuie. Donc, attention en appartement à bien s’occuper de ses dépenses physiques et mentales pour éviter tous désagréments, notamment avec les voisins.  

Compatibilité avec les enfants : possible.

Note : l’Ariégeois est connu pour être patient avec les enfants. Il faudra tout de même tenir compte de la personnalité de chaque chien et de leur expérience, qui leur est propre. Un chien qui n’est pas habitué aux enfants aura plus de difficulté dans son seuil de tolérance. Quoi qu’il en soit, il faudra respecter un cadre de sécurité à la maison, entre les enfants et le chien, afin de prévenir le moindre accident. Pour commencer, il faudra interdire aux enfants de se rendre dans le panier du chien. Et interdire le chien dans la chambre des enfants.

Coût d'acquisition : entre 500 euros et 1000 euros.

Budget mensuel : environ 40 euros / mois.

Cohabitation avec les autres animaux : possible.

Note : l’Ariégeois est sociable. Mais il reste un très bon chasseur. La cohabitation avec de petits animaux ne sera pas impossible, mais elle nécessitera un travail constant sans garantie de résultat. Il faudra donc rester prudent. Il s’habituera en général facilement aux chevaux et aux autres chiens.

Robustesse : l'Ariégeois est un chien robuste et rustique.

Son histoire

L’Ariégeois trouve ses origines dans la France fin du 19ème siècle, dans la région de l’Ariège. Le créateur de la race n’est autre que le comte Elie de Vezins. Chasseur de lièvre depuis plusieurs générations, remontant jusqu’à la révolution française, il eu l’idée de créer une race supérieure aux autres pour la chasse. Il croisa donc des chiens courants, avec des chiens briquets de la région, et un chien d’ordre, dont on suppose qu’il s’agissait du Grand Bleu de Gascogne ou du Grand Gascon Saintongeois. Son standard FCI sera officialisé en 1996.

Son caractère

Ce chien courant est d’un caractère plutôt calme et sensible, qui lui permet de garder le contrôle de sa chasse. Il est sociable, et aime vivre en compagnie d’autres congénères. Il fait un excellent chien de compagnie grâce à son calme, sa gaieté et sa douceur avec les petits comme les grands. Son intelligence lui permet d’être appliqué lorsqu’il travaille. Caractère joyeux et facile à vivre, il plaît souvent à toute la famille. Chien qui peut parfois être timide avec les étrangers, il se laissera oublier dans un coin de la maison ou du jardin, quand il y aura des invités.

Son éducation

L’Ariégeois est présenté comme un chien facile à éduquer.  Comme tout chien sensible, son éducation doit être en phase avec ses émotions pour ne pas avoir de raté. Il lui faut donc une éducation basée sur la compréhension et sur le renforcement positif. Cela permettra d’utiliser tout son potentiel. Il fonctionnera assez bien au leurre. Il faudra être attentif les premiers mois de sa vie pour que son éducation reste facile à gérer une fois adulte. Aujourd’hui, les méthodes modernes d’éducation vous permettent sans trop de difficultés, de faire de votre Ariégeois un chien heureux qui exécutera vos ordres avec plaisir.

Ses éventuels problèmes de santé

L’Ariégeois est prédisposé aux otites à cause de ses oreilles tombantes.

AZAWAKH

Race-Azawakh.jpg

L’Azawakh est un grand lévrier originaire du Mali. C’est un chien sensible, indépendant et qui a besoin de beaucoup d’exercices. Il devra être absolument accompagné de maîtres sportifs et disponibles pour lui proposer des activités régulières.

Sa fiche d'identité

Noms : Azawakh, Sloughi Touareg, Lévrier touareg, Lévrier du Sud saharien.

Groupe : Groupe n°10 : Lévriers. - Section n°3 : Lévriers à poil court. Sans épreuve de travail.

Hauteur au garrot : entre 64 et 74 cm pour les mâles et entre 60 et 70 cm pour les femelles.

Poids : entre 20 et 25 kg pour les mâles et entre 15 et 20 kg pour les femelles.

Couleur : l’Azawakh a une robe fauve avec les extrémités panachées. Toutefois, toutes les nuances sont acceptées : l’Azawakh peut avoir une robe allant du sable clair au fauve foncé.

Poil : le poil du l’Azawakh est ras, de texture fine et presque inexistant sur le ventre.

Entretien du poil : le poil de l’Azawakh étant ras, l’entretien ne sera pas difficile, un simple brossage hebdomadaire lui sera suffisant.

Corps : l’Azawakh est caractérisé par sa silhouette grande et svelte qui fait de lui, un chien très distingué.

Tête : la tête de l’Azawakh est longue, très fine et d’aspect sec et ciselé. Son crâne est plat, allongé, et son stop peu marqué.

Yeux : l’Azawakh a les yeux en forme d’amande. Ils sont assez grands et de couleur foncée ou ambrée.

Oreilles : les oreilles de l’Azawakh sont en forme de triangle et sont attachées haut. Elles sont fines, plates et larges. Elles sont tombantes et plaquées contre la tête du chien.

Queue : la queue de l’Azawakh est plutôt longue et effilée. Elle est attachée bas et son extrémité est de couleur blanche. Portée très basse quand le chien est au repos, elle se relève au dessus de la ligne du dos lorsque le chien est en action.

Espérance de vie : environ 11 ans.

Besoin de dépenses : important.

Note : lAzawakh est un chien qui, comme tous les lévriers, aura besoin de se dépenser physiquement tous les jours, et de manière intense, pour être pleinement épanoui et bien dans ses pattes.

Activités possibles : course sur cynodrome, cani-cross/vtt/trottinette, poursuite à vue sur leurre, grandes balades, etc.

Vie en appartement : possible.

Note : lAzawakh aura besoin d’énormément se dépenser, la vie en appartement sera donc possible uniquement s’il bénéficie de plusieurs balades par jour avec la possibilité de se dégourdir les pattes. Un maître sportif lui sera nécessaire.

Compatibilité avec les enfants : possible.

Note :  lAzawakh pourra tout à fait cohabiter avec des enfants car il sait être doux et affectueux avec les individus qui constituent son groupe social.

Toutefois, des règles de vie devront être mises en place et surtout respectées pour que l’Azawakh soit respecté de tous et que la cohabitation soit saine et sécurisée.

Coût d'acquisition : il faudra compter en moyenne 1500€ pour adopter un Azawakh en élevage.

Budget mensuel : il faudra compter environ 40€/mois pour subvenir aux besoins de l’Azawakh en lui proposant une alimentation de qualité.

Cohabitation avec les autres animaux : possible.

Note :  si l’Azawakh connaît une socialisation de qualité dès son plus jeune âge, il pourra tout à fait cohabiter avec d’autres animaux. Ce n’est pas un chien qui cherchera la confrontation avec ses congénères.

Robustesse : l’Azawakh est un chien plutôt solide, qui ne souffre d’aucunes pathologies/maladies particulières.

Son histoire

L’Azawakh est un chien originaire du Mali, de modèle afro-asiatique, qui fut importé en Europe à partir des années 70. Il était utilisé comme chien de chasse à vue ou encore pour protéger les campements et les troupeaux des Touaregs. Les nomades sud-sahariens le considéraient aussi comme un chien d’apparat et de compagnie.

Son caractère

L’Azawakh est un chien vif, très attentif à son groupe social mais aussi distant et réservé avec les personnes qu’il ne connaît pas. Lorsqu’il est en confiance, il peut être doux et affectueux mais néanmoins plutôt indépendant. C’est un chien autant apte à chasser, garder qu’à être un « simple » compagnon de vie au quotidien.

Son éducation

L’Azawakh est un chien à la fois sensible et indépendant, qui ne sera donc pas un chien « facile » à éduquer dans le sens où il préféra trouver des échappatoires plutôt qu’être contraint à obéir. Il faudra donc renforcer la relation inter-spécifique pour que l’éducation soit davantage basée sur de la coopération. L’éducation devra être ferme mais jamais sans aucune brutalité ni violence !

Ses éventuels problèmes de santé

L’Azawakh n’est pas une race qui connaît des prédispositions particulières à certaines maladies.

 

BARBET

Race-Barbet.jpg

Le Barbet est un chien d’eau particulièrement attachant, avec une allure reconnaissable aisément de part son poil frisé et sa longue barbe. Il est aussi affectueux qu’énergique et aura besoin de beaucoup se dépenser pour être bien dans ses pattes.

Sa fiche d'identité

Nom : Barbet.

Groupe : Groupe n°8 : Chiens rapporteurs de gibier - Chiens leveurs de gibier - Chiens d’eau. - Section n°3 : Chiens d’eau. Avec épreuve de travail.

Hauteur au garrot : entre 58 et 65 cm pour les mâles et entre 53 et 61 cm pour les femelles.

Poids : le Barbet, mâle ou femelle, pèse entre 20 et 25 kg.

Couleur : la robe du Barbet est unicolore, elle peut être noire, blanche, grise, marron ainsi que toutes les nuances allant du sable au fauve.

Poil : le poil du Barbet est long, frisé, très fourni, presque méché, avec une texture laineuse.

Entretien du poil : le Barbet ne connaît pas de mue, l’entretien de son poil est donc assez simple : de simples brossages hebdomadaires pour éviter les nœuds et maintenir la qualité de sa robe seront suffisants.

Corps : chien trapu, puissant et de taille moyenne. Il est bien proportionné. Le corps de ce chien est long. La poitrine est large et peu profonde.

Tête : la tête du Barbet est très fournie en poil, avec une barbe longue et une moustache présente sur tout le chanfrein. Son crâne est large et arrondi et son stop marqué.

Yeux : les yeux du Barbet sont de forme ronde et de couleur marron foncé.

Oreilles : les oreilles du Barbet sont attachées bas, assez longues, plates et larges. Elles sont fournies en poils qui forment des mèches.

Queue : la queue du Barbet est attachée bas et dépasse légèrement la ligne du dos du chien lorsqu’il est en action. Le bout de sa queue forme un petit croché.

Espérance de vie : environ 14 ans.

Besoin de dépenses : important.

Note : le Barbet, étant initialement utilisé comme chien de travail, a conservé son besoin d’être utile et sollicité régulièrement par ses maîtres. De simples balades ne lui suffiront donc absolument pas, il devra être accompagné de maîtres sportifs et disponibles pour lui proposer diverses activités.

Activités possibles : activités en lien avec l’eau, grandes balades, agility, etc.

Vie en appartement : possible.

Note : même si le Barbet est davantage un chien rural ayant besoin de se balader longuement avec, si possible, un point d’eau à proximité, il pourra néanmoins évoluer dans un milieu citadin, seulement si ses maîtres lui proposent plusieurs sorties quotidiennes pour répondre pleinement à ses besoins.

Compatibilité avec les enfants : possible.

Note : le Barbet est un animal très doux et attentionné envers son groupe social, il pourra donc tout à fait cohabiter avec des enfants.

Toutefois, des règles de vie devront être mises en place et respectées de tous à la maison pour que la cohabitation soit saine et sécurisée. 

Coût d'acquisition : il faudra compter en moyenne 1200€ pour adopter un Barbet en élevage.

Budget mensuel : il faudra compter en moyenne 40€/mois pour subvenir aux besoins du Barbet tout en lui proposant une alimentation de qualité.

Cohabitation avec les autres animaux : possible.

Note : le Barbet n’est pas un chien agressif, il pourra tout à fait cohabiter avec d’autres animaux, même s’il faudra parfois faire attention à son instinct de chasse pouvant être pour certains individus très développé. Mais avec une bonne socialisation proposée dès son plus jeune âge, son instinct pourra être canalisé et modelé en fonction de ses partenaires de vie.

Robustesse : le Barbet est un chien robuste et résistant, notamment grâce à sa robe de qualité qui lui permet une bonne protection contre les intempéries (froid et humidité).

Son histoire

Le Barbet, officiellement originaire de France, fait débat quant à ses réelles origines : elles seraient soit d’Afrique du Nord, soit d’Europe Centrale. Initialement utilisé pour chasser le gibier d’eau, il est tout aussi utilisé désormais comme chien de travail que comme chien de compagnie. La race fut reconnue officiellement par la FCI en 1954.

Son caractère

Le Barbet est un chien actif et intelligent qui sait être très sociable. Il est somme toute assez équilibré et stable au quotidien si tous ses besoins sont comblés.

Son éducation

Le Barbet ne sera pas un chien difficile à éduquer, sauf si ses besoins ne sont pas comblés. En effet, s’il manque de stimulations régulières et riches, il n’aura que faire de coopérer avec ses maîtres. Une éducation à la fois ferme et cohérente sera indispensable, le tout accompagné de bienveillance concernant ses besoins et attentes quotidiennes.

Ses éventuels problèmes de santé

Le Barbet ne présente que très peu de maladies propres à la race, si ce n’est d’éventuels problèmes de dysplasie de la hanche ou de luxation rotulienne.

BARBU TCHÈQUE

Race-Barbu-Tch%C3%A8ques-228x300.jpg

Le Barbu Tchèque est chien de taille moyenne, qui a une allure élégante , presque noble. C’est également un excellent chien de chasse, qui adorera travailler et faire plaisir à ses maîtres. Il aura donc besoin d’être accompagné de maîtres sportifs, dynamiques et surtout disponibles pour répondre à ses forts besoins de dépense.

Sa fiche d'identité

Noms : Barbu Tchèque, Cesky Fousek, Chien d'arrêt à poil dur slovaque,  Griffon d'arrêt tchèque, Chien d'Arrêt de Bohême.

Groupe : Groupe n°7 : Chiens d’arrêt. - Section n°1.3 : Chiens d’arrêt continentaux, type Griffon. Avec épreuve de travail.

Hauteur au garrot : entre 60 et 66 cm pour les mâles et entre 58 et 62 cm pour les femelles.

Poids : entre 28 et 34 kg pour les mâles et entre 22 et 28 kg pour les femelles.

Couleur : il existe plusieurs couleurs de robes possibles/acceptées chez le Barbu Tchèque :

  • Rouan foncé.
  • Brun tacheté.
  • Brun uni.

Poil : il existe trois sortes de poils chez le Barbu Tchèque :

  • il y a tout d’abord le sous-poil qui est dense et protège le chien de l’humidité l’hiver (presque inexistant l’été), ce sous poil a une texture douce.
  • Ensuite, il y a le poil de couverture qui est mi-long (3 à 4 cm de longueur) qui a une texture dure et drue.
  • Puis, il y a les soies qui sont présentes au niveau du poitrail, sur la ligne du dos, à l’aine ainsi que sur les épaules : ce sont des poils un peu plus longs que le poil de couverture (5 à 7 cm).

Entretien du poil : le Barbu Tchèque devra être brossé régulièrement (une fois par semaine) pour éliminer les saletés et surveiller les éventuels parasites externes. Il perdra énormément de poils lors de sa mue annuelle, au printemps.

Corps : de taille moyenne, bien proportionné. Ce chien a une allure très noble. Présence d’une barbe sous le museau.

Tête : la tête du Barbu Tchèque est longue et relativement étroite, son crâne est légèrement bombé et arrondi et son stop modérément marqué.

Yeux : les yeux du Barbu Tchèque sont en forme d’amande et sont de couleur ambre foncé (pouvant aller jusqu’au marron).

Oreilles : les oreilles du Barbu Tchèque sont de taille moyenne, larges et attachées très haut. Leur pointe est légèrement arrondie et elles retombent contre la tête du chien.

Queue : la queue du Barbu Tchèque est portée à l’horizontale, en prolongation de la ligne du dos du chien. Elle peut être écourtée, dans ce cas, elle le sera des 3/5 de sa longueur initiale.

Espérance de vie : environ 12 ans.

Besoin de dépenses : important.

Note :  le Barbu Tchèque est un chien de chasse, il a donc besoin de beaucoup se dépenser s’il ne pratique pas cette activité régulièrement et que ses maîtres ne sont pas chasseurs. De simples balades hygiéniques ne suffiront pas, il aura besoin de se dépenser pleinement, tant physiquement que mentalement et surtout de manière olfactive.

Activités possibles : toutes les activités en lien avec le pistage, la chasse, l’agility, l’obé-rythmée, le cani-cross/VTT, etc.

Vie en appartement : déconseillé.

Note :  la vie en appartement ne sera pas envisageable pour le Barbu Tchèque si ses maîtres travaillent toute la journée et ne sont pas disponibles pour le dépenser plusieurs fois par jour de manière intensive.

C’est un chien qui a besoin d’espace pour s’épanouir pleinement et être bien dans ses pattes.

Attention tout de même, le simple fait d’être dans un jardin ne le dispense absolument pas de sortir en dehors de chez lui pour diverses balades quotidiennes, bien au contraire !

Compatibilité avec les enfants : possible.

Note : le Barbu Tchèque pourra tout à fait intégrer un foyer comprenant des enfants, il est sociable, doux, joueur et affectueux : caractère parfait pour vivre auprès d’enfants.

Il faudra tout de même respecter des règles de vie à la maison pour que la cohabitation soit saine et sécurisée.

Coût d'acquisition : il faudra compter en moyenne 900€ pour adopter un Barbu Tchèque en élevage.

Budget mensuel : il faudra compter environ 50€/mois pour subvenir aux besoins du Barbu Tchèque.

Cohabitation avec les autres animaux : possible.

Note : le Barbu Tchèque est un chasseur né, il a donc un fort instinct de prédation et un mordant pouvant être fatal (notamment vis à vis des nuisibles). Il ne conviendra donc pas pour une cohabitation avec tous les animaux (je pense notamment à certains NAC).

Toutefois, une bonne socialisation dès son plus jeune âge permettra de canaliser et modeler cet instinct pour ensuite pouvoir lui proposer la présence d’autres animaux sans problème. Tout est une question d’habitude, et le plus tôt c’est amorcé, mieux c’est !

Robustesse : le Barbu Tchèque est un chien résistant et robuste, notamment grâce à son pelage de qualité.

Son histoire

Le Barbu Tchèque est un chien, initialement utilisé pour la chasse polyvalente, qui vient de République Tchèque, comme son nom l’indique. Il est particulièrement présent en Slovaquie et République Tchèque depuis le début du 20ème siècle. C’est d’ailleurs seulement en 1989 que le Barbu Tchèque sera importé en France. La FCI reconnaît officiellement la race en 1963.

Son caractère

Le Barbu Tchèque est un chien sociable, affectueux envers son groupe social et docile malgré son fort instinct de chasse. Il est actif, dynamique et joueur, il adorera faire des activités aux côtés de ses maîtres.

Son éducation

Le Barbu Tchèque, malgré qu’il soit un chien de chasse (et les chiens de chasse sont parfois difficiles à canaliser et donc à éduquer) est un chien plutôt docile qui acceptera avec entrain de coopérer avec son maître si ce dernier utilise des méthodes respectueuses, bienveillantes et cohérentes et qu’il répond correctement à ses besoins.

Ses éventuels problèmes de santé

Le Barbu Tchèque peut être sujet à des problèmes d’otites.

BARZOÏ

Race-Barzo%C3%AF.jpg

Le Barzoï, grand lévrier aux allures très nobles, aussi sec que robuste, est un chien très équilibré avec un tempérament plutôt tranquille, sauf lorsqu’il voit du gibier. Grand coureur, il aura besoin de maîtres disponibles et actifs pouvant lui proposer des activités qui répondent à ses besoins (course et pistage principalement).

Sa fiche d'identité

Noms : Barzoï, Lévrier de chasse russe, Psovaya borzaya, Rousskaya Psovaya Borzaya.

Groupe : Groupe n°10 : Lévriers. - Section n°1 : Lévriers à poil long ou frangé. Sans épreuve de travail.

Hauteur au garrot : entre 75 et 85 cm pour les mâles et entre 68 et 78 cm pour les femelles.

Poids : entre 37 et 47 kg pour les mâles et entre 27 et 39 kg pour les femelles.

Couleur : toutes les couleurs de robes sont admises chez le Barzoï sauf le bleu et le marron ainsi que tous leurs dérivés.

Poil : le poil du Barzoï est mi-long, de texture douce et soyeuse, il a le poil souple et ondulé. Le poil sera plus abondant sur le cou, plus satiné sur la tête les oreilles et les membres, plus long sur le corps et plus court sur les omoplates et la croupe.

Entretien du poil : le Barzoï perd beaucoup ses poils lors de sa mue annuelle. Il faudra le brosser plusieurs fois par semaine pour garder la qualité et la beauté de son pelage.

Corps : le barzoï est un chien bien proportionné, svelte et de grande taille. Son élégance lui confère un air noble voire aristocratique.

Tête : la tête du Barzoï est longue, étroite et sèche. Tellement sèche d’ailleurs que l’on peut apercevoir ses grandes veines sous sa peau. Son crâne est étroit (en ovale vu du dessus et plat vu de profil). Son stop est peu marqué.

Yeux : les yeux du Barzoï sont grands, en forme d’amande (non bridés) et de couleur noisette foncée ou brun foncé.

Oreilles : les oreilles du Barzoï sont petites, portées en arrière au repos et sur les côtés ou en avant lorsqu’il est en éveil.

Queue : la queue du Barzoï est en forme de faucille ou de sabre, elle est attachée bas, de bonne longueur et assez mince. Sa queue, même en action, ne dépassera jamais la ligne du dos.

Espérance de vie : environ 11 ans.

Besoin de dépenses : important.

Note : comme tout bon lévrier qui se respecte, le Barzoï a besoin de beaucoup d’exercices pour être pleinement épanoui et bien dans ses pattes. Il aura besoin de grands espaces pour pouvoir courir sur de longues distances, à toute vitesse.

Activités possibles : course, cani-cross, grandes balades, pistage, etc.

Vie en appartement : possible.

Note :  il sera possible d’accueillir un Barzoï en appartement, mais seulement si ses maîtres sont suffisamment disponibles pour lui proposer des activités pouvant répondre à son grand besoin de courir.

Compatibilité avec les enfants : possible.

Note : le Barzoï pourra tout à fait cohabiter avec des enfants, mais ces derniers devront respecter le tempérament calme et le besoin de tranquillité de ce chien pour que la cohabitation soit saine et sécurisée.

Coût d'acquisition : il faudra compter en moyenne 800€ pour adopter un Barzoï en élevage.

Budget mensuel : il faudra compter en moyenne 50€/mois pour subvenir aux besoins du Barzoï.

Cohabitation avec les autres animaux : possible.

Note : dun naturel calme et équilibré, le Barzoï pourra tout à fait cohabiter avec d’autres animaux mais une bonne socialisation dès son plus jeune âge sera toutefois nécessaire pour que la cohabitation soit plus simple pour tout le monde.

Robustesse : le Barzoï est un chien assez robuste et sec.

Son histoire

Le Barzoï, originaire de Russie, fait partie de l’histoire et de la culture russe depuis près de 9 siècles. Les Barzoï seraient arrivés en France grâce au mariage de la fille du Grand Duc de Kiev, Anne de Kiev, avec Henri 1er au 11ème siècle. La FCI reconnait officiellement la race en 1956.

Son caractère

Le Barzoï est un chien très équilibré, parfois têtu, qui a un tempérament calme, ce qui en fait un chien agréable à vivre au quotidien. Il est toutefois assez sensible et peut très rapidement changer de comportement à la vue de gibier (excitation et détermination seront alors ses mots d’ordre).

Son éducation

Le Barzoï ne sera pas un chien difficile à éduquer si l’éducation est amorcée dès son plus jeune âge en trouvant le bon équilibre entre douceur et fermeté. Ses côtés parfois têtu et très sensible impliquent une grande patience et cohérence de la part de ses maîtres.

Ses éventuels problèmes de santé

Le Barzoï est sensible à ces maladies :

BASENJI

Race-Basenji.jpg

Le Basenji est un chien primitif très ancien, originaire du Congo, qui était considéré comme sacré auprès des populations à l’époque de l’Égypte ancienne. Très actif et endurant, il sera le parfait compagnon d’un maître sportif souhaitant s’accompagner d’un toutou lors de ses activités sportives.

Sa fiche d'identité

Nom : Basenji, Terrier du Congo, Chien de Khéops, Terrier Nyam-Nyam.

Groupe : Groupe n°5 : Chiens de type Spitz et de type primitif. - Section n°6 : Type primitif. Sans épreuve de travail.

Hauteur au garrot : en moyenne 43 cm pour les mâles et entre 40 cm pour les femelles.

Poids : en moyenne 11 kg pour les mâles et 9,5 kg pour les femelles.

Couleur : le Basenji peut avoir une robe bicolore (noir/blanc, rouge/blanc, noir/feu, fauve/blanc), unicolore (noir) ou bringée (rayures noires sur fond rouge). En revanche, les pieds, le poitrail et l’extrémité de la queue sont toujours blancs.

Poil : le poil du Basenji est court et très fin.

Entretien du poil : le Basenji ne sera pas un chien difficile à entretenir car il est particulièrement réputé pour sa grande propreté (apparentée à celle d’un chat). Un brossage hebdomadaire suffira.

Corps : ce vigoureux petit chien, à la fine carrure, cache une belle musculature. Il est très bien proportionné.

Tête : la tête du Basenji est composée de fines rides qui apparaissent sur le front lorsque le chien est en éveil. Son crâne est plat, moyennement large et son stop est légèrement marqué.

Yeux : les yeux du Basenji sont en forme d’amande et de couleur foncée.

Oreilles : les oreilles du Basenji sont de petite taille, pointues et attachées au sommet du crâne, orientée vers l’avant.

Queue : la queue du Basenji est attachée haut et s’enroule au dessus de la ligne du dos et forme une boucle simple ou double le long de la cuisse.

Espérance de vie : environ 14 ans.

Besoin de dépenses : important.

Note : le Basenji est un chien très actif et endurant qui aura besoin de beaucoup d’exercices pour exprimer ses capacités. Il aura donc besoin d’être accompagné d’un maître sportif et disponible pour lui proposer diverses activités stimulantes.

Activités possibles : grandes balades, agility, cani-cross, pistage, traction, stimulation mentale, obé-rythmée, etc.

Vie en appartement : possible.

Note :  le Basenji pourra aisément s’habituer à tous les modes de vie à la seule condition que ses besoins soient comblés et qu’il ne reste pas enfermé toute la journée chez lui ou dans son jardin.

Compatibilité avec les enfants : possible.

Note : le Basenji n’est pas le chien le plus sociable avec les enfants envers qui il ne sera pas très patient. De grands enfants seront davantage conseillés pour que la cohabitation soit sereine.

Toutefois, si le Basenji grandi en même temps que les enfants et que ces derniers respectent scrupuleusement les règles de sécurité et de vie au quotidien instaurées, la cohabitation pourra tout à fait exister.

Coût d'acquisition : il faudra compter entre 500 et 1000€ pour adopter un Basenji en élevage.

Budget mensuel : il faudra compter en moyenne 30€/mois pour subvenir aux besoins du Basenji tout en lui proposant une alimentation de qualité.

Cohabitation avec les autres animaux : possible.

Note : si une socialisation précoce est proposée, le Basenji pourra tout à fait cohabiter avec d’autres animaux, mais il faudra toujours se montrer vigilant pour éviter tout incident. Il est cependant plutôt sociable avec ses congénères.

Robustesse : le Basenji est un chien plutôt robuste.

Son histoire

Le Basenji, originaire de la République du Congo, est une race très ancienne puisque des représentations de ce chien auraient été observées sur des tombes de l’Égypte ancienne où il était considéré comme un être sacré. Initialement, le Basenji est utilisé pour la chasse mais aussi pour la simple compagnie. On voit arriver cette race en France à partir des années 60 et la FCI reconnaît officiellement le Basenji en 1964.

Son caractère

Le Basenji est un chien affectueux, vif, joueur et surtout très sportif et endurant. Presque muet, il aboie très peu et ne sera donc pas un bon gardien. Toutefois, son « cri/gloussement » lui est propre et peut surprendre à la première écoute. C’est un chien très intelligent qui malgré son côté indépendant, sera un très bon compagnon de vie au quotidien. Il peut se montrer craintif/méfiant face à l’étranger.

Son éducation

Le Basenji peut se montrer têtu et indépendant, il pourra donc être difficile de capter son attention, mais il suffira de trouver ce qui peut le motiver à coopérer (nourriture, jeu, etc) et adopter une attitude à la fois ferme et cohérente dès son plus jeune âge pour instaurer des règles de vie mais aussi des règles éducatives sans tarder.

Ses éventuels problèmes de santé

Le Basenji pourra être sujet au Syndrome de Fanconi (maladie rénale), à la dysplasie de la hanche, à une hernie inguinale ou encore à des anomalies congénitales de l’œil.

BASSET ARTÉSIEN NORMAND

Race-Basset-Art%C3%A9sien-Normand.jpg

Le Basset Artésien Normand, race made in France, est un chien courant très robuste. Très court sur pattes avec des oreilles disproportionnées, le Basset Artésien Normand a une carrure plutôt atypique qui fera le bonheur d’une famille active et dynamique.

Sa fiche d'identité

Nom : Basset Artésien Normand.

Groupe : Groupe n°6 : Chiens courants, chiens de recherche au sang et races apparentées. - Section n°1.3 : Chiens courants de petite taille. Avec épreuve de travail

Hauteur au garrot : entre 30 et 36 cm pour les mâles et les femelles.

Poids : entre 15 et 20 kg pour les mâles et les femelles.

Couleur : le Basset Artésien Normand peut avoir une robe tricolore (fauve, noire et blanche) ou bicolore (fauve et blanche).

Poil : le poil du Basset Artésien Normand est ras et court.

Entretien du poil : il est très facile d’entretenir le poil du Basset Artésien Normand puisque son poil est ras et que sa mue annuelle n’engendre que très peu de perte de poils. Un brossage devra toutefois être proposé au moins deux fois par mois, et de manière hebdomadaire pendant la mue annuelle (qui se profile en général au printemps).

Corps : de forme allongée. Ce chien est « court sur pattes » mais de corpulence athlétique. Son corps est puissant et il est supporté par des pattes très courtes.

Tête : le crâne du Basset Artésien Normand a une forme de dôme, il est modérément large et son stop est marqué mais sans exagération.

Yeux : les yeux du Basset Artésien Normand sont de forme ovale, grands et de couleur foncée.

Oreilles : les oreilles du Basset Artésien Normand sont attachées très bas (toujours au niveau, ou en dessous, de la ligne de l’œil). Elles sont grandes, fines et souples.

Queue : la queue du Basset Artésien Normand est longue, forte à la base et s’amenuise jusqu’à l’extrémité. Lorsque le chien n’est pas actif, la queue touche presque le sol. Elle est portée en sabre et ne doit jamais être en panache.

Espérance de vie : environ 15 ans.

Besoin de dépenses : important.

Note : le Basset Artésien Normand aura énormément besoin de dépense pour être bien dans ses pattes. Malgré que son allure puisse rapidement l’associer à un chien type Rantanplan, il n’en est pas moins un chien travailleur, très actif !

Activités possibles : la chasse, des exercices de pistage, de longues balades, etc.

Vie en appartement : possible.

Note : le Basset Artésien Normand pourra tout à fait s’acclimater à une vie citadine, seulement si ses besoins de dépense sont comblés et qu’il ne reste pas enfermé toute la journée dans un appartement.

Par ailleurs, même enfermé toute la journée dans un jardin, le Basset Artésien Normand ne sera pas plus heureux, il a besoin de « voir du pays » et de stimuler son flair incroyable quotidiennement à travers de longues balades.

Compatibilité avec les enfants : possible.

Note : le Basset Artésien Normand s’entend très bien avec les enfants. Toutefois, chacun devra rester à sa place et respecter certaines règles pour éviter tout incident et faire ainsi en sorte d’obtenir une cohabitation saine et sécurisée.

Coût d'acquisition : il faudra compter en moyenne 600€ pour adopter un Basset Artésien Normand en élevage.

Budget mensuel : il faudra compter environ 30€/mois pour subvenir aux besoins du Basset Artésien Normand tout en lui proposant une alimentation de qualité.

Cohabitation avec les autres animaux : possible.

Note : le Basset Artésien Normand n’est pas un chien agressif pour un sous, il pourra donc tout à fait évoluer dans un foyer avec d’autres animaux.

Toutefois, avec son fort instinct de chasse, une socialisation de qualité devra lui être proposée dès son plus jeune âge.

Robustesse : le Basset Artésien Normand est un chien très robuste et solide, qui possède une longue espérance de vie, mais qu’il faut tout de même surveiller.

Son histoire

Originaire de France, le Basset Artésien Normand voit le jour au 19ème siècle en même temps que les élevages de Basset Français (1870). Très bon chien de chasse, il est aussi compétent seul qu’en groupe et peut chasser à la fois le lapin ou le chevreuil. Le nom de la race fut officialisé en 1924 et c’est en 1963 que la FCI reconnaît officiellement la race.

Son caractère

Le Basset Artésien Normand est un chien très joueur et affectueux. Il est, de par ses origines de chasseur, un chien très actif, pouvant parfois se montrer très têtu et déterminé.

Son éducation

Le Basset Artésien Normand ne sera pas un chien difficile à éduquer si son tempérament et son caractère sont pris en compte par ses maîtres. En effet, il peut se montrer têtu et aura besoin d’une éducation à la fois ferme, respectueuse et surtout cohérente.

Ses éventuels problèmes de santé

  • Otite.
  • Problèmes au niveau des disques vertébraux.
  • Dysplasie du coude (apparition d’arthrose vers l’âge de 4-5 ans entraînant des boiteries).
  • Prédisposition à l'obésité.

BASSET DE WESTPHALIE

Race-Basset-de-Westphalie-300x225.jpg

Le Basset de Westphalie est souvent considéré comme la version miniature du Brachet Allemand. Chien aussi robuste qu’affectueux, il sera le parfait compagnon aussi bien d’un maître chasseur souhaitant une aide canine que d’un foyer souhaitant une compagnie active.

Sa fiche d'identité

Nom : Basset de Westphalie, Westfälische Dachsbracke.

Groupe : Groupe n°6 : Chiens courants, chiens de recherche au sang et races apparentées. - Section n°1.3 : Chiens courants de petite taille. Avec épreuve de travail

Hauteur au garrot : le Basset de Westphalie mâle, ou femelle, mesure entre 30 et 38 cm au garrot.

Poids : le Basset de Westphalie, mâle ou femelle, pèse en moyenne 15 kg.

Couleur : le Basset de Westphalie est tricolore : rouge, noir et blanc. Des marques blanches sont présentes autour du museau, au niveau du collier, sur le poitrail, sur les membres ainsi qu’à l’extrémité de la queue. Les Basset de Westphalie bicolores ou bruns/chocolats ne sont pas acceptés.

Poil : le poil du Basset de Westphalie est mi-long sur le dos et le cou et court sur la tête, les oreilles et le bas des membres. Son poil, très serré, a une texture rude.

Entretien du poil : il est conseillé de brosser le Basset de Westphalie de manière hebdomadaire.

Corps : ce petit chien possède une puissante musculature.

Tête : le Basset de Westphalie a une tête proportionnée au reste du corps, de taille moyenne, qui paraît étroite et allongée vue de devant. Son crâne n’est pas non plus très large et son stop peu marqué.

Yeux : les yeux du Basset de Westphalie sont de couleur foncée.

Oreilles : les oreilles du Basset de Westphalie sont assez larges, de longueur moyenne et plaquées contre la tête du chien.

Queue : la queue du Basset de Westphalie est attachée haut, forte à la base, qui est dans le parfait prolongement de la ligne du dos. Le poil inférieur est touffu, en brosse et le poil supérieur et lisse et couché.

Espérance de vie : environ 12 ans.

Besoin de dépenses : important.

Note : le Basset de Westphalie, chien de chasse dans l’âme, aura bien entendu besoin d’énormément d’exercices pour être bien dans ses pattes. Il sera important de mettre l’accent tant sur des exercices permettant une dépense physique que mentale.

Activités possibles : chasse, pistage, obé-rythmée, grandes balades, etc.

Vie en appartement : possible.

Note : le Basset de Westphalie pourra tout à fait s’acclimater à une vie citadine mais aura tout de même besoin de nombreux temps de dépense, aux côtés de son maître.

Il ne pourra absolument pas rester seul toute une journée entière enfermé (que ce soit en appartement ou dans un jardin d’ailleurs).

Le Basset de Westphalie aura besoin de maîtres disponibles et actifs pour répondre à ses besoins.

Compatibilité avec les enfants : possible.

Note : le Basset de Westphalie est un très bon chien de famille, et s’entendra très bien avec les enfants.

Des règles de vie à la maison devront toutefois être mises en place et respectées de tous pour parvenir à une cohabitation harmonieuse et sécurisée.

Coût d'acquisition : il faudra compter en moyenne 800€ pour adopter un Basset de Westphalie en élevage.

Budget mensuel : il faudra compter environ 30€/mois pour subvenir aux besoins du Basset de Westphalie tout en lui proposant une alimentation de qualité.

Cohabitation avec les autres animaux : possible.

Note : si le Basset de Westphalie est socialisé dès son plus jeune âge, il pourra tout à fait cohabiter avec d’autres animaux, tout en veillant toujours à réguler et contrôler son instinct de chasse, bien  entendu.

Robustesse : le Basset de Westphalie est un chien robuste, à la santé solide.

Son histoire

Le Basset de Westphalie est originaire d’Allemagne et est la version réduite du Brachet Allemand. Il serait donc le fruit de croisements entre le Brachet et d’autres types de Basset. Notez également que cette race a permis le développement du Basset Suédois. Officiellement, la FCI reconnaît la race en 1954.

Son caractère

Le Basset de Westphalie est un chien de chasse hors pair qui saura faire le bonheur d’un maître chasseur. Ses origines de travail lui valent un tempérament assez sûr de lui et très actif. C’est un chien qui s’attachera rapidement à son groupe social auquel il vouera une fidélité sans nom.

Son éducation

Étant un excellent chien de chasse, le Basset de Westphalie est du genre déterminé et peut se montrer peu docile lors de l’éducation, notamment si ses besoins de dépense ne sont pas pleinement comblés.

Il faudra rapidement mettre en place une éducation ferme, cohérente et surtout respectueuse des principes de l’éducation positive pour obtenir la coopération du Basset de Westphalie et non entrer dans un rapport de force avec lui.

Ses éventuels problèmes de santé

Il faudra surveiller régulièrement les oreilles du Basset de Westphalie pour éviter les otites.

BASSET DES ALPES

Chien-race-basset-des-alpes.jpg

Le Basset des Alpes est un excellent chien de chasse en milieu alpin. Il est toutefois aussi à l’aise comme chien de chasse que comme chien de compagnie si tous ses besoins sont comblés. Très actif et parfois indépendant, le Basset des Alpes aura besoin d’un maître dynamique, présent et cohérent dans ses interactions avec lui.

Sa fiche d'identité

Nom : Basset des Alpes, Braque Basset des Alpes, Alpenländische dachsbracke.

Groupe : Groupe n° 6 : Chiens courants, chiens de recherche au sang et races apparentées. – Section n°2 : Chiens de recherche au sang. Avec épreuve de travail.

Hauteur au garrot : environ 34 et 42 cm et idéalement entre 37 et 38 cm pour les mâles et entre 36 et 37 cm pour les femelles.

Poids : le Basset des Alpes, mâle ou femelle, pèse en moyenne 16 kg.

Couleur : le Basset des Alpes peut avoir une robe fauve foncé pouvant tirer vers le rouge avec ou sans petites marques noires. Il peut également avoir une robe noire avec des marques feu.

Poil : le Basset des Alpes a un poil très dense et un sous-poil épais. Son poil de couverture est couché et recouvre tout son corps.

Entretien du poil : un entretien hebdomadaire sera à privilégier pour garder les qualités protectrices de son pelage.

Corps : « court sur pattes », ce chien possède une puissante carrure.

Tête : le crâne du Basset des Alpes est légèrement bombé avec un sillon frontal et un stop bien marqués.

Yeux : les yeux du Basset des Alpes sont de couleur marron foncé.

Oreilles : les oreilles du Basset des Alpes sont de longueur moyenne, larges, attachées haut et pendantes.

Queue : la queue du Basset des Alpes est attachée haut, forte à la base et portée abaissée.

Espérance de vie : environ 12 ans.

Besoin de dépenses : important.

Note : le Basset des Alpes étant un chasseur dans l’âme, il aura besoin de beaucoup de stimulations physiques, mentales et olfactives pour être bien dans ses pattes. De simples balades ne lui suffiront pas, il aura besoin de maîtres présents et actifs pour le combler.

Activités possibles : longues balades, agility, pistage, chasse, cani-cross, etc.

Vie en appartement : possible.

Note : la vie en appartement ne sera possible que si le Basset des Alpes a la possibilité de se dépenser tant physiquement que mentalement, et ce au quotidien. Il ne faudra pas espérer en faire un chien de canapé qui attend sagement ses maîtres toute la journée à la maison.

L’environnement idéal du Basset des Alpes est bien entendu le milieu alpin, mais si tous ses besoins sont comblés, il pourra s’adapter à de nombreux modes de vie.

Compatibilité avec les enfants : possible.

Note : le Basset des Alpes pourra tout à fait cohabiter avec des enfants avec qui il saura être très attentionné et affectueux.

Toutefois, des règles de vie devront être mises en place et surtout respectées pour que la cohabitation soit saine et sécurisée au quotidien.

Coût d'acquisition : il faudra compter en moyenne 700€ pour adopter un Basset des Alpes en élevage.

Budget mensuel : il faudra compter environ 30€/mois pour subvenir aux besoins du Basset des Alpes tout en lui proposant une alimentation de qualité.

Cohabitation avec les autres animaux : possible.

Note : ayant un très fort instinct de chasse, le Basset des Alpes ne pourra cohabiter avec d’autres animaux que s’il connait une socialisation de qualité dès son plus jeune âge.

Toutefois, le Basset des Alpes n’est pas un chien qui se montrera facilement agressif, sauf s’il se sent menacé. Il pourra donc tolérer la présence d’autres animaux si tous les animaux présents sont respectueux et habitués à la cohabitation.

Robustesse : grâce à son pelage de qualité et sa construction solide, le Basset des Alpes est un chien très robuste.

Son histoire

Originaire d’Autriche, le Basset des Alpes, du moins un chien ayant une apparence proche, aurait été utilisé par des chasseurs pendant l’Antiquité. Initialement, le Basset des Alpes était appelé le Basset des Alpes de l’Erzgebirge. Il fut reconnu 3ème chien de recherche au sang pour l’association cytologique faîtière d’Autriche en 1932 et la FCI reconnaît officiellement la race faisant partie du groupe 6 en 1991.

Son caractère

Comme beaucoup de chien de chasse, le Basset des Alpes est un chien courageux, plein d’énergie et très actif. Le Basset des Alpes saura à la fois être un bon compagnon de chasse mais aussi un bon compagnon de vie pour toute la famille.

Son éducation

Le Basset des Alpes peut se montrer peu docile de par son tempérament assez indépendant et têtu. Toutefois, si une bonne éducation ferme et cohérente est proposée dès son plus jeune âge avec une réponse de qualité à ses besoins de dépense, le Basset des Alpes sera un très bon compagnon, à l’écoute de ses maîtres.

Ses éventuels problèmes de santé

On ne connaît aucunes prédispositions particulières à d’éventuels problèmes de santé chez le Basset des Alpes.

BASSET FAUVE DE BRETAGNE

Race-Basset-Fauve-de-Bretagne.jpg

Le Basset Fauve de Bretagne est un chien de chasse made in France. Il est très affectueux et proche de son groupe social. Facile à vivre, le Basset Fauve de Bretagne pourra s’adapter à de nombreux rythmes et styles de vie tant que ses besoins sont comblés.

Sa fiche d'identité

Nom : Basset Fauve de Bretagne.

Groupe : Groupe n°6 : Chiens courants, chiens de recherche au sang et races apparentées. - Section n°1.3 : Chien courants de petite taille. Avec épreuve de travail.

Hauteur au garrot : le Basset Fauve de Bretagne mesure entre 32 et 38 cm au garrot.

Poids : le Basset Fauve de Bretagne pèse entre 15 et 20 kg en moyenne.

Couleur : comme son nom l’indique le Basset Fauve de Bretagne a une robe fauve pouvant aller du froment doré au rouge brique. On peut retrouver sur certains chiens une marque banche au niveau du poitrail ainsi que des poils noirs dispersés sur le dos et les oreilles.

Poil : le Basset Fauve de Bretagne a le poil court et dur. Son poil ne doit ni être laineux, ni frisé.

Entretien du poil : il n’est pas difficile d’entretenir un Basset Fauve de Bretagne, il suffira de le brosser une à deux fois par semaine pour garder la qualité et la propreté de son pelage.

Corps : petit et trapu, il développe une solide ossature (construite en longueur). C’est un chien qui est tassé dans son ensemble.

Tête : la tête du Basset Fauve de Bretagne est proportionnée au reste du corps, son crâne est allongé et le stop est marqué.

Yeux : les yeux du Basset Fauve de Bretagne sont de couleur marron.

Oreilles : les oreilles du Basset Fauve de Bretagne sont en pointes et recouvertes d’un poil plus court et fin que sur le reste du corps.

Queue : la queue du Basset Fauve de Bretagne est de taille moyenne, épaisse à la base et s’affinant vers l’extrémité. Il porte sa queue en faucille au repos et au dessus de la ligne du dos lorsqu’il est actif.

Espérance de vie : environ 13 ans.

Besoin de dépenses : modéré.

Note : le Basset Fauve de Bretagne, malgré que ce soit un chien de chasse, n’a pas besoin d’énormément d’exercices quotidiens comme ses cousins chasseurs. Toutefois, il est primordial de lui proposer des occupations physiques, mentales, masticatoires, sociales et olfactives régulièrement afin qu’il ne développe pas de troubles du comportement liés à un manque de dépense ou à de l’ennui.

Activités possibles : toutes les activités en lien avec le pistage, pour répondre à son instinct de chasse de manière contrôlée. De longues balades en campagne pour le dépenser physiquement. Des exercices d’obéissance ludiques ET éducatifs pour parfaire son éducation tout en s’amusant.

Vie en appartement : possible.

Note : le Basset Fauve de Bretagne pourra tout à fait s’acclimater à une vie citadine mais il sera plus que nécessaire de lui proposer des balades en totale ou semi liberté pour qu’il puisse exprimer pleinement sa soif de grands espaces.

Compatibilité avec les enfants : possible.

Note :  le Basset Fauve de Bretagne, étant très affectueux, pourra sans problème faire partie d’une famille avec enfants. Toutefois, il sera indispensable de mettre en place des règles de vie à la maison pour éviter tout incident dans le respect de chaque individu.

Coût d'acquisition : il faudra compter en moyenne 700€ pour adopter un Basset Fauve de Bretagne en élevage.

Budget mensuel : il faudra compter en moyenne 40€/mois pour subvenir aux besoins du Basset Fauve de Bretagne en lui proposant une alimentation de qualité.

Cohabitation avec les autres animaux : possible.

Note : si une socialisation est proposée dès le plus jeune âge du Basset Fauve de Bretagne, il pourra tout à fait cohabiter avec d’autres animaux. Il faudra toutefois faire attention à bien contrôler son instinct de chasse qui pourrait se révéler problématique pour certaines espèces.

Robustesse : le Basset Fauve de Bretagne est un chien rustique avec une santé de fer.

Son histoire

Le Basset Fauve de Bretagne est une race très ancienne, sa présence a été attestée dès le 16ème siècle. Originaire de France, cette race est issue de croisements entre le Griffon Fauve de Bretagne, le Basset Vendéen et le Teckel à poil dur. La race fut sauvée par un éleveur du nom de M. Paumbrun. Le FCI reconnaît officiellement le Basset Fauve de Bretagne en 1963.

Son caractère

Le Basset Fauve de Bretagne est un chien très facile à vivre, qui sera proche de son maître et son groupe social de manière générale. Ce n’est pas un très bon gardien, il est très affectueux et amical envers l’Homme.

Son éducation

Il ne sera pas compliqué d’éduquer un Basset Fauve de Bretagne tant que de bonnes habitudes sont prises dès son plus jeune âge.

Le Basset Fauve de Bretagne aura à cœur de coopérer avec son maître si ce dernier fait preuve à la fois de fermeté et de cohérence dans l’éducation.

Il sera important, comme pour tous les chiens de chasse, de mettre l’accent sur le travail du rappel et du renoncement de manière générale.

Ses éventuels problèmes de santé

Étant solide, le Basset Fauve de Bretagne ne s’expose pas à d’éventuels problèmes de santé pouvant être spécifiques à la race.

BASSET HOUND

basset hound

Le Basset Hound, célèbre chien Télé Z, est très populaire, notamment aux États-Unis. Son physique atypique n’est toutefois pas représentatif de son caractère car malgré son côté « pépère », il reste un chien très actif et joueur.

Sa fiche d'identité

Nom : Basset Hound.

Groupe : Groupe n°6 : Chiens courants, chiens de recherche au sang et races apparentées. - Section n°1.3 : Chiens courants de petite taille. Avec épreuve de travail.

Hauteur au garrot : entre 33 cm et 38 cm.

Poids : entre 25 et 30 kg pour les mâles et entre 18 et 25 kg pour les femelles.

Couleur : la robe du Basset Hound est essentiellement tricolore avec du blanc, du noir et du marron. On pourra cependant croiser des Basset Hound bicolore, blanc et citron.

Poil : le poil du Basset Hound est court, lisse et serré.

Entretien du poil : le Basset Hound n’a pas besoin d’un grand entretien au niveau de son poil, mais il sera toujours nécessaire de le brosser le plus régulièrement possible.

Corps : fort, allongé et massif. Ce chien est de petite taille, il est court sur pattes.

Tête : la tête du Basset Hound est représentative de son corps : très longue. Ses paupières et ses lèvres pendantes lui donne un air tout à fait atypique.

Yeux : les yeux du Basset Hound sont en forme de losange, de couleur foncée, et avec des paupières très tombantes (nécessitant des soins quotidiens).

Oreilles : les oreilles du Basset Hound sont très longues, attachées bas et pendantes.

Queue : sa queue est assez longue mais sans être proportionnellement aussi longue que son corps. Elle n’est pas spécialement fournie en poils.

Espérance de vie : 12 ans en moyenne.

Besoin de dépenses : important.

Note : malgré son physique un peu « pépère », le Basset Hound est un chien très actif qui a énormément besoin de se dépenser. Il déborde d’énergie et a besoin de se balader dans différents environnements, surtout riches en stimulations olfactives.

Activités possibles : principalement des activités de pistage et de dépense olfactive, afin de répondre à son instinct de poursuite très développé de par son flair très performant.

Vie en appartement : possible.

Note : la vie en appartement sera tout à fait possible pour le Basset Hound, à condition bien entendu de le sortir régulièrement. Attention toutefois, le Basset Hound n’appréciant pas la solitude, il pourrait extérioriser facilement son mal-être en adoptant un comportement destructeur.

Compatibilité avec les enfants : possible.

Note : la présence d’enfants dans le foyer du Basset Hound est tout à fait possible. Etant à la fois joueur et calme, il sera le parfait compagnon des enfants.

Toutefois, il sera très important d’instaurer des règles de vie, que ce soit pour le chien comme pour les enfants afin que chacun respectent l’espace et la tranquillité de l’autre.

Cout d'acquisition : il faudra compter entre 800 et 1200€ pour acquérir un Basset Hound d’élevage, inscrit au LOF.

Budget mensuel : il faudra compter une quarantaine d’€ par mois pour subvenir aux besoins du Basset Hound, sachant que l’alimentation de ce chien doit être de très bonne qualité pour éviter tous les risques liés au surpoids.

Cohabitation avec les autres animaux : possible.

Note : le côté « pacifiste » du Basset Hound lui permet une bonne cohabitation avec ses congénères ou d’autres animaux. Néanmoins, une bonne socialisation sera à proposer à ce chien afin qu’il soit habitué, dès le plus jeune âge, à la présence de congénères ou d’autres espèces animales dans son environnement.

De manière générale, le Basset Hound appréciera davantage d'être entouré et de vivre en groupe qu’en solitaire, il est d’ailleurs réputé pour ne pas être agressif ou peureux.

Robustesse : le Basset Hound est un chien plutôt robuste, mais qui, toutefois, sera plutôt sensible à l’humidité et au froid. Il ne sera donc pas un adepte du dodo en extérieur par exemple.

Son histoire

Le Basset Hound est originaire de Grande Bretagne et serait issu de croisements entre plusieurs races françaises (notamment le Basset d’Artois et le Saint-Hubert). Initialement, il était utilisé comme chien courant. Chien de travail performant notamment grâce à son odorat remarquable, il fut ensuite davantage considéré comme un chien de compagnie, notamment aux États-Unis.

Son caractère

Le Basset Hound est réputé pour son entêtement et sa ténacité : lorsqu’il veut quelque chose, il sait se faire comprendre. Toutefois, s’il est bien éduqué et cadré, il sera le parfait chien de famille. Très joueur et très câlin, le Basset Hound préférera la présence de ses maîtres à la solitude.

Son éducation

La maturité du Basset Hound est plutôt tardive (environ 3 ans, sachant que cela sera variable pour chaque individu). Il ne faut donc pas attendre que « jeunesse se passe » pour commencer son éducation. De caractère très têtu, nous l’avons vu, le Basset Hound ne sera pas le chien le plus coopératif de la terre mais une éducation ferme, constante et cohérente ainsi qu’une bonne réponse à ses besoins feront de lui un parfait chien de compagnie.

Ses éventuels problèmes de santé

Le Basset Hound est réputé pour être sujet à l’embonpoint, il est donc essentiel de faire attention à son poids car cela pourrait avoir un impact direct sur sa colonne vertébrale. De manière générale, le Basset Hound est plutôt sensible du dos, les obstacles et les escaliers ne seront donc pas à proposer de manière régulière et intensive au Basset Hound. Enfin, il sera indispensable de prendre soin des oreilles et des yeux de ce chien car il aurait tendance à développer rapidement des infections/maladies.

Le Basset Hound est sujet à :

BEAGLE

race-beagle.jpg

Le beagle est un chien que nous affectionnons tout particulièrement chez TTPLC car Tartine, notre mascotte, est une fière représentante de cette race de chien courant. Appelé aussi Singing beagle en raison de son aboiement très caractéristique qui évoque un chant, le Beagle, ce chien de taille moyenne vous fera sûrement craquer avec sa bouille aux oreilles tombantes et son allure douce et joyeuse. Pourtant, malgré les apparences, le Beagle est un chien de chasse, un vrai ! Cela signifie que son besoin de dépense physique et mentale est très important, tout comme son besoin de côtoyer régulièrement d’autres chiens. C’est aussi un chien qui peut se montrer déterminé (comme la plupart des chiens de chasse) et il peut avoir tendance à aboyer facilement. En résumé, c’est un chien parfait si son éducation commence tôt et si on répond correctement à ses besoins, sinon cela risquerait de devenir un chien fugueur, trop énergique et donc malheureux.

Sa fiche d’identité

Noms : Beagle, Singing Beagle.

Groupe : Groupe n° 6 : Chiens courants, chiens de recherche au sang et races apparentées. – Section n°1.3 : Chien courant de petite taille.

Utilité : Chien de chasse. Le Beagle est un chien courant, cela signifie qu’il est utilisé à la chasse pour poursuivre ou attraper une proie. Il existe plusieurs types de chiens de chasse, comme le chien d'arrêt qui doit indiquer au chasseur la présence d’un gibier ou encore le chien de rapport qui comme son nom l’indique doit rapporter un gibier tué, etc. Le beagle peut aussi être utilisé comme chien de détection, son odorat très développé en fait un bon candidat. Pour finir, le Beagle est (malheureusement) la race de chien la plus utilisée pour les tests en laboratoire.

Particularité de cette race : c’est l’une des races de chien avec l’odorat le plus développé.

Taille (hauteur au garrot) : entre 33 et 40cm.

Poids : entre 12 et 18 kg selon la taille et le sexe.

Couleur :

  • Tricolore : c’est la robe la plus connue chez le Beagle. Le Beagle tricolore a une robe blanche tachetée de noir et de marron. Il peut exister des variations de marron plus ou moins clair, pouvant dévier vers le roux.
  • Bicolore : toujours avec une robe majoritairement blanche, le Beagle bicolore a des taches feu pouvant aller aussi être marron.
  • Marbré : il existe aussi des Beagle à la robe marbrée ou tiquée qui ont une robe noire ou blanche avec des petites taches colorées.
  • Uni : même si cela est très rare, il est aussi possible de trouver des Beagle blanc uni.

Corps : court, musclé, aussi long que haut. Il est très harmonieux et bien équilibré.

Poil : court. Le beagle est un chien particulièrement résistant aux intempéries.

Entretien du poil : modéré. Avec son poil court, le Beagle se contentera d’un brossage quotidien notamment en période de mue.

Tête : avec un crâne légèrement en dôme, le Beagle a une tête puissante mais elle n’est pas grossière pour autant.

Yeux : noisette ou brun.

Oreilles : longues et tombantes.

Queue : de longueur moyenne, la queue du Beagle doit se terminer par de longs poils blancs. Cette caractéristique physique permettait au chasseur de localiser leur chien si ce dernier avait la truffe au sol pendant la chasse. (Et si vous avez un Beagle vous savez déjà que ce chien a presque constamment la truffe au sol !)

Espérance de vie : environ 13 ans.

Besoin de dépenses : important à très important.

Note : Le Beagle est un chien de chasse, il a été sélectionné pour être particulièrement endurant et résistant. Les Beagle de travail vivent souvent en groupe et leur énergie est débordante. C’est pourquoi cette race de chien demande un investissement journalier en balade et autres activités sportives.

Activités possibles : la chasse bien entendu, mais de façon générale le Beagle est un bon candidat à beaucoup d’autres disciplines, comme le pistage ou encore faire du sport avec son maître. Attention cependant, son fort instinct de chasse peut le limiter dans les activités où il devra être détaché en extérieur.

Vie en appartement : possible.

Note : que vous adoptiez un Beagle en maison ou en appartement, ce chien vous demandera une activité et une sortie journalière. Cette race de chien, de par son gabarit moyen peut vivre en appartement, mais il aura besoin d’une activité importante. Par ailleurs, un Beagle qui ne sort jamais ou rarement de son jardin pourra se mettre à fuguer par ennui et manque de stimulation.

Compatibilité avec les enfants : possible.

Note : Comme tous les chiens, avec une bonne socialisation dès son plus jeune âge, le Beagle peut cohabiter sans problème avec des enfants.

Cout d'acquisition : entre 700 euros et 1300 euros.

Budget mensuel : entre 20 et 60 euros en moyenne.

Cohabitation avec les autres animaux : possible.

Note : Mais attention ! Le Beagle reste un chien de chasse, il faudra l’habituer dès ses 2 mois à vivre en présence d’autres animaux et ne jamais le laisser les considérer comme des potentielles proie. Ne laissez donc pas votre Beagle courir après votre chat !

Robustesse : le Beagle est un chien très robuste. Sélectionnée pour la chasse en meute, cette race de chien est résistante de façon générale.

Son histoire

Originaire de Grande Bretagne, on peut suivre la trace du Beagle à partir du  XVIème siècle. La reine Elizabeth 1er possédait d’ailleurs une meute et appréciait particulièrement cette race. Mais c’est au 19ème siècle que la race sera fixée. Ce chien de chasse principalement utilisé pour la chasse au gibier à poil et la chasse à court est aussi particulièrement connu pour ses aboiements si particuliers.

A partir du XVIIème siècle, ils furent croisés avec des Beagles Harriers afin de les rendre plus rapides. Certains spécialistes affirment que le Beagle aurait comme ancêtre le chien d'Artois.

Le Beagle a été importée en France, par Roger de La Borde,  en 1860.

Son caractère

Le Beagle est un chien de travail et de chasse, cela signifie que ses instincts de prédateur sont particulièrement présents. De plus, comme la grande majorité des chiens de chasse, le Beagle peut se montrer déterminé. En effet, un chien de chasse doit savoir rester concentré sur son objectif et ne rien lâcher. Ce trait de caractère peut rendre son éducation plus délicate. Par ailleurs, le Beagle est un chien énergique et endurant avec un fort besoin de côtoyer régulièrement ses congénères.

Son éducation

Avoir un Beagle de compagnie n’est pas toujours chose facile. Ce chien particulièrement adorable n’en reste pas moins un chien à l'énergie débordante. Son besoin de se dépenser est important et ses capacités de chasseur rendent souvent des exercices comme le rappel difficiles, voire impossibles à mettre en place. Il ne faut donc pas s’attendre à avoir un Beagle lâché en forêt, restant au pied de son maître sans effort.

Si vous adoptez un Beagle, vous devez prendre conscience que vous adoptez aussi ses instincts de chien de chasse. Alors, le meilleur conseil pour bien éduquer son Beagle est de commencer son éducation très jeune, dès l’adoption. Faire appel à un éducateur canin professionnel semble essentiel afin d’éviter les erreurs habituelles telles que jouer à des jeux de lancer de balle (qui renforcent l'instinct de poursuite), etc. De plus, le Beagle est un chien qui a l’aboiement facile et son besoin de côtoyer, voire de vivre avec d’autres chiens est très présent.

En somme, il n’y aura pas plus malheureux qu’un Beagle enfermé dans son jardin toute la journée, aboiements et fugues risquent de devenir une habitude dans ce genre de cas. Le Beagle reste donc un chien de travail avant d'être un chien de compagnie, il n’est bien entendu pas impossible d’adopter un Beagle comme chien de famille, mais il faudra le dépenser suffisamment aussi bien physiquement que mentalement.

Problèmes de santé du beagle

Le beagle est un chien rustique réputé pour avoir une santé de fer. A l’exception de ses oreilles qui doivent être régulièrement surveillées pour éviter les otites, il s’agit d’un chien très résistant. En dépit de sa robustesse, la race est comme beaucoup d’autres prédisposée à plusieurs maladies génétiques :

Chez les animaux touchés par cette anomalie, le cervelet est de taille inférieure à la normale si bien que des symptômes se manifestent tels que des pertes d’équilibre accompagnés parfois de chute, des tremblements et des mouvements oculaires involontaires et saccadés. On parle d’hypoplasie du cervelet lorsque celui-ci est d’une taille inférieure à la normale.

  • Syndrome de tremblements

Les symptômes de cette maladie génétique sont très semblables à ceux de l’hypoplasie du cervelet auxquels peuvent s’ajouter des crises d’épilepsie. Les symptômes sont soulagés par l’administration de corticoïdes.

  • Gangliosidose à GM1

La gangliosidose à GM1 est liée à l'accumulation d'une substance, le glanglioside de type GM1, dans les cellules nerveuses et dans celles du foie. Les signes de la maladie apparaissent très tôt dans la vie du chien, vers ses 5 ou 6 mois. Le chien malade présente des troubles de l'équilibre et des tremblements de la tête. Les symptômes s’accentuent jusqu’à ce que le chien ne puisse plus se déplacer. Il existe heureusement un test génétique pour cette maladie incurable.

  • Maladie de Lafora

La maladie de Lafora est due l'accumulation d'une substance dans les cellules nerveuses. Les premiers signes de l’affection sont : l’abattement, des crises d'épilepsie, et des difficultés à se déplacer. Il n’existe pas de remède contre cette maladie mais on peut agir contre la survenue des crises d’épilepsie afin d’apporter un meilleur confort de vie à l’animal

  • Abiotrophies corticales cérébelleuses

Les abiotrophies corticales cérébelleuses est une maladie qui touche le cervelet dont les cellules se détruisent peu à peu. Les symptômes sont en tout point les mêmes que ceux de l’hypoplasie du cervelet.

  • La spondylomyélopathie cervicale caudale

Cette maladie est également connue sous le nom de syndrôme de Wobbler. Ses symptômes sont dus à une compression de la moelle épinière dans la région du cou. On observe chez les animaux atteints de cette anomalie des troubles de l'équilibre ainsi qu’une démarche raide accompagnée de signes de douleur surtout lorsqu’on souhaite les manipuler au niveau du cou. Une prise en charge chirurgicale est parfois possible.

Le beagle en dépit de sa réputation de chien robuste peut tomber malade et à ce titre, il est préférable de souscrire une assurance chiens pour éviter d’exploser son budget en cas de frais vétérinaires non prévus. Vérifiez les conditions d’exclusion de garantie avant de choisir votre mutuelle chien car les soins liés aux maladies génétiques ne sont pas toujours pris en charge.

BEAGLE-HARRIER

Race-Chien-Beagle-Harrier.jpg

Le Beagle-Harrier est un chien courant médioligne, au tempérament équilibré et à l’allure harmonieuse. C’est à la fois un très bon chien de compagnie mais aussi un excellent chasseur.

Sa fiche d'identité

Nom : Beagle-Harrier.

Groupe : Groupe n°6 : Chiens courants, chiens de recherche au sang et races apparentées. - Section n°1.2 : Chiens courants de taille moyenne. Avec épreuve de travail.

Hauteur au garrot : le Beagle-Harrier, mâle ou femelle, mesure entre 45 et 50 cm au garrot.

Poids : le Beagle-Harrier, mâle ou femelle, pèse entre 19 et 20 kg.

Couleur : en règle générale, le Beagle-Harrier est tricolore : fauve, noir et blanc, mais puisqu’il existe des Harriers gris. Le Beagle-Harrier tricolore gris ou blanc-gris est également accepté.

Poil : le poil du Beagle-Harrier est épais, mi-long (presque court) et est couché à plat sur le corps du chien.

Entretien du poil : il est conseillé de brosser le Beagle-Harrier au moins une fois par semaine pour garantir la propreté et l’aspect protecteur de sa robe.

Corps : bien proportionné, ce chien dégage une élégance et une souplesse naturelle.

Tête : le Beagle-Harrier a une tête moyennement forte, avec un crâne large et volumineux. Son stop est peu marqué.

Yeux : les yeux du Beagle-Harrier sont de couleur foncée et bien ouverts.

Oreilles : les oreilles du Beagle-Harrier sont de taille moyenne, voire courtes, elles sont attachées au niveau de l’œil et sont légèrement arrondies. Elles sont tombantes le long du crâne du chien.

Queue : sa queue est de taille moyenne et est portée haut lorsque le chien est actif.

Espérance de vie : environ 11 ans.

Besoin de dépenses : important.

Note : le Beagle-Harrier étant un chien courant très actif, il aura besoin de nombreuses dépenses, qu’elles soient physiques, mentales ou olfactives. Ce chien conviendra ainsi aux maîtres très actifs et dynamiques.

Activités possibles : chasse, grandes balades en liberté, obé-rythmée, agility, pistage, etc.

Vie en appartement : possible.

Note : le Beagle-Harrier est un chien qui peut s’adapter à de nombreux environnements, même citadins. Il sera toutefois obligatoire, s’il vit en maison ou appartement sans extérieur, de le sortir quotidiennement, plusieurs fois par jour et lui proposer des dépenses stimulantes suffisantes pour qu’il soit bien dans ses pattes.

Compatibilité avec les enfants : possible.

Note : très joueur et doux à la fois, le Beagle-Harrier est un compagnon rêvé pour des enfants.

Toutefois, la cohabitation ne pourra être saine et sécurisée que si des règles de vie sont mises en place et surtout respectées de tous.

Coût d'acquisition : il faudra en moyenne compter 1000€ pour adopter un Beagle-Harrier en élevage.

Budget mensuel : il faudra compter en moyenne 30€/mois pour subvenir aux besoins du Beagle-Harrier tout en lui proposant une alimentation de qualité.

Cohabitation avec les autres animaux : possible.

Note : le Beagle-Harrier est un chien plutôt naturellement sociable avec ses congénères, il faudra toutefois, pour les autres animaux, mettre en place une socialisation de qualité pour éviter les dérives, notamment liées à son instinct de chasse pouvant être très développé.

Robustesse : le Beagle-Harrier est un chien résistant qui tolère plutôt bien à la fois le froid mais aussi la chaleur.

Son histoire

Le Beagle-Harrier est un chien originaire de France qui est le parfait croisement entre 2 races britanniques : le Beagleet l’Harrier, d’où son nom. Les différentes tentatives de croisements ont réellement portées leurs fruits à partir du 19ème siècle. Le but étant d’avoir un chien avec un instinct de chasse semblable au Beagle mais avec la taille et la vitesse de l’Harrier. En clair, le Beagle-Harrier est un Beagle grand format. La FCI reconnait officiellement la race en 1972.

Son caractère

Le Beagle-Harrier est un chien très intelligent, affectueux et loyal envers son groupe social. Très curieux et joueur, il est un compagnon de vie très agréable, même s’il peut parfois se montrer têtu.

Son éducation

Le Beagle-Harrier étant un chien très intelligent et loyal envers son maître, son éducation ne sera donc pas difficile si une bonne relation de confiance est installée entre le maître et son chien. Son côté têtu pourra parfois freiner la bonne réussite de certains exercices, mais la patience et la cohérence seront les maîtres mots pour obtenir satisfaction.

Ses éventuels problèmes de santé

Malgré sa robustesse, il faudra toutefois surveiller l’apparition d’une éventuelle dysplasie de la hanche ou encore d’une malocclusion, qui est une pousse anormale des dents.



BEARDED COLLIE

Race-Chien-Bearded-Collie.jpg

Le Bearded Collie est un excellent chien de travail qui met désormais ses compétences et aptitudes au service de famille souhaitant un chien intelligent, dynamique et actif. Ce n’est pas un chien à mettre entre les mains de tout le monde car il nécessite une grande disponibilité pour s’occuper de lui et combler pleinement tous ses besoins.

Sa fiche d'identité

Noms : Bearded Collie, Collie barbu, Colley barbu, Collie des Highlands, Beardie.

Groupe : Groupe n°1 : Chiens de berger et de Bouvier (sauf chiens de bouvier suisse). - Section n°1 : Chiens de berger. Sans épreuve de travail.

Hauteur au garrot : entre 53 et 56 cm pour les mâles et entre 51 et 53 cm pour les femelles.

Poids : le Bearded Collie pèse en moyenne 25 kg, mâle ou femelle.

Couleur : le Bearded Collie peut être gris (c’est la couleur qui revient le plus souvent), marron et sable, noir, bleu ou fauve. On peut voir des marques blanches notamment sur le chanfrein, la tête, le bout de la queue le poitrail ou les pattes.

Poil : le poil du Bearded Collie est très long et double : un poil de couverture fourni dur et plat et un sous poil doux et dense.

Entretien du poil : étant sa source de protection contre les intempéries, il sera très important d’entretenir régulièrement la robe du Bearded Collie. On recommande un brossage hebdomadaire voire quotidien lors des périodes de mue.

Corps : assez harmonieux avec une ossature en longueur.

Tête : la tête du Bearded Collie est assez large avec un museau presque carré. Le stop est modérément marqué.

Yeux : les yeux de Bearded Collie sont grands, plutôt écartés et d’une couleur assortie à la robe.

Oreilles : les oreilles du Bearded Collie sont de tailles moyennes, plutôt bien proportionnées au reste du corps. Elle sont pendantes au repos et légèrement relevées lorsque le chien est attentif.

Queue : la queue du Bearded Collie est longue, attachée bas, fournie en franges et n’est jamais recourbée sur le dos, elle est portée assez bas.

Espérance de vie : environ 14 ans.

Besoin de dépenses : important.

Note : le Bearded Collie étant initialement un chien de travail, il aura de fait besoin de beaucoup se dépenser pour que ses besoins soient pleinement comblés au quotidien. Il devra être au sein d’une famille dynamique n’ayant pas peur de mouiller le maillot pour lui permettre de se défouler que ce soit physiquement ou mentalement.

Activités possibles : de longues balades, de l’obé-rythmée, du treibball, de la cani-course, des séances de jeux éducatives et ludiques, du pistage, etc.

Vie en appartement : possible.

Note : le Bearded Collie préfèrera la vie rurale mais pourra tout à fait s’adapter à un quotidien citadin si ses besoins sont comblés par ses maîtres qui devront être suffisamment disponibles pour leur chien. En clair, de simples balades de quartier le matin et le soir ne suffiront pas.

Compatibilité avec les enfants : possible.

Note : le Bearded Collie pourra en effet faire partie d’une famille avec enfants. Il saura d’ailleurs faire preuve d’une grande douceur avec eux.

Toutefois, il faudra impérativement mettre des règles de vie en place à la maison que tout le monde devra respecter, et notamment les enfants, pour respecter la tranquillité du chien lorsqu’il en a besoin et donc éviter tout incident.

Coût d'acquisition : il faudra compter en moyenne 900€ pour adopter un Bearded Collie d’élevage.

Budget mensuel : il faudra compter en moyenne une quarantaine d’euros par mois pour subvenir aux besoins du Bearded Collie tout en lui proposant une alimentation de qualité.

Cohabitation avec les autres animaux : possible.

Note : le Bearded Collie pourra tout à fait cohabiter avec d’autres animaux ou congénères si une socialisation de qualité est proposée dès son plus jeune âge.

Robustesse : le Bearded Collie est un chien assez solide et résistant, notamment grâce à son pelage de qualité (poil de couverture fourni et sous poil dense) qui lui confère une protection contre les intempéries.

Son histoire

Originaire d’Écosse et du Nord de l’Angleterre, le Bearded Collie fut initialement sélectionné pour ses aptitudes à regrouper et conduire les troupeaux de moutons. Il serait issu de croisements entre l’ancêtre du Berger Polonais et divers chiens de berger locaux. La FCI reconnait officiellement la race en 1967.

Son caractère

Le Bearded Collie est un chien très actif, vif et déterminé. Il n’a peur de rien mais peut toutefois être méfiant vis à vis des étrangers, ce qui en fait d’ailleurs un bon chien de garde. Il adorera évoluer au sein de son groupe social et sera très attaché à son maître. Il pourra également faire preuve d’une grande douceur, notamment vis à vis des enfants.

Son éducation

Le Bearded Collie adorera apprendre et passer du temps avec son maître. Étant un grand joueur, il sera autant utile qu’amusant de lui apprendre divers tricks ou apprentissages de base. Il pourra toutefois se montrer parfois têtu, il faudra donc à la fois faire preuve de fermeté mais aussi de patience dans l’éducation.

De plus, une relation renforcée entre le maître et son chien favorisera l’entente par coopération et non l’obéissance par la contrainte voire la crainte.

Ses éventuels problèmes de santé

Il faudra, comme pour beaucoup de chiens de moyenne ou grande taille, surveiller d’éventuels problèmes de hanche (dysplasie). De plus, le Bearded Collie peut être sujet à divers problèmes liés aux oreilles (otites) ainsi que de problèmes liés aux yeux (atrophie rétinienne progressive). Il faudra donc régulièrement inspecter/soigner les oreilles et les yeux du Bearded Collie.

BEAUCERON

Race beauceron

Le Beauceron, ce chien originaire de France est principalement utilisé pour ses qualités de chien de Berger. Heureux dans une ferme à garder son troupeau de vaches, le Beauceron peut aussi être adopté comme chien de compagnie. Mais ne vous y trompez pas, un Beauceron comme chien de compagnie ne sera pas forcément une mince affaire. Pour que cela se passe au mieux, il faudra l’éduquer avec respect et équilibre et surtout répondre à ses besoins de dépense et d’utilité. Capable d’excellence, le Beauceron demandera des maîtres impliqués, conscients et responsables.

Sa fiche d'identité

Noms : Beauceron, Bas-rouge, Berger Français ou encore Berger de Beauce.

Groupe : Groupe n° 1 : Chiens de berger et de bouvier (sauf chiens de bouvier suisses). – Section n°1 : Chien de berger. Avec épreuve de travail.

Taille : entre 65 et 70 cm pour les mâles et entre 61 et 68 cm pour les femelles.

Poids : entre 35 et 45 kg selon la taille et le sexe.

Couleur : noir et feu. Le Beauceron est donc bicolore. La couleur noir est majoritaire et la couleur feu (écureuil) se situe principalement sur le bas des pattes, la gueule, sous la queue et le poitrail. Il existe aussi la couleur Arlequin comprenant du noir et du gris égalitaire et du feu.

Corps : musclé et puissant sans pour autant être lourd. C'est un chien de grande taille.

Poil : le Beauceron a le poil ras sur la tête et court sur le reste de son corps. Il possède également un sous poil court et dense.

Entretien du poil : un brossage régulier suffit à entretenir le poil du Beauceron.

Tête : bien dessinée, la tête du Beauceron est harmonieuse avec le reste de son corps.

Yeux : ils sont de couleur sombre. Pour la robe Arlequin en revanche, les yeux vairons sont autorisés.

Oreilles : tombantes et portées bien haut, la longueur des oreilles du Beauceron doit être égale à la moitié de sa tête.

A savoir : il est désormais interdit de couper les oreilles du Beauceron.

Queue : la queue du Beauceron atteint la pointe du jarret.

Espérance de vie : environ 11 ans.

Besoin de dépenses : important.

Note : Le Beauceron est un chien de travail, qui a donc logiquement besoin de se dépenser suffisamment. Habitué à garder des troupeaux, votre Beauceron aura donc besoin de se sentir utile. Ses besoins de dépense mentale et physique doivent être suffisants sans quoi votre chien aura du mal à se canaliser, son éducation sera difficile et il ne sera pas heureux.

Activités possibles : activités de loisirs canins, pistage, obé rythmée, activités sportives, treibball, etc.

Vie en appartement : possible.

Note : un Beauceron peut vivre en appartement du moment qu’il est dépensé quotidiennement.

Compatibilité avec les enfants : possible.

Note : Le Beauceron peut-être un bon chien de famille, gardien et protecteur. Ses instincts de garde ne doivent en revanche jamais être renforcés, au risque de rendre votre chien agressif et incontrôlable. Il faudra donc le socialiser suffisamment, le dépenser assez et s’assurer que vos enfants respectent votre chien. Des règles de sécurité à appliquer, peu importe la race de votre chien, doivent également être mises en place pour éviter les accidents.

Cout d'acquisition : entre 500 et 1100 euros.

Budget mensuel : entre 50 et 80 euros.

Cohabitation avec les autres animaux : possible.

Note : A condition que la socialisation avec ces autres espèces soit positive et mise en place dès l’adoption.

Robustesse : le Beauceron est un chien robuste et très résistant.

Son histoire

Si vous pensiez que le Beauceron venait de la région de Beauce, vous vous trompiez. Tout comme le Briard ne vient pas de la Brie. Ces appellations sont apparues tout simplement pour différencier ces deux races de chien issues du même groupe. La Brie étant déjà attribuée au chien à poil long, ce fut la Beauce qui fut attribuée au chien à poil court.

Néanmoins, le Beauceron vient de France, et était utilisé comme chien de berger. Il fut reconnu en 1893 en France. Pour finir, c’est en 1896 que les deux variétés de Beauceron furent reconnues, à savoir que la variété de Beauceron dite Arlequin ne doit sa survie qu'à quelques éleveurs passionnées qui ont permis à cette robe de ne pas disparaître.

Son caractère

Le Beauceron comme tout bon chien de travail possède une certaine énergie et une certaine détermination. Deux qualités indispensables pour un bon chien de Berger, mais qui peuvent compliquer la vie des maîtres qui adoptent un Beauceron de compagnie. C’est une race de chien plutôt équilibrée et cet équilibre devra se retrouver dans son éducation. Ce chien plutôt sûr de lui et physiquement puissant devra donc être canalisé dès son plus jeune âge avec respect et adaptation.

Son éducation

Le Beauceron peut devenir un chien très obéissant, capable de répondre à beaucoup de demandes et d’indications différentes. Il apprécie d’ailleurs ses séances d’éducation car elles permettent de répondre à son besoin d’utilité. En revanche, pour que cela se mette en place de la bonne façon, l’éducation devra être adaptée et équilibrée. Il faudra savoir poser des limites mais ne jamais se montrer brutal ou violent.

En tant que maître de Beauceron vous devez savoir être sûr de vous mais ne jamais vous montrer autoritaire. De plus, les balades et dépenses mentales devront absolument être mises en place, sans quoi l’éducation d’un Beauceron sera tout simplement impossible car son énergie sera débordante.

Ses éventuels problèmes de santé

Le Beauceron ne présente pas de problème de santé particulier. Il peut être atteint de dermatites et éventuellement de problèmes oculaires, mais cela reste peu fréquent.



BEDLINGTON TERRIER

Race-bedlington-terrier.jpg

Le Bedlington Terrier est un terrier très ancien, avec un allure gracieuse et une apparence d’agneau. Toutefois, malgré les apparences, le Bedlington Terrier est un chien rustique avec une endurance et un côté sportif très développé.

Sa fiche d'identité

Noms : Bedlington Terrier, Rothburry Terrier, Chien de bohémien.

Groupe  Groupe n°3 : Terriers. – Section n°1 : Terriers de grande et moyenne taille. Sans épreuve de travail.

Hauteur au garrot : en moyenne 41 cm.

Poids : le Bedlington Terrier, mâle ou femelle, pèse entre 8 et 10 kg.

Couleur : la robe du Bedlington Terrier peut être bleue, marron ou sable (avec ou sans marque feu).

Poil : le poil du Bedlington Terrier est très particulier, il est plutôt épais et feutré. Son poil est bouclé sur la tête et la région faciale de manière générale.

Entretien du poil : un toilettage, idéalement professionnel, est nécessaire pour maintenir l’aspect atypique du Bedlington Terrier.  Toutefois, l’avantage de ce chien réside dans le fait qu’il ne perd que très peu de poils.

Corps : sa morphologie ressemble à celle d’un lévrier (longiligne, athlétique et haut sur pattes) dont il partage certains ancêtres. Le Bedlington Terrier diffère totalement de tous les autres terriers. Sa "construction" est apparemment légère mais sans aucun signe de faiblesse.

Tête : la tête du Bedlington Terrier est recouverte d’une touffe de poils abondante et soyeuse, de couleur banche. Son crâne est étroit, haut et arrondi. Le stop du Bedlington Terrier est inexistant.

Yeux : les yeux du Bedlington Terrier sont somme toute assez petits, idéalement triangulaires. En fonction de leur robe, les yeux du Bedlington Terrier sont clairs avec des reflets ambres (si robe bleue et feu), foncés (si robe bleue) et couleur noisette clair (si robe marron ou sable).

Oreilles : les oreilles du Bedlington Terrier sont de taille moyenne, attachées bas et tombantes. Les oreilles sont frangées à leur extrémité d’un poil soyeux de couleur blanche.

Queue : la queue du Bedlington Terrier est de longueur moyenne, épaisse à sa base et plus fine à son extrémité. Sa queue forme une courbe gracieuse mais n’est jamais portée sur le dos.

Espérance de vie : environ 13 ans.

Besoin de dépenses : important.

Note : le Bedlington Terrier est un chien très actif et sportif qui aura besoin de se dépenser tant physiquement que mentalement, et ce de manière régulière.

Il ne faut pas se fier à son tempérament très calme lorsqu’il est à la maison… Dès lors que vous initiez une activité avec lui, il se transforme et devient un chien très actif et demandeur.

Activités possibles : chasse, pistage, obé-rythmée, agility, grandes balades, etc.

Vie en appartement : possible.

Note : même s’il reste un excellent chasseur, le Bedlington Terrier est désormais aussi considéré comme chien de compagnie. Il saura s’adapter à tous les environnements, même citadins, seulement si ses besoins de dépenses quotidiens sont respectés et comblés par ses maîtres.

Compatibilité avec les enfants : possible.

Note : lintégration du Bedlington Terrier au sein d’un foyer avec enfants sera possible mais il faudra toutefois veiller à mettre en place et surtout respecter certaines règles de vie pour garantir une cohabitation cohérente et sécurisée.

Coût d'acquisition : il faudra compter entre 1000 et 1200€ pour adopter un Bedlington Terrier en élevage.

Budget mensuel : il faudra compter en moyenne 20€/mois pour subvenir aux besoins du Bedlington Terrier tout en lui proposant une alimentation de qualité.

Cohabitation avec les autres animaux : possible.

Note : si le Bedlington Terrier est socialisé dès son plus jeune âge par le biais de rencontres régulières et surtout positives que ce soit avec ses congénères ou d’autres animaux, la cohabitation sera tout à fait envisageable.

Robustesse : le Bedlington Terrier est un chien particulièrement robuste.

Son histoire

Autrefois appelé Rothbury Terrier, le Bedlington Terrier est originaire de Grande Bretagne, des régions minières du Nord du pays plus exactement. C’est une race très ancienne qui était utilisée principalement pour chasser les lapins. La FCI reconnait officiellement la race en 1963.

Son caractère

Le Bedlington Terrier est un chien actif et intelligent avec un instinct de chasse très développé. Vif, affectueux et confiant, c’est un chien avec un caractère plutôt affirmé mais qui sait se faire discret. Très calme pendant ses « temps morts », le Bedlington Terrier sera toutefois très présent et demandeur lorsqu’il sera en interaction avec son maître.

Son éducation

Le Bedlington Terrier ne sera pas un chien difficile à éduquer car il aura soif d’apprendre et surtout de faire plaisir à son maître. Il faudra toutefois veiller à bien contrôler son instinct de chasse pouvant être pour certains très développé. Une éducation initiée tôt, ferme mais cependant douce et respectueuse des principes de l’éducation positive sera nécessaire.

Ses éventuels problèmes de santé

Malgré sa robustesse et son espérance de vie assez longue, le Bedlington Terrier présente quelques prédispositions à certaines maladies comme : l’atrésie des poins lacrymaux (oeil qui coule de manière excessive), l’hépatite, l’hypoplasie corticale ou encore des affections oculaires.

BERGER ALLEMAND

berger-allemand-race-de-chien.jpg

Le Berger allemand, ce chien a été très à la mode il y a quelques années mais a connu une baisse de popularité suite à plusieurs cas d'agressivité relatés par les médias, comme on peut le constater aujourd’hui avec les chiens catégorisés. Cependant, ce chien de troupeau n’en reste pas moins un compagnon fidèle, courageux et intelligent. Par ailleurs, sa tendance à la garde ne devra pas être valorisée dans son éducation et il faudra le socialiser un maximum afin d’avoir un chien équilibré et bien dans ses pattes.

Sa fiche d'identité

Noms : Berger allemand, Berger alsacien, Berger d’Alsace, Deutscher Schäferhund.

Groupe : Groupe n° 1 : Chien de berger et de bouvier sauf chiens de bouvier suisses - Section n°1 : Chiens de berger avec épreuve de travail.

Taille (hauteur au garrot) : entre 60 et 65 cm pour les mâles et entre 55 et 60 cm pour les femelles.

Poids : entre 30 et 40 kg pour les mâles et entre 22 et 32 kg pour les femelles.

Couleur : noir et feu principalement, le Berger Allemand peut aussi être noir et brun et il existe également des Berger Allemand gris. De légères taches blanches sont acceptées dans le standard de la race mais ne sont pas particulièrement appréciées. En revanche, la truffe doit être obligatoirement noire.

Corps : il est d'aspect allongé, souple, puissant et bien musclé. Les membres sont bien d'aplomb et musclés.

Poil : le Berger Allemand a un poil double et court, mais il existe aussi des Berger Allemand avec un poil mi-long ou long.

Entretien du poil : un brossage hebdomadaire est recommandé. En période de mue, c’est-à-dire deux fois par an, un brossage plus important devra être mis en place.

Tête : la tête du Berger Allemand doit être équilibrée, elle ne doit pas être trop allongée, ni trop large. Le crâne est légèrement bombé et le stop peu accentué.

Yeux : de préférence foncés. Les yeux sont de taille moyenne, en forme d'amande.

Oreilles : elles sont de taille moyenne, larges à la base, droites et en pointe.

Queue : le poil de la queue du Berger Allemand est légèrement plus long. Sa taille quant à elle doit atteindre les jarrets. Elle est portée tombante, elle est forte et bien garnie en poils. A partir du moment où le chien est en action ou excité, la queue se redresse.

Espérance de vie : environ 11 ans.

Besoin de dépenses : important.

Le Berger Allemand est un chien de travail. Encore aujourd’hui, cette race de chien est utilisée en Gendarmerie ou pour d’autres interventions de secourisme. Même si de nos jours c’est le Malinois qui est davantage utilisé, le Berger Allemand n’en reste pas moins un chien qui demande une activité importante. Par ailleurs, comme la grande majorité des chiens de Bergers, cette race de chien aura besoin d’une activité lui permettant de réfléchir et de se concentrer. Il préféra de loin une activité de pistage aux éternels jeux de lancer de balle qui n’ont aucun but précis.

Ce chien, vous l’aurez compris, vous demandera du temps afin de le sortir, de le balader mais aussi de l’occuper comme il se doit. Pour finir, le Berger Allemand est souvent apprécié pour ses qualités de garde. Concernant ce point, il est important de ne jamais renforcer son côté gardien mais au contraire de mettre l'accent sur une socialisation réussie. Dans la même logique, ce n’est pas un chien fait pour rester derrière un portail toute la journée et encore moins attaché à une chaîne dans le jardin pour garder la maison. C’est un chien qui a besoin de participer à la vie de famille et qui demandera une activité importante.

Activités possibles : activités de troupeau, n’oublions pas que le Berger Allemand est un chien de berger avant d’être le gardien de la maison. Les sports canins, le pistage, le secourisme, etc. sont aussi des activités qui peuvent être envisagées sans problème. Il est également possible de faire du vélo, du jogging, etc. ou autre avec un Berger Allemand. Attention cependant à attendre la fin de sa croissance avant de mettre en place une activité physique intense car cette race de chien est très sensible à la dysplasie et aux problèmes articulaires.

Vie en appartement : possible.

Note : Comme tous les chiens, le Berger Allemand peut vivre en appartement mais dans tous les cas il faudra le sortir tous les jours pour le balader. Un Berger Allemand en appartement n’est donc pas  malheureux s’il est assez dépensé.

Compatibilité avec les enfants : possible.

Note : Habitué jeune et surtout éduqué pour éviter les comportements d'excitation extrême, le Berger Allemand peut cohabiter avec des enfants. Attention à bien indiquer aux enfants les règles de sécurité pour une bonne relation avec leur chien.

Coût d'acquisition : entre 700 euros et 1500 euros.

Budget mensuel : entre 50 et 80 euros environ.

Cohabitation avec les autres animaux : possible.

Note : Le Berger Allemand peut cohabiter avec d’autres animaux mais pour que cela se passe au mieux il sera indispensable de l’habituer positivement entre 8 et 12 semaines à vivre en présence de ces autres espèces.

Robustesse : c'est un chien plutôt robuste mais il est vrai que sa grande popularité il y a quelques années a fragilisé la race, notamment concernant les problèmes de dysplasie.

Son histoire

Chacun s’accorde à reconnaître le capitaine de cavalerie prussien Von Stephanitz comme le « père » du Berger Allemand. Au 19ème siècle, il décide de créer une race de chien de berger réunissant le maximum de qualités physiques et psychiques. Pour ce faire, il effectue une synthèse des races de chiens de bergers présentes en Allemagne à cette époque. En avril 1899, il remarque un jeune chien lors d’une exposition. Horand von Grafrath, le jeune chien en question, est alors le premier Berger Allemand à être inscrit dans le livre des origines allemandes. De plus, le Berger Allemand connu un grand succès durant la première et la seconde guerre mondiale où il fut utilisé pour de nombreuses missions.

En 1925, c’est un chien plus petit nommé Klodo von Boxberg qui va contrer la tendance au gigantisme du Berger Allemand qui s’est développée dans l’entre-deux guerres.

Et pour finir, le Berger Allemand à poil long ne sera reconnu en France que récemment, en 2011.

Son caractère

Le Berger Allemand est donc un chien de travail, cela signifie que son éducation peut être poussée et qu’il appréciera les séances d’éducation (à condition qu’elles soient respectueuses et positives pour le chien, bien entendu). Par ailleurs, il existe plusieurs lignées de Berger Allemand. Globalement, il y a le Berger Allemand de travail, avec le dos plus droit, qui est donc demandeur d’activité et dépense, et qui a un caractère plus affirmé. En opposition, certaines lignées sont sélectionnées sur la beauté. Ces Bergers Allemands de beauté, qui ont souvent le bas du dos plus courbé, peuvent donc avoir un caractère plus facile.

Son éducation

Le Berger Allemand est un chien d’une trentaine de kilos, il est donc indispensable d'éduquer un berger allemand, notamment pour la marche en laisse. De plus, il est important de comprendre qu’adopter un Berger Allemand pour garder la maison peut être une bonne idée, mais que le comportement de garde ne doit jamais être incité ou provoqué. La plupart des Berger Allemand auront l’instinct de garder, c’est-à-dire d’aboyer au portail, à partir de 18 mois. Mais votre chien ne doit jamais devenir agressif ou gardien de façon excessive. C’est pourquoi, il est nécessaire de mettre l'accent sur une bonne sociabilité, surtout les premiers mois de sa vie. Lui faire rencontrer une multitude de personnes, d’endroits et de chiens différents, mais toujours avec des interactions positives, est donc indispensable pour son équilibre. Pour finir, le Berger Allemand est très proche de ses maîtres, il apprécie donc le fait de participer aux activités familiales.

Ses éventuels problèmes de santé

Le Berger Allemand a été très longtemps à la mode il y a quelques années et cela a fragilisé la race. En effet, la dysplasie est le principal problème de santé du Berger Allemand. C’est pourquoi il est nécessaire de bien regarder les examens obligatoires des parents concernant la dysplasie des coudes et des hanches avant d'adopter un chiot.

Il est également prédisposé aux maladies touchant le système osseux et cartilagineux. Ainsi, cette race est susceptible de développer des ostéodystrophies, des osthéochondroses ou des ossifications incomplètes. Cette race peut également souffrir d’anomalies cardiaques congénitales.

La race souffre également d’une prédisposition marquée de maladies de peau comme la dermatomyosite, la dermatite due à des levures appelées Malassezia pachydermatis, l’Intertrigo , les pyodermites ou bien encore la dermatofibrose.

Le Berger Allemand peut être atteint du syndrome de prolifération bactérienne de l’intestin grêle. C'est une affection digestive qui se manifeste par une multiplication trop importante des bactéries dans l’intestin grêle

Pensez à souscrire la meilleure assurance chien afin de garantir à votre Berger Allemand la meilleure prise en charge vétérinaire tout au long de sa vie.

BERGER AUSTRALIEN

australian-shepherd-blue-merle-simsala-0

Le Berger Australien, ce chien de berger particulièrement apprécié pour sa robe unique et son caractère énergique ne cesse d'évoluer. En 2016, cette race est dans le TOP 5 des chiens préférés des Français. Pourtant ce chien demande beaucoup d’attention, de dépenses physique et mentale. Alors si vous souhaitez adopter un Berger Australien, sachez que son éducation commence dès ses 2 mois et que vous devrez lui proposer suffisamment d’activité afin de répondre à ses besoins de chien de travail.

Sa fiche d'identité

Noms : Berger australien, Australian Shepherd.

Groupe : Groupe n° 1 : Chiens de berger et de bouvier (sauf chiens de Bouvier suisses) – Section n°1 : Chiens de berger sans épreuve de travail.

Taille :  entre 51  et 58 cm pour les mâles et  entre 46 et 53 cm pour les femelles.

Poids : entre 25 et 34 kg pour les mâles et  entre 19 et 26 kg pour les femelles.

Couleur : les robes des bergers australiens peuvent prendre 4 couleurs. Ces teintes peuvent s’accompagner de taches blanches ou fauves.

La robe du Berger Australien peut se décomposer de plusieurs façons. Certains disent même que chaque robe est unique.

Il existe :

  • 4 déclinaisons de noir : le noir tricolore avec du noir, du blanc et du feu, le noir bicolore avec du noir et du blanc ou avec du noir et du feu et le noir uni.
  • 4 déclinaisons de rouge : le rouge tricolore avec du rouge, du blanc et du feu, le rouge bicolore avec du rouge et du blanc ou avec du rouge et du feu et le rouge uni.
  • 4 déclinaisons de bleu merle : le bleu merle avec du feu et du blanc, le bleu merle avec du blanc, le bleu merle avec du feu et le bleu merle sans feu ni blanc.
  • 4 déclinaisons de rouge merle : le rouge merle avec du feu et du blanc, le rouge merle avec du blanc, le rouge merle avec du feu et le rouge merle sans feu ni blanc.

Les standards de la race concernant les robes : le blanc ne doit jamais être majoritaire sur la robe du Berger Australien. Il peut y avoir du blanc au niveau du collier mais ne doit pas être présent au-delà du garrot. Dans la même logique, le banc est autorisé au niveau du poitrail, des membres et de la gueule. Pour finir, les yeux ne doivent pas être entourés de blanc mais de couleur.

Corps : parfaitement bien proportionné. Le corps du berger australien est cependant un peu plus long que haut. Solidement constitué, il présente une belle musculature. C'est un chien de taille moyenne, il est musclé sans être pour autant lourd.

Poil : poil droit ou légèrement ondulé et de longueur moyenne. Le poil de cette race résiste très bien aux intempéries. La quantité du sous-poil va varier en fonction des saisons.

Entretien du poil : brossage hebdomadaire + 1 brossage tous les deux jours en période de mue (2 fois par an).

Tête : le crâne est bien proportionné (aussi large que long). Le stop est modéré. La truffe est de couleur noire chez les bergers australiens noirs et bleu-merle et elle est de couleur marron chez les rouges et les rouge-merle. La tête de ce chien est harmonieuse, nettement définie et bien proportionnée au reste de son corps.

Yeux : le Berger australien est une race qui peut avoir les yeux vairons (yeux de couleurs différentes) et les yeux particolores (plusieurs couleurs dans le même oeil).

Couleurs possibles :

  • marron
  • bleu
  • ambre
  • vert

Oreilles : elles sont tombantes, triangulaires avec un point d’attache haut sur la tête. Quand le chien sera aux aguets, les oreilles se replient vers l'avant ou sur le côté.

Queue : le berger australien peut avoir une queue longue, qui doit néanmoins être inférieure à 10 cm, mi longue ou courte de naissance.

Espérance de vie : entre 13 et 15 ans.

Besoin de dépenses : important.

Activités possibles : sports canins (Agility, Treibbal, Flyball, Obé-rythmée, etc.) - Activités sportives avec son maître (Jogging, vélo, etc.) - Troupeau, etc.

Vie en appartement : possible.

Note : Le Berger Australien est un chien qui peut s’adapter à la vie en appartement mais il faudra le sortir suffisamment. Les promenades d'hygiène ne sont pas suffisantes pour dépenser ce chien. Il faudra donc prévoir une ou deux balades supplémentaires dans la journée ainsi qu’une activité loisir, le weekend par exemple. Et n’oubliez pas, une balade devrait durer au minimum 30 minutes et dépenser votre chien mentalement et physiquement.

Compatibilité avec les enfants : possible.

Note : Comme la plupart des races, le berger australien peut vivre avec des enfants de tous âges. En revanche, il est conseillé de respecter certaines règles de sécurité pour une bonne cohabitation, comme par exemple ne jamais laisser un enfant et un chien seuls sans surveillance !

Cout d'acquisition : entre 600 et 1500 euros.

Budget mensuel : entre 40 et 70 euros.

Cohabitation avec les autres animaux : possible.

Note : Le berger australien peut cohabiter sans problème avec d’autres animaux, n’oublions pas que cette race de chien est particulièrement appréciée dans les ranchs américains. Cependant, pour que cette cohabitation se déroule au mieux, il est important que votre chien côtoie ces autres espèces dès son plus jeune âge et que les rencontres soient toujours vécues positivement durant cette phase d'habilitation.

Robustesse : Le Berger Australien est un chien robuste car c’est avant tout un chien de travail. Il ne craint pas vraiment les températures extrêmes et s’adapte bien à tout type de vie.

Son histoire

Le Berger Australien viendrait à l’origine du Pays Basque.

Certains Basques auraient émigré en Australie accompagnés de leurs chiens et de leur bétail, des moutons principalement. C’est dans les années 1900 que ces chiens sont arrivés d’Australie aux États-Unis. C’est alors que des fermiers ont développé cette race et encore aujourd’hui, le Berger Australien est utilisé pour la conduite de troupeau dans les ranchs américains. En France, cette race arrive vers 1988 et il faut attendre 2007 pour que la SCC reconnaisse officiellement le standard de cette race.

Son caractère

Comme son nom l’indique, le berger australien est un chien de berger. Cela signifie qu’il a un fort instinct de troupeau et un important besoin d’être utile. En cela il faut comprendre que son caractère est logiquement modelé par ses utilités. Le Berger Australien peut se montrer sensible mais aussi déterminé. Malgré tout, c’est généralement un chien très adaptable.

Son éducation

Le Berger Australien est un chien qui nécessite une éducation dès son plus jeune âge. Capable de beaucoup de complicité avec son maître, ce dernier devra prendre le temps de mettre en place une relation équilibrée par le biais d’activités communes.

Le Berger Australien aime être utile et il a souvent besoin d’être canalisé. Ces chiens, souvent trop excités, peuvent avoir tendance à sauter sur les gens. Néanmoins, de bonnes habitudes prises dès son plus jeune âge permettront d'intégrer ce chien dans une famille avec enfants sans difficulté.

Par ailleurs, cette race peut se montrer sensible. Il faudra donc savoir adapter votre comportement à la sensibilité du chien que vous avez ou que vous allez adopter. Des sorties journalières, des activités sportives et des dépenses mentales sont à mettre en place pour garantir une dépense suffisante, sans quoi sa capacité à écouter risque d’être compromise par le trop d'énergie non canalisée.

Ses éventuels problèmes de santé

Entre autres maladies génétiques du Berger Australien, la race est susceptible d'être affectée par des :

Problèmes congénitaux

La persistance du canal artériel est une anomalie congénitale fréquente chez le berger australien, surtout chez les femelles de la race.

La polydactylie (présence d'un doigt supplémentaire),  la syndactylie (fusion de deux doigts) et la surdité peuvent également faire partie des problèmes congénitaux rencontrés chez le Berger Australien.

Problèmes oculaires

Le berger Australien peut développer des maladies oculaires, notamment d’atrophie rétinienne. Ainsi, il est possible d’effectuer des tests de dépistage pour s’assurer de la bonne santé oculaire de son chien. A savoir qu’il est obligatoire de la part de l'éleveur de remettre lors de la vente d’un chiot le certificat “Indemne de Maladies Oculaires” des parents.

Dysplasie des hanches et coudes

La dysplasie correspond à un développement anormal ou une forme irrégulière de l’os provoquant généralement des boiteries et des difficultés à marcher ou se tenir debout. Pour éviter cela, tant que votre chiot est en pleine croissance, il est recommandé de limiter l'effort physique et d'adapter son alimentation.

A savoir, il est obligatoire de la part de l'éleveur de remettre lors de la vente d’un chiot le certificat de dysplasie des hanches et des coudes des parents.

Problèmes de peau

Certains chiens peuvent être atteints d'une insuffisance de pigmentation des muqueuses et de la peau. Ce problème les rend plus sensibles au soleil qui peut provoquer chez ces animaux une dermatite solaire.

Sensibilité médicamenteuse causée par une mutation génétique

MDR1 : C’est une mutation génétique qui peut rendre certains médicaments dangereux pour les Bergers Australiens qui en sont porteurs. Certains anti-parasitaires , anti-diarrhéiques et anesthésiants peuvent ainsi être nuisibles, voire mortels, pour ces chiens.

Les chiens porteurs de la mutation génétique peuvent avoir suite à la prise de ces médicaments une augmentation de leurs effets indésirables caractéristiques d’un surdosage.

Pour savoir si votre chien est porteur de cette mutation, il est possible de demander un prélèvement gingivale ou un prélèvement sanguin.



BERGER AUSTRALIEN MINIATURE

berger australien miniature

Le Berger Australien Miniature, qui n’a somme toute rien d’australien, est un chien originaire des États-Unis, et plus précédemment de Californie puisque c’est une femme Californienne qui décide dans les années 60 de sélectionner et faire se reproduire des Bergers Australiens de petite taille.

Sa fiche d'identité

Noms : Berger Australien Miniature, Mini Berger Australin, Berger d’Amérique du Nord, Berger Nord-Américain, North American Miniature Australian Shepherd, Miniature Australian Shepherd.

Groupe : le Berger Australien Miniature n’est pas encore reconnu comme une race distincte par la SCC, mais s’il l’était, il ferait partie du Groupe 1 : Chiens de berger et de bouvier - Section 1 : Chiens de berger.

Hauteur au garrot : le Berger Australien Miniature, mâle ou femelle, peut mesurer entre 35 et 45 cm au garrot.

Poids : le Berger Australien Miniature, mâle ou femelle, peut peser entre 8 et 18 kg.

Couleur : il existe pour le Berger Australien Miniature les couleurs dites « solides » allant du noir au brun chocolat, aussi appelé rouge et les couleurs merles (bleu merle ou rouge merle). Pour chaque robe, sont autorisées des marques fauves et/ou blanches, souvent situées sur le museau et les pattes.

Poil : le poil du Berger Australien Miniature est mi-long, droit, pouvant être ondulé.

Entretien du poil : il sera nécessaire de brosser le Berger Australien Miniature de manière régulière pour éviter la formation de nœuds et pour maintenir une bonne qualité et résistance du pelage.

Corps : il est légèrement plus haut que long.

Tête : la tête du Berger Australien Miniature est proportionnée au reste du corps. Son crâne et plat ou légèrement bombé.

Yeux : les yeux du Berger Australien Miniature sont en forme d’amande. Ils peuvent être de couleur ambre, marron ou bleue. On peut également rencontrer des Bergers Australiens Miniatures aux yeux verrons mais aussi mouchetés.

Oreilles : les oreilles du Berger Australien Miniature sont de forme triangulaire, attachées haut et tombantes.

Queue : la queue du Berger Australien Miniature est droite et peut être naturellement courte ou raccourcie.

Espérance de vie : environ 13 ans.

Besoin de dépenses : important.

Note : il a été constaté que le Berger Australien Miniature était légèrement plus calme que le Berger Australien. Cependant, il reste tout de même un chien de travail avec des besoins d’exercices physiques et mentaux quotidiens pour maintenir un bon équilibre.

De plus, ses forts instincts de troupeau le pousseront éventuellement à vouloir regrouper (personnes, voitures, etc). Il sera nécessaire de lui proposer des activités en lien avec ses instincts afin de les contrôler et donc éviter tout incident (notamment avec des voitures par exemple).

Enfin, le Berger Australien Miniature est réputé pour ses prouesses sportives, n’hésitez donc pas à lui proposer une activité dans laquelle il pourra exceller, que ce soit une discipline sportive physique ou mentale.

Activités possibles : agility, obé-rythmée, apprentissage de tricks, cani-cross, cani-vtt, pistage, troupeau, treibball, etc.

Vie en appartement : possible.

Note : le Berger Australien Miniature pourra tout à fait s’adapter à un environnement citadin et à une vie en appartement. Toutefois, il sera nécessaire de lui proposer plusieurs sorties quotidiennes, et pas seulement dans le quartier !

Le Berger Australien aura besoin de courir dans de grands espaces pour être pleinement épanoui, de simples balades hygiéniques ne pourront lui suffire.

Compatibilité avec les enfants : possible.

Note : le Berger Australien Miniature étant à la fois joueur et affectueux sera le parfait compagnon pour des enfants. Toutefois, il pourra également avoir tendance à vouloir les « regrouper », il faudra donc veiller à toujours garder un œil et ne jamais laisser des enfants seuls avec le chien (ceci étant valable pour n’importe quelle race, d’ailleurs).

De plus, des règles de vie devront être mises en place et respectées de tous pour une cohabitation sécurisée et sereine.

Coût d'acquisition : il faudra compter en moyenne 1500€ pour adopter un Berger Australien Miniature d’élevage.

Budget mensuel : il faudra compter en moyenne une trentaine d’euros par mois pour subvenir aux besoins du Berger Australien Miniature, en lui proposant une alimentation de qualité.

Cohabitation avec les autres animaux : possible.

Note : le Berger Australien Miniature, s’il est bien socialisé dès son plus jeune âge, pourra tout à fait cohabiter avec d’autres animaux. Mais là encore, au même titre que les enfants, l’instinct de regroupement et de troupeau pourrait parfois rendre difficile la cohabitation. Mais encore une fois, si ses instincts sont contrôlés, ils seront facilement adaptables et gérables au quotidien.

Robustesse : le Berger Australien Miniature est un chien plutôt solide et robuste, notamment grâce à son poil et sous-poil de qualité, qui le protège des intempéries.

Son histoire

Le Berger Australien Miniature, comme son nom l’indique, est la version miniature du Berger Australien. Toutefois, comme son nom ne l’indique pas, il n’est pas originaire d’Australie mais des États- Unis. On l’appelle donc aussi Berger d’Amérique du Nord, notamment pour qu’il puisse être présenté en compétition. En effet, s’il avait gardé son nom de Berger Australien Miniature, il n’aurait pas pu concourir puisqu’un chien ne peut pas être présenté en compétition si son nom est associé à celui d’une autre race.

Le Berger Australien Miniature est le fruit de plusieurs croisements de Bergers Australiens de petite taille. L’évolution et le développement de cette race de petits Bergers Australiens a été initié par une femme Californienne dans les années 60.

Son caractère

Le Berger Australien Miniature se différencie de son « parent » le Berger Australien principalement par sa taille, son tempérament reste similaire : il est intelligent, obéissant, très joueur et actif. Très attaché à son maître et à son groupe social de manière générale, le Berger Australien Miniature sera le parfait chien de compagnie pour des maîtres souhaitant avoir un Berger Australien sans « l’inconvénient » de sa taille.

Son éducation

Le Berger Australien Miniature est un chien très intelligent qui ne sera pas difficile à éduquer. De plus, son tempérament plus calme que son proche parent un peu plus volumineux l’aide à se concentrer davantage et rester focus plus longtemps lors des séances de travail.

L’éducation devra être proposée dès le plus jeune âge du Berger Australien Miniature afin qu’il ne prenne tout de même pas trop de mauvaises habitudes. Il faudra notamment travailler le rappel et le renoncement principalement pour pouvoir contrôler ses instincts s’ils se développent de manière trop excessive.

L’éducation devra être ferme mais jamais violente car, comme beaucoup de chiens de berger, le Berger Australien Miniature peut être un chien sensible et vite trouver des failles pour ne pas collaborer avec un maître incohérent ou non bienveillant.

Il faudra toujours privilégier la coopération plutôt que l’éducation par la crainte, dans tous les cas.

Ses éventuels problèmes de santé

Pour le Berger Australien Miniature, il faudra veiller notamment aux éventuels problèmes de dysplasie de la hancheet dysplasie du coude ou encore à certaines maladies oculaires.

De plus, le Berger Australien Miniature étant apparenté à la famille du Colley, il est également important de faire le test du gène MDR1. Ce test permet de déceler une éventuelle anomalie génétique dans ce gène. Si le gène MDR1 n’est pas fonctionnel, il faudra veiller à ne pas lui donner n’importe quel médicament qui peuvent être toxiques voire mortels.

BERGER BELGE GROENENDAEL

berger belge Groenendael

Le Berger Belge Groenendael est comme son nom l’indique un chien de berger initialement, il est donc à la fois très intelligent et actif. Il aura besoin de maîtres pouvant lui accorder énormément de temps afin de le dépenser tant physiquement que mentalement, au quotidien.

Sa fiche d'identité

Nom : Berger Belge Groenendael.

Groupe : Groupe n°1 : Chiens de berger et de Bouvier (sauf chiens de bouvier suisse). - Section n°1 : Chiens de berger. Avec épreuve de travail.

Hauteur au garrot : entre 60 et 66 cm pour les mâles et entre 56 et 62 cm pour les femelles.

Poids : entre 28 et 30 kg pour les mâles et entre 20 et 25 kg pour les femelles.

Couleur : Le Groenendael ne peut qu’être noir !

Poil : le poil du Berger Belge Groenendael est long et lisse sur l’ensemble de son corps sauf sur la tête et le bas des membres. Son poil est dense et serré et son sous-poil laineux.

Entretien du poil : ayant un poil long, il sera nécessaire de proposer un brossage régulier au Groenendael pour maintenir une bonne qualité de poil et surtout pour que son poil continue à le protéger des intempéries. On recommande un brossage hebdomadaire, voire quotidien lors des périodes de mues.

Corps : puissant sans lourdeur.

Tête : la tête du Groenendael est longue, fine et portée haut. Son stop est modérément marqué.

Yeux : les yeux du Berger Belge Groenendael sont en forme d’amandes, de taille moyenne et de couleur allant du brun au foncé.

Oreilles : les oreilles du Groenendael sont en forme triangulaire, plutôt petites et attachées haut. Elles se terminent en pointes et sont bien dressées sur la tête lorsque le chien est attentif.

Queue : la queue du Groenendael est de longueur moyenne. Elle pend au repos et est légèrement relevée lorsque le chien est en action.

Espérance de vie : environ 11 ans.

Besoin de dépenses : important.

Note : le Berger Belge Groenendael est un vrai chien de travail qui a énormément besoin de dépense et de stimulations physiques et mentales pour pouvoir être bien dans ses pattes.

Activités possibles : grandes balades, cani-vtt, cani-cross, cani-trottinette, agility, obé-rythmée, pistage, etc.

Vie en appartement : possible.

Note : le Berger Belge Groenendael peut tout à fait vivre en appartement si ses besoins sont bien comblés par ses maîtres et qu’il ne reste pas toute la journée tout seul sans occupation, sans quoi il deviendra fou et développera des troubles du comportement pouvant être très contraignants au quotidien.

Et dans tous les cas, même en vivant dans une maison avec jardin, le Groenendael ne sera pas heureux s’il n’est jamais promené et/ou stimulé physiquement et surtout mentalement.

En clair, appartement ou maison : peu importe tant que le Berger Belge Groenendael est suffisamment dépensé.

Compatibilité avec les enfants : possible.

Note :  si des règles de vie sont instaurées à la maison, et surtout que chacun les respectent (notamment les enfants), la présence du Groenendael au sein de la famille ne posera aucun problème.

De plus, le Berger Belge Groenendael est un chien très joueur et actif, il conviendra parfaitement à de « grands enfants » qui sauront arrêter la séance de jeu avant une trop forte excitation par exemple. 

Coût d'acquisition : il faudra compter entre 500 et 1000€ pour adopter un Berger Belge Groenendael en élevage.

Budget mensuel : il faudra compter en moyenne 30€/mois pour subvenir aux besoins du Berger Belge Groenendael.

Cohabitation avec les autres animaux : possible.

Note : le Berge Belge Groenendael pourra tout à fait cohabiter avec d’autres animaux, seulement si une bonne socialisation est proposée, et ce dès le plus jeune âge du chien.

Un Groenendael mâle entier pourrait se montrer rapidement dominant vis à vis de certains de ses congénères mâles, il faut donc être vigilant.

Robustesse : grâce à son pelage de qualité, le Berger Belge Groenendael est plutôt résistant et solide, notamment face aux intempéries.

Son histoire

Le Berger Belge Groenendael, comme son nom l’indique, est originaire de Belgique et plus particulièrement d’un petit village belge dont il porte le nom. La race fut créée en 1879 à partir d’un croisement entre un chien de troupeau et une chienne aux poils noirs et longs. Comme ses cousins Belges les Bergers Malinois, Tervueren ou Laekenois, le Groenendael fut reconnu officiellement par la FCI en 1956.

Son caractère

Le Berger Belge Groenendael est un chien très polyvalent : aussi bon au troupeau qu’en tant que chien de garde ou encore simplement en tant que chien de compagnie. Il est très intelligent, particulièrement attaché à son groupe social qu’il aura à cœur de protéger de toute intrusion suspecte.

Son éducation

Le Berger Belge Groenendael étant un chien très intelligent, son éducation devra l’être également. Ainsi, des bases éducatives dès le plus jeune âge du chiot seront nécessaires et elles devront être inculquées de manière ferme mais sans jamais aucune violence ni brutalité bien entendu.

Le Berger Belge Groenendael étant très joueur, l’éducation pourra se faire à travers le jeu pour rendre les séances de travail à la fois ludiques et éducatives.

Ses éventuels problèmes de santé

On veillera aux éventuelles problèmes de dysplasie de la hanche ou dysplasie du coude, comme pour beaucoup de grands chiens, mais de manière générale, le Groenendael ne présente pas de problèmes de santé particuliers.

 

BERGER BELGE LAEKENOIS

berger belge laekenois

Le Berger Belge Laekenois fait partie de la grande famille des bergers belges, composée également du Malinois, du Tervueren et du Groenendael. Un seul standard officiel décrit le Berger Belge mais quelques nuances sont apportées entre les 4 variétés, notamment concernant le poil. Le Laekenois est la variété la plus ancienne des Bergers Belges et reste très peu répandue sur l’hexagone.

Sa fiche d'identité

Noms : Berger Belge Laekenois, Laekenois, Berger Belge.

Groupe : Groupe n°1 : Chiens de berger et de bouvier sauf chiens de bouvier suisses. – Section n°1 : Chiens de berger avec épreuve de travail.

Taille (hauteur au garrot) : entre 60 et 66 cm pour les mâles et entre 56 et 62 cm pour les femelles.

Poids : entre 25 et 30 kg pour les mâles et entre 20 et 25 kg pour les femelles.

Couleur : pour le Berger Belge Laekenois, seule la couleur fauve avec quelques traces de charbonné (sur le museau et la queue) est autorisée. Toutefois, le blanc est toléré sur le portail et au niveau des doigts.

Corps : puissant, il est relativement court mais tout en muscles.

Poil : quelque soit la variété du Berger Belge, son pelage doit être dense, serré avec un sous-poil laineux. Le Berger Belge Laekenois est d’une variété à poil dur. Son poil doit être rude et sec pour apporter le côté crissant et ébouriffé de la robe.

Entretien du poil : aucun toilettage n’est nécessaire pour ce chien au poil dur. Un brossage hebdomadaire suffira à éliminer les poils morts. Lors des mues, ces brossages devront être plus réguliers.

Tête : portée haute, la tête du Berger Belge Laekenois est ciselée et sèche. Le crâne est de taille moyenne et le stop est modérément marqué.

Yeux : de taille moyenne, en légère forme d’amande et de couleur brunâtre, les yeux doivent de préférence être foncés.

Oreilles : de petite taille, les oreilles sont attachées haut avec une apparence triangulaire. Elles sont rigides, portées droites et à la verticale quand le chien est attentif.

Queue : forte à la base, de longueur moyenne, elle atteint le jarret, voire le dépasse. Elle est portée pendante lorsque le Berger Belge Laekenois est au repos et recourbée lorsque le chien est en action, sans pour autant dépasser la ligne du dos.

Espérance de vie : environ 12 ans.

Besoin de dépenses : important.

Note : à l’instar de ses cousins Bergers Belges, le Laekenois est un amoureux du travail et de l’exercice. Il ne sera bien dans ses pattes que s’il a une mission à remplir. L’ennui est le pire ennemi de ce chien qui pourra devenir un animal très dangereux s’il n’est pas comblé en termes de dépense (physique, mentale, olfactive et sociale).

Même s’il est un parfait chien de compagnie, sa vie ne doit pas se résumer à attendre le retour de ses maîtres toute la journée pour ensuite faire un simple tour dans le jardin ou dans le quartier pour faire ses besoins.

Ce chien a besoin de dépenses intenses et d’activités qui aient du sens pour lui et qui le stimulent tant physiquement que mentalement. Et il ne sera clairement pas compliqué de trouver une activité à faire avec ce chien, il excelle dans presque tous les domaines si tant est que l’investissement soit totale.

Activités possibles : grandes balades, pistage, ring, obé-rythmée, obédience, treibball, agility, flyball, etc.

Vie en appartement : possible.

Note : vivre en appartement n’est pas impossible pour le Berger Belge Laekenois, toutefois, une vie en maison avec jardin sera plus adaptée. Cependant, qu’il vive en appartement ou en maison ne change rien tant qu’il est dépensé tous les jours, pendant plusieurs heures, par le biais d’activités sportives intenses.

De simples balades ne lui suffiront pas, il aura besoin d’être stimulé quotidiennement, qu’il habite en ville ou à la campagne. S’il vit en appartement, attention tout de même au fort instinct de garde de ce chien qui pourrait rapidement déranger les voisins.

Compatibilité avec les enfants : possible.

Note : le Berger Belge Laekenois peut apprécier les enfants, même jouer avec eux, mais une socialisation devra être faite dès son plus jeune âge et de précieuses règles de vie à la maison devront être proposées pour garantir une cohabitation harmonieuse et sécurisée.

Cout d'acquisition : il faut compter en moyenne 800€ pour adopter un Berger Belge Laekenois LOF.

Budget mensuel : il faudra compter en moyenne 40€/mois pour subvenir aux besoins du Berger Belge Laekenois.

Cohabitation avec les autres animaux : possible.

Note : une important socialisation devra être mise en place, que ce soit avec ses congénères comme avec d’autres espèces pour permettre à ce chien de pouvoir cohabiter et/ou tolérer sans problème la présence d’autres animaux.

Robustesse : ce Berger Belge est robuste et résistant, notamment grâce à son poil double qui lui confère une bonne protection face aux intempéries.

Son histoire

Le Berger Belge Laekenois est la variété la plus ancienne du Berger Belge. C’était le chien préféré de la reine Marie-Henriette à la fin du 19ème siècle. Son nom est une référence au château de Laeken, situé au nord de Bruxelles. En dehors de son pays natal, le Laekenois n’est malheureusement que très peu représenté. C’est en 1956 qu’il entre officiellement, selon la FCI, dans la famille des Bergers Belges.

Son caractère

Le Berger Belge est décrit comme étant un chien vigilant, actif et débordant d’énergie et de vitalité. Très gardien, dans un premier temps des troupeaux, il est aujourd’hui un excellent (si ce n’est le meilleur) chien de garde et de défense de son maître. Il est particulièrement polyvalent et peut exceller dans de très nombreux domaines.

Le Berger Belge Laekenois n’est pas l'exception qui confirme la règle de sa catégorie, il est lui aussi actif, passionné et très attaché à son maître, qu’il protégera avec un grand courage.

C’est un chien qui peut se montrer tant hardi que calme, il est très équilibré, ce qui fait de lui un chien de compagnie très agréable si tous ses besoins sont comblés.

Son éducation

Comme les autres variétés de Berger belge, le Laekenois ne déroge pas à la règle, il est très sensible est nécessite une éducation à la fois ferme et emprunte de douceur. L’expression « une main de fer dans un gant de velours » sciait on ne peut mieux à ce toutou.

L’éducation doit surtout être précoce, cohérente, assidue et continue. Le Berger Belge Laekenois n’est pas fait pour les novices qui pourraient rapidement se laisser dépasser par ce chien puissant et alerte.

Si le climat est bon et qu’un respect mutuel domine dans la relation maître-chien, le Laekenois se montrera alors coopératif, volontaire et docile. Comme tout bon chien de travail, il sera agréable d’interagir avec lui.

Ses éventuels problèmes de santé

Le Berger Belge Laekenois est rarement malade. Toutefois, il peut souffrir de dysplasie de la hanche ou de dysplasie du coude. Étant très actif, il peut également être sujet à des retournements d’estomac s’il ne reste pas tranquille avant et après chaque repas. Autrement, il ne présente pas de pathologies particulières.

BERGER BELGE TERVUEREN

berger belge tervueren

Le Berger Belge Tervueren fait partie des 4 variétés de Berger Belge. C’est un chien très intelligent qui sera le compagnon idéal d’un maître dynamique et sportif mais également un parfait chien de travail pour les nombreux domaines dans lesquels il excelle !

Sa fiche d'identité

Noms : Berger Belge Tervueren, Belgian Shepherd Tervueren, Tervurense.

Groupe : Groupe n°1 : Chiens de berger et de Bouvier (sauf chiens de bouvier suisse). - Section n°1 : Chiens de berger. Avec épreuve de travail.

Hauteur au garrot : entre 60 et 66 cm pour les mâles et entre 56 et 62 cm pour les femelles.

Poids : entre 25 et 30 kg pour les mâles et entre 20 et 25 kg pour les femelles.

Couleur : le Berger Belge Tervueren a la robe fauve charbonnée voire gris charbonnée avec des extrémités noires et un masque noir prononcé sur la tête allant des babines aux paupières.

Poil : le poil du Berger Belge Tervueren est long, très abondant autour du cou, à l’arrière des cuisses, sur la queue et sur le poitrail. Son poil est dense et serré avec un sous-poil laineux.

Entretien du poil : le Berger Belge Tervueren perd beaucoup de poils lors de ses 2 mues annuelles. L’entretien ne sera cependant pas compliqué le reste du temps. Il ne faudra pas le toiletter trop souvent pour qu’il ne perde pas sa couche de sébum qui le protège. Un brossage hebdomadaire sera nécessaire pour maintenir la qualité de son poil et surtout afin que son pelage garde son utilité protectrice.

Corps : puissant sans lourdeur.

Tête : la tête du Berger Belge Tervueren est longue avec un museau fin. Le stop est modérément marqué, le front est plat et les joues sèches.

Yeux : les yeux du Berger Belge Tervueren sont en forme d’amande, de taille moyenne et de couleur brunâtre.

Oreilles : les oreilles du Berger Belge Tervueren sont en forme de triangle, de petite taille, attachées haut, dressées sur la tête avec les extrémités en pointes.

Queue : la queue du Berger Belge Tervueren est de taille moyenne, épaisse à la base. Portée pendue au repos et légèrement relevée lors le chien est actif.

Espérance de vie : environ 11 ans.

Besoin de dépenses : important.

Note : comme tout bon Berger Belge, le Tervueren a besoin d’énormément d’exercices quotidiens pour être bien dans ses pattes et surtout équilibré.

Il ne faudra pas seulement lui proposer une ou deux balades quotidiennes, il sera indispensable de le stimuler notamment mentalement pour qu’il puisse exprimer tout son potentiel mais surtout pour éviter l’apparition de troubles du comportement liés à un manque de dépense, voire pire, à de l’ennui.

Activités possibles : toutes les activités sportives seront les bienvenues : cani-cross, cani-vtt, cani-rando, etc. L’agility sera également une activité que le Tervueren appréciera particulièrement, l’obé-rythmée, le pistage, le treibball, etc.

Vie en appartement : possible.

Note : le Berger Belge Tervueren ne pourra vivre en appartement que si ses besoins de dépense sont comblés. Il ne sera pas envisageable de laisser un Berger Belge Tervueren dans un appartement toute la journée sans occupations ni stimulations régulières.

De même s’il a accès à un jardin, il pourra vite devenir fou s’il n’a pas la possibilité de se dépenser pleinement : physiquement, mentalement, socialement ou encore de manière olfactive et masticatoire.

Compatibilité avec les enfants : possible.

Note : le Beger Belege Tervueren pourra se montrer très patient face à des enfants, il sera donc tout à fait possible pour lui d’intégrer une famille composée d’enfants. Toutefois, il faudra mettre en place et respecter certaines règles de sécurité pour que la cohabitation soit sereine et surtout sécurisée.

Coût d'acquisition : il faudra compter en moyenne 800€ pour adopter une Berger Belge Tervueren.

Budget mensuel : il faudra compter en moyenne 40€/mois pour subvenir aux besoins du Berger Belge Tervueren, tout en lui proposant une alimentation de qualité.

Cohabitation avec les autres animaux : possible.

Note : le Berger Belge Tervueren pourra tout à fait cohabiter avec d’autres animaux. Toutefois, cela ne sera possible que s’il a bénéficié d’une bonne socialisation dès son plus jeune âge.

Robustesse : le Berger Belge Tervueren est un chien très résistant, notamment grâce à son pelage de qualité qui lui confère une bonne protection face aux températures extrêmes.

Son histoire

Originaire de Belgique, le Berger Belge Tervueren tient son nom de son village d’origine. Il fait partie des 4 variétés de Berger Belge : le Malinois, le Groenendael et le Laekenois. Le Berger Belge Tervueren serait issu d’un croisement entre le Groenendael et un chien de berger de couleur fauve. Initialement, ses capacités physiques et mentales étaient utilisées pour la garde et la protection de troupeaux. Désormais, le Berger Belge Tervueren excelle davantage dans les domaines de la sécurité ou de la recherche par exemple. la FCI reconnaît officiellement la race en 1956.

Son caractère

Le Berger Belge Tervueren est un excellent chien de travail mais également un parfait chien de compagnie s’il est au sein d’une famille dynamique et active pouvant répondre à ses nombreux besoins de dépense.

Il est affectueux, intelligent, loyal et dévoué à son groupe social.

Son éducation

Il sera très agréable d’éduquer un Berger Belge Tervueren car sa grande intelligence permettra d’aller très loin dans les différents apprentissages proposés.

Il faudra néanmoins faire preuve à la fois de fermeté et de cohérence, et ce dès l’arrivée du chiot/chien à la maison car un chien très intelligent peut tout autant l’être dans la coopération que dans la renonciation.

Ses éventuels problèmes de santé

Le Berger Belge Tervueren peut être confronté à des problèmes d’hyperthyroïdie, de dysplasie ou encore d’épilepsie.

 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BERGER BLANC SUISSE

berger blanc suisse

Le Berger Blanc Suisse, ce chien magnifique au poil d’un blanc immaculé est un chien plutôt robuste bien que pouvant se montrer sensible voire légèrement craintif à l’âge adulte. Très proche de ses maîtres, il devra être socialisé positivement un maximum durant les premiers mois de sa vie et il faudra également lui proposer une dépense mentale et physique suffisante.

Sa fiche d'identité

Noms : Berger Blanc Suisse, Berger Suisse, Berger Blanc, Berger Blanc Américain, BBS.

Groupe : Groupe n°1 : Chiens de berger et de bouvier (sauf chiens de bouvier suisses). - Section n°1 : Chiens de berger. Sans épreuve de travail.

Hauteur au garrot : entre 58 et 66 cm pour les mâles et  entre 53 et 61 cm pour les femelles.

Poids : entre 30 et 40 kg pour les mâles et  25 et 35 kg pour les femelles.

Couleur : comme son nom l’indique, le Berger Blanc Suisse est logiquement de couleur blanche.

Poil : le Berger Blanc Suisse peut avoir le poil mi long ou le poil long. Dans les deux cas le poil pourra être ondulé, mais jamais bouclé.

Entretien du poil : le Berger Blanc Suisse devra être brossé régulièrement et davantage en période de mue. Attention également aux croquettes contenant des carottes, cela peut rendre le poil légèrement orangé.

Corps : de taille moyenne, ce chien est solide et puissant. Son corps est de forme allongée et son profil est harmonieux et élégant.

Tête : la tête du Berger Blanc Suisse est puissante et proportionnelle au reste de son corps.

Yeux : le Berger Blanc Suisse à les yeux bruns à bruns foncés.

Oreilles : les oreilles du Berger Blanc Suisse sont bien dressées, triangulaires, allongées et légèrement arrondies aux extrémités.

Queue : la tête du Berger Blanc Suisse est puissante et proportionnelle au reste de son corps.

Espérance de vie : environ 13 ans.

Besoin de dépenses : important.

Note : le Berger Blanc Suisse est un chien relativement sensible dans son tempérament, mais il n’en reste pas moins un chien de travail qui aura logiquement une énergie importante. Il faudra donc le balader et le sortir tous les jours. De plus, lui proposer une activité physique ou sportive peut être une bonne idée pour renforcer votre relation, le socialiser et le dépenser suffisamment.

Activités possibles : activités de loisirs canins, pistage, agility, cani paddle, sport canin, cani-vtt, treibball, etc.

Vie en appartement : possible.

Note : le Berger Blanc Suisse peut vivre en appartement à condition d’être baladé suffisamment. Cette race étant relativement sensible, il sera important de le sortir un maximum dans différents environnements notamment la première année afin de le socialiser. donc que vous ayez un jardin ou non, votre chien devra absolument sortir tous les jours.

Compatibilité avec les enfants : possible.

Note : le Berger Blanc Suisse peut vivre avec des enfants, mais attention son tempérament parfois sensible qui demande un grand respect de la part des enfants.

Coût d'acquisition : entre 950 euros et 1500 euros.

Budget mensuel : entre 40 et 70 euros.

Cohabitation avec les autres animaux : possible.

Note : le Berger Blanc Suisse peut vivre avec d’autres animaux s’il a été habitué à leur présence dès le plus jeune âge et ce positivement.

Robustesse : le Berger Blanc Suisse est un chien plutôt robuste physiquement.

Son histoire

A l’origine, le Berger Blanc Suisse est issue du Berger Allemand. Les bergers de couleur blanche étaient très répandus. Mais dès 1933, la couleur blanche fut interdite dans les standards du Berger Allemand. C’est alors que les Bergers Blanc auraient pu disparaître si des éleveurs nord-américains n’avaient pas continué à reproduire cette race, mais ce n’est qu’en 2003 que la FCI reconnaît officiellement la race du Berger Blanc Suisse.

Son caractère

Le Berger Blanc Suisse est un chien de travail, mais comme beaucoup de chiens de berger, son caractère peut être considéré comme “sensible”. Cela dépendra évidemment de la lignée et de la richesse de sa socialisation, mais le Berger Blanc Suisse est souvent très à l'aise avec ses maîtres et les personnes familières. Par contre, il peut se montrer plus “introverti” concernant les nouvelles situations ou personnes, notamment lorsqu’il aura atteint l’âge adulte.

Son éducation

L’éducation du Berger Blanc Suisse peut commencer à tout âge, même s’il est largement préférable de démarrer dès l’adoption afin de ne pas prendre de mauvaises habitudes. Un effort concernant sa socialisation devra être mis en place, les sorties et les rencontres positives avec un maximum d'environnements et de personnes différentes devront donc être favorisées. Au niveau des indications, la marche en laisse, le rappel et apprendre à son Berger Blanc Suisse à attendre et se calmer seront les principaux objectifs.

Ses éventuels problèmes de santé

Le Berger Blanc Suisse, comme beaucoup de races de chien, peut être sujet aux problèmes de dysplasies. Il peut également être sujet à une anomalie génétique appelée MDR1 qui rend la prise de certains médicaments dangereuse voire mortelle. A savoir qu’un test génétique peut être réalisé sur les parents afin de garantir une lignée la plus robuste possible.

Je reprend ou j'en suis restée...

 

BERGER D’ANATOLIE

berger d'anatolie

Le Berger d’Anatolie est un chien puissant et très intelligent. C’est un excellent chien de berger pour garder les troupeaux. Plutôt de nature indépendante, il sera toutefois fidèle et affectueux envers son groupe social.

Sa fiche d'identité

Noms : Berger d'Anatolie, Çoban Köpeği (chien de berger), Karabash, Chien de garde turc.

Groupe : Groupe n°2 : Chiens de type Pinscher et Schnauzer - Molossoïdes - Chiens de montagne et de bouvier suisses. – Section n°2.2 : Molossoïdes, type montagne. Sans épreuve de travail.

Hauteur au garrot : entre 74 et 81 cm pour les mâles et entre 71 et 79 cm pour les femelles.

Poids : entre 50 et 65 kg pour les mâles et entre 40 et 55 kg pour les femelles.

Couleurs : le Berger d’Anatolie est de couleur sable avec le museau plus foncé mais toutes les couleurs sont admises.

Poil : on observera deux catégories de poil pour le Berger d’Anatolie : le poil court ou le poil mi-long. Son poil est dense avec un sous-poil épais. De plus, la longueur du poil variera selon le climat (plus long en hiver).

Entretien du poil : le Berger d’Anatolie perd beaucoup ses poils, principalement pendant les deux périodes de mue annuelles. Le brossage doit être régulier (une fois par semaine) et quotidien lors des mues.

Corps : physique de « costaud » (robuste, athlétique et vigoureux). Le berger d'Anatolie est un chien musclé et puissant.

Tête : la tête du Berger d’Anatolie est à l’image du reste de son corps : forte et large ! Le stop est légèrement marqué.

Yeux : les yeux du Berger d’Anatolie sont petits proportionnellement à sa tête. Ils sont de couleur dorée pouvant aller jusqu’au marron (selon la couleur du poil).

Oreilles : de tailles moyennes, les oreilles du Berger d’Anatolie sont de forme triangulaire, arrondies à l’extrémité. Plutôt tombantes, elle se relèvent toutefois lors des phases d’attention du chien.

Queue : la queue du Berger d’Anatolie est longue, attachée relativement haut. Au repos, sa queue est tombante et légèrement recourbée sur la pointe alors qu’en action, la queue du Berger d’Anatolie s’enroule sur le dos.

Espérance de vie : environ 13 ans.

Besoin de dépenses : important.

Note : le Berger d’Anatolie a besoin d’énormément d’exercices, qu’ils soient physiques ou intellectuels, et ce quotidiennement. Surtout si le Berger d’Anatolie ne « travaille pas » auprès d’un berger, il faudra redoubler de temps et d’imagination pour lui permettre d’être stimulé physiquement et surtout mentalement.

On fera toutefois attention aux exercices physiques trop intenses car le Berger d’Anatolie reste un chien de grande taille qui pourrait donc avoir des problèmes d’articulations si celles-ci ne sont pas un minimum préservées.

Activités possibles : de grandes balades, treibball, pistage, obé-rythmée, etc.

Vie en appartement : déconseillé.

Note : cela dépendra bien entendu de la taille de l’appartement, mais le Berger d’Anatolie étant un grand chien, sa taille pourrait ne pas être compatible avec une vie en appartement.

Par ailleurs, qu’il ait accès à un jardin ou non, le Berger d’Anatolie devra obligatoirement être longuement promené minimum 2 fois par jour, en dehors de son jardin.

Compatibilité avec les enfants : possible.

Note : la cohabitation sera possible, seulement si les parents font preuve de bon sens et instaurent des règles de vie à la maison, qu’elles soient pour le chien mais aussi pour les enfants.

Il faudra bien entendu être vigilant aux différents contacts qui pourront s’avérer parfois maladroits de la part du Berger d’Anatolie, simplement du fait de sa grande taille.

Cout d'acquisition : il faudra compter en moyenne 1000€ pour adopter un Berger d’Anatolie en élevage.

Budget mensuel : qui dit grand chien dit grand budget. Il faudra compter en moyenne 70€/mois pour subvenir aux besoins du Berger d’Anatolie en lui proposant une alimentation de qualité.

Cohabitation avec les autres animaux : possible.

Note : une socialisation devra être amorcée dès le plus jeune âge du Berger d’Anatolie pour qu’il puisse vivre sereinement avec d’autres animaux, de son espèce ou non car son instinct de protection pourrait le pousser à être virulent lors de l’introduction d’autres individus dans son groupe.

Robustesse : le Berger d’Anatolie est un chien très robuste. C’est d’ailleurs en partie pour cela qu’il avait été initialement sélectionné pour le travail car il a une forte résistance, que ce soit à la chaleur ou aux  périodes de froid extrême.

Son histoire

Le Berger d’Anatolie est originaire de Turquie (anciennement appelé Anatolie). C’est une race très ancienne, destinée à la garde de troupeau. Toutefois le Berger d’Anatolie descend très probablement de grands et forts chiens de chasse qui venaient de Mésopotamie. La race fut reconnue officiellement par la FCI en 1989.

Son caractère

Le Berger d’Anatolie est un chien aussi fort qu’attachant. Il est affectueux et très fidèle à son groupe social, malgré son côté parfois très indépendant et têtu. Son instinct de protection développé et sa sélection pour la garde de troupeau le pousse à être plutôt méfiant lorsque des étrangers l’approchent.

Son éducation

Le Berger d’Anatolie est un chien très intelligent, il sera donc un animal agréable à éduquer. Toutefois, ses côtés indépendant et têtu constitueront parfois un blocage, il faudra donc faire preuve de fermeté (sans violence), et surtout ne rien lâcher.

Le tout sera de trouver l’harmonie parfaite dans la relation maître chien en répondant correctement à tous ses besoins, en ayant une attitude adaptée et en fixant certaines limites à la maison afin que l’éducation n’en soit qu’enrichit.

Ses éventuels problèmes de santé

Le Berger d’Anatolie, comme de nombreux autres chiens de gabarit similaire, pourrait avoir des problèmes de dysplasie de la hanche et aussi de dysplasie du coude, il sera donc important de surveiller ces points.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Hé ben j'ai l'impression qu'on a retrouvé "nos races"! :top:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 9 heures, caninours a dit :

Hé ben j'ai l'impression qu'on a retrouvé "nos races"! :top:

+1 ;-)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BERGER D’ASIE CENTRALE

Race-Chien-Berger-d-Asie-centrale.jpg

Le Berger d’Asie Centrale est un vrai molosse, un chien fort, résistant et équilibré. Initialement utilisé pour protéger les troupeaux des nomades ainsi que leurs demeures, ce chien est un gardien hors du commun qu’il faudra savoir cadrer pour ne pas se laisser dépasser.

Sa fiche d'identité

Noms : Berger d'Asie centrale, Ovtcharka d'Asie centrale.

Groupe : Groupe n°2 : Chiens du type Pinscher et Schnauzer – Molossoïdes – Chiens de Montagne et de bouvier suisses. – Section n°2.2 : Molossoïdes/type montagne. Sans épreuve de travail.

Hauteur au garrot : le Berger d’Asie Centrale mâle mesure minimum 70 cm et la femelle au minimum 65 cm.

Poids : minimum 50 kg pour les mâles et minimum 40 kg pour les femelles.

Couleur : le Berger d’Asie Centrale peut être de toutes les couleurs sauf bleu ou marron.

Poil : le poil du Berger d’Asie Centrale est abondant avec un sous-poil important. Le poil peut être court (minimum 3 cm) ou plus long (jusqu’à 10 cm). Une crinière est formée sur le cou et des franges sont présentes notamment derrière les oreilles du Berger d’Asie Centrale. Sur la tête, le poil est court et dense.

Entretien du poil : l’entretien du poil du Berger d’Asie Centrale doit être régulier, mais ne sera pas difficile : une à deux fois par semaine et tous les jours en période de mue.

Corps : de construction harmonieuse, de grande taille et imposant.

Tête : la tête du Berger d’Asie Centrale est massive, plutôt proportionnelle au reste du corps de l’animal. Le stop est légèrement marqué. Son crâne est haut, plat et long et son front est plat.

Yeux : les yeux du Berger d’Asie Centrale sont de taille moyenne, de forme ovale et bien espacés l’un de l’autre. La couleur des yeux ira de brun à noisette, le but étant que la couleur soit la plus foncée possible.

Oreilles : les oreilles du Berger d’Asie Centrale sont de taille moyenne et de forme triangulaire. Elles sont attachées bas et pendent le long des joues du chien. Dans son pays d’origine, la coupe traditionnelle des oreilles est toujours pratiquées (ce qui le rend d’ailleurs semblable à un ours).

Queue : la queue du Berger d’Asie Centrale est bien fournie en poils. Elle est portée assez haute mais jamais enroulée sur le dos. Dans son pays d’origine, la coupe de la queue est également encore pratiquée.

Espérance de vie : environ 13/14 ans.

Besoin de dépenses : important.

Note : le Berger d’Asie Centrale est un chien qui aura besoin de beaucoup d’exercices pour être bien dans ses pattes. Il devra à la fois être sorti régulièrement dans la journée (en dehors de son jardin), mais aussi être stimulé mentalement et de manière olfactive pour être totalement épanoui.

Activités possibles : grandes balades, obé-rythmée adaptée, pistage, etc.

Vie en appartement : possible.

Note : même si la vie en appartement est tout à fait possible pour le Berger d’Asie Centrale, qui saura s’adapter à un environnement citadin (seulement s’il est sorti plusieurs fois par jour, qu’il est promené dans de vastes espaces où il peut courir à sa guise et qu’il ne reste pas seul toute la journée dans un appartement, bien entendu), il faudra tout de même prendre en considération sa grande taille, car elle pourrait rapidement devenir un frein quant à une éventuelle cohabitation en appartement.

Compatibilité avec les enfants : possible.

Note : le Berger d’Asie Centrale étant un chien équilibré, la cohabitation avec des enfants pourra, de ce fait, être envisagée.

Toutefois, il faudra mettre en place des règles strictes et les respecter fermement pour que la cohabitation soit saine et surtout sécurisée. N’oublions pas que le Berger d’Asie Centrale est un chien de très grand gabarit.

Coût d'acquisition : il faudra compter en moyenne 1000€ pour adopter un Berger d’Asie Centrale en élevage.

Budget mensuel : il faudra compter environ 60€/mois pour subvenir aux besoins du Berger d’Asie Centrale tout en lui proposant une alimentation de qualité.

Cohabitation avec les autres animaux : possible.

Note : le Berger d’Asie Centrale ne pourra cohabiter avec d’autres animaux que si une bonne socialisation est proposée dès son plus jeune âge.

Puisqu’il a un instinct de garde très marqué, il est important de lui faire rencontrer dès son plus jeune âge diverses personnes, divers animaux, diverses situations, environnements, etc.

Robustesse : le Berger d’Asie Centrale est chien très résistant de par sa sélection naturelle, son pelage de qualité et sa détermination.

Son histoire

Le Berger d’Asie Centrale, originaire de Russie, est une race très ancienne qui s’est développée naturellement, sur plus de quatre mille ans, sur un vaste territoire allant de la mer Caspienne à la Chine et jusqu’au sud de l’Afghanistan. Ses ancêtres sont d’anciens chiens du Tibet ou encore des chiens proches physiquement du Berger de Mongolie et du Mastiff du Tibet. Le Berger d’Asie Centrale était initialement utilisé pour protéger les troupeaux ainsi que les habitations des maîtres. La FCI reconnaît officiellement la race en 1989.

Son caractère

Le Berger d’Asie Centrale est un animal confiant, assez sûr de lui mais néanmoins très équilibré. Plutôt fier, indépendant et courageux, il connaît son travail et sait où il doit être et ce qu’il doit faire. Il n’hésitera, bien entendu, jamais à protéger son groupe social et aura donc un instinct de garde très développé, qu’il faudra savoir contrôler.

Son éducation

Une éducation ferme sera nécessaire pour contrôler le Berger d’Asie Centrale. Mais attention, fermeté ne signifie pas violence ! La violence n’aboutira à rien avec ce grand molosse ! Mieux vaut miser sur une relation basée sur de la coopération plutôt que sur une quelconque dualité.

Étant donné sa grande taille et son poids adulte important, il est bien évidemment recommandé de travailler le plus tôt possible la marche en laisse sans tirer, pour ne pas avoir à faire drapeau derrière son chien à chaque balade, et pour d’évidentes raisons de sécurité également.

Vous l’aurez compris, malgré son tempérament calme et son attitude équilibrée, ce chien n’est pas à mettre entre les mains de n’importe qui, il est important que les maîtres soient déjà conscients du travail à fournir et des conséquences de la « non-éducation » d’un tel chien.

Ses éventuels problèmes de santé

Le Berger d’Asie Centrale ne présente pas de prédispositions particulières à certaines maladies.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BERGER D’ISLANDE

Race-Berger-Islandais.jpg

Le Berger d’Islande est un chien rustique, amical, joueur et très vif qui saura faire le bonheur d’un berger pour la conduite de troupeau mais aussi d’une famille souhaitant accueillir un chien actif et dynamique de compagnie.

Sa fiche d'identité

Noms : Berger d'Islande, Berger Islandais, Chien de Berger Islandais, Chien d'Islande, Islenskur Fjárhundur.

Groupe : Groupe n°5 : Chiens de type Spitz et de type primitif. – Section n°3 : Chiens nordiques de garde et de berger. Sans épreuve de travail.

Hauteur au garrot : environ 46 cm pour les mâles et environ 42 cm pour les femelles.

Poids : le Berger d’Islande mâle ou femelle pèse entre 9 et 14 kg.

Couleur : le Berger d’Islande peut être de nombreuses couleurs mais une seule couleur doit toujours dominer : Fauve (allant du crème au brun), chocolat, gris ou noir. La couleur dominante est accompagnée de marques blanches. Pour les sujets fauves ou gris, un masque noir apparaît ainsi que des nuances noires sur l’extrémité des poils.

Poil : le poil du Berger d’Islande peut être court ou mi-long. Le poil de couverture est plus ou moins long selon la variété et de texture assez rude. Le sous-poil est dense et doux.

Entretien du poil : l’entretien du poil du Berger d'Islande devra être hebdomadaire, voire quotidien pendant les deux périodes de mue.

Corps : harmonieux, vigoureux, et bien proportionné. Possède les mêmes caractéristiques physiques que le spitz nordique hormis sa taille qui est sensiblement inférieure.

Tête : la tête du Berger d’Islande est de forme triangulaire et possède une ossature forte. Le crâne forme un léger dôme et le stop est marqué sans exagération.

Yeux : les yeux du Berger d'Islande sont de taille moyenne, en forme d’amande et de couleur brun foncé.

Oreilles : les oreilles du Berger d’Islande sont de taille moyenne, de forme triangulaire et très représentatives de l’humeur du chien.

Queue : la queue du Berger d’Islande est attachée haut et s’enroule sur le dos.

Espérance de vie : environ 12 ans.

Besoin de dépenses : important.

Note : le Berger d’Islande est avant tout un chien de travail, même s’il est davantage considéré actuellement comme chien de compagnie. Toutefois, chien de compagnie ne signifie pas chien n’ayant pas besoin d’être stimulé.

Le Berger d’Islande aura besoin de stimulations mentales régulières et de sorties quotidiennes pour être bien dans ses pattes.

Activités possibles : grandes balades, treibball, pistage, obé-rythmée, agility, etc.

Vie en appartement : déconseillé.

Note : le Berger d’Islande n’est pas vraiment un chien de la ville mais pourra néanmoins s’adapter à cet environnement si ses besoins sont respectés et comblés.

Toutefois, un environnement rural lui sera bien plus adapté.

Compatibilité avec les enfants : possible.

Note : le Berger d’Islande est un chien très doux et amical qui pourra très bien s’entendre avec les enfants. Il pourra également être un joyeux compagnon de jeu.

Toutefois, comme pour n’importe quel chien, des règles de vie à la maison devront être mises en place et surtout respectées pour garantir une cohabitation saine et sécurisée.

Coût d'acquisition : il faudra compter en moyenne 1200€ pour adopter un Berger d'Islande en élevage.

Budget mensuel : il faudra compter environ 30€/mois pour subvenir aux besoins du Berger d'Islande tout en lui proposant une alimentation de qualité.

Cohabitation avec les autres animaux : possible.

Note : le Berger d’Islande est un chien équilibré, amical et sociable, surtout s’il est socialisé dès son plus jeune âge. Ce n’est, de plus, pas un chien qui ira au contact de manière virulente, très respectueux, il saura communiquer sans crainte ni agressivité.

Robustesse : le Berger d’Islande est un chien rustique, doté d’un pelage lui conférant une bonne protection contre les intempéries.

Son histoire

Le Berger d’Islande, originaire (comme son nom l’indique) d’Islande, était utilisé initialement pour gérer les troupeaux. Il y a débat sur ses ancêtres, certains évoquent le Buhund Norvégien et d’autres le Chien d’Ours de Carélie. En danger d’extinction à la fin du 19ème siècle, la race est aujourd’hui peu courante, certes, mais néanmoins sauvée. Le Berger d’Islande est davantage utilisé désormais comme chien de compagnie. La FCI reconnaît officiellement la race en 1972.

Son caractère

Le Berger d’Islande est un chien très vif et joyeux, il est joueur, curieux et rarement craintif. C’est un bon chien de berger qui, grâce à son intelligence et son aboiement, pourra aider le berger à conduire son troupeau. Il n’est absolument pas chasseur.

Son éducation

Le Berger d’Islande sera un chien très agréable à éduquer de par son entrain et son envie d’apprendre et de faire plaisir à son maître. Très joueur et intelligent, les séances d’éducation seront un plaisir autant pour le chien que pour son maître.

Il faudra néanmoins faire preuve de fermeté (sans violence bien entendu) et respecter les principes de l’éducation positive pour obtenir des résultats sur le long terme.

Ses éventuels problèmes de santé

Le Berger d’Islande ne connaît pas de prédispositions particulières à certaines maladies.



 
 
 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BERGER DE BERGAME

Race-Berger-de-Bergame.jpg

Le berger de Bergame tient ses origines d’Italie. Cousin du Briard, il se distingue par son poil spécifique en forme de nœud. C’est une race très appréciée pour la conduite des troupeaux car il est très équilibré psychologiquement. Toujours prêt à accepter un compliment, ou une caresse, mais aussi à recevoir un ordre et à l’exécuter, c’est un chien plein de bravoure. Il a l’âme d’un chien gentil et patient, mais il sera se montrer décisif si la situation l’exige !  Race qui a failli disparaître après la seconde guerre mondiale, mais qui a été sauvée grâce à quelques passionnés en réunissant des milliers de sujets, elle est très peu connue en France.

Sa fiche d'identité

Noms : Berger de Bergame, Cane de Pastore Bergamasco ou berger bergamasque.

Groupe : Groupe n°1 : Chiens de berger et de Bouvier (sauf chiens de bouvier suisse). - Section n°1 : Chiens de berger. Sans épreuve de travail.

Hauteur au garrot : 60 cm pour les mâles et 56 cm pour les femelles.

Poids : entre 32 et 38 kg pour les mâles et entre 26 et 32 kg pour les femelles.

Couleur : les couleurs passeront par toutes les nuances de gris qui puissent exister. Il peut être unicolore ou panaché. La robe peut être unicolore noire mais seulement si celle-ci est bien opaque. Ne sont admis des poils blancs que s’il y en a pas plus de ⅕ qui recouvre le corps du chien.

Poil : il se compose de fourrure et de laine particulièrement abondante à l'arrière du corps. La laine ne subit pas de changement saisonnier mais continue à pousser en longs filaments qui, s'ils ne sont pas brossés, forment des nœuds très consistants et imperméables. Le pelage s'épaissit avec l’âge.

Entretien du poil : l’entretien du poil va varier selon le stade de pousse. Une fois les dreadlocks formées, le poil ne nécessite pas d’entretien, juste de la vigilance afin d’être sûr que le chien n’est pas gêné dans ses déplacements.

Corps : le cou est fort, le dos est large, droit et levé. Le thorax est bien bombé, le ventre et les flancs sont relevés. La croupe est large, musclée et robuste.

Tête : la tête est bien proportionnée aux autres parties du corps, bien qu'elle puisse sembler plus grande en raison de l'abondance de la fourrure. Le stop est présent et légèrement marqué. Le crâne est aussi long que le museau.

Yeux : ils sont grands mais pas enfoncés dans leur orbite. Les bords de l’œil doivent être de couleur noire.

Oreilles : les oreilles du berger de Bergame sont attachées haut sur le crâne, et sont semi-tombantes. C’est-à-dire que les deux derniers tiers du pavillon sont tombants au repos.

Queue : la queue est grande et forte dès la racine. Elle s’amenuise vers l’extrémité. Une fois au repos elle peut atteindre les jarrets et est portée en sabre.

Espérance de vie : environ 13 ans.

Besoin de dépenses : important.

Note : le berger de Bergame est un chien de travail, qui a besoin d’activités stimulantes régulièrement. Un chien de travail non dépensé aura de mauvais comportements (destructions, souillures, aboiement intempestif, agression redirigée), car dépenser son énergie cumulée durant la journée fait partie de ses besoins vitaux. Un jardin ne pourra pas lui suffir, il lui faudra sortir tous les jours pour être bien dans sa tête !

Activités possibles : le berger de Bergame peut s’adonner aux activités de chien de troupeaux. Il peut également faire de l’obéissance, du treibball. C’est un sportif qui peut vous accompagner pour de la course à pied, ou même faire de longue randonnée en montagne.

Vie en appartement : possible.

Note : vivre dans un appartement pour un berger de Bergame ne posera pas de problème, si tous ses besoins sont comblés au quotidien. Il lui faut des sorties quotidiennes, de grandes promenades afin de ne pas avoir de troubles comportementaux (vocalises, destructions, souillures) une fois seul dans l’appartement.

Compatibilité avec les enfants : possible.

Note : le berger de Bergame est un excellent chien de famille, qui sera tolérant avec les enfants. Néanmoins, il reste un chien. Il faudra donc avoir des règles de sécurité à la maison, et apprendre aux enfants qu’il faut laisser le chien tranquille quand celui-ci dort ou mange. Les enfants ne devront pas aller à la confrontation avec le chien. Le chien devra avoir son endroit à lui pour pouvoir se reposer, évitez de partager le canapé et la chambre des enfants pour plus de clarté.

Coût d'acquisition : il faudra compter entre 1000 et 1800€ pour adopter un berger de Bergame.

Budget mensuel : environ 50 euros par mois.

Cohabitation avec les autres animaux : possible.

Note : le berger bergamasque est un chien qui peut facilement cohabiter avec des espèces différentes, si on l’a habitué dès tout petit et de façon bienveillante. L’éducation des chiots est donc indispensable, si on veut le faire cohabiter avec d’autres animaux comme le chat, des lapins ou encore des moutons.

Robustesse : chien rustique qui peut s’adapter à beaucoup de milieux différents.

Son histoire

Si le berger de Bergame est une race ancienne, on ne trouve pas beaucoup d’informations sur sa création. On peut toutefois trouver ses origines dans les Alpes italiennes, dans la région de Bergame, il y a 2000 ans. La race fut créée par les romains afin de garder, mais surtout de protéger leurs troupeaux de moutons face à la menace du loup. Les origines sont assez floues, mais on suppose que cette race fut obtenue avec des croisements de chiens de bergers français et bergers asiatiques.

Son caractère

Le berger de Bergame est un excellent gardien. Brave, il n’attend pas que l’inconnu rentre dans son espace pour se manifester. Il aboiera dès que la personne s’approchera de son jardin ou de sa porte. C’est un chien réfléchi qui ne part au front sans raison. Comme tout berger, il aime travailler. Il cherchera toujours à faire quelque chose. C’est un chien qui aime généralement le contact avec son maître, il ne faudra donc pas s’étonner s’il vient demander des caresses.

Son éducation

Son éducation devra jouer sur la douceur et la cohérence. C’est un chien sensible, qui pourra vite apprendre si on ne lui impose pas de force. Son éducation pourra commencer au plus tôt (2 mois) afin de faciliter l’apprentissage. Pour conserver l’harmonie dans le foyer, il faudra apprendre à coopérer au sein du couple maître chien. Les punitions corporelles et les menaces seront à proscrire de son éducation (comme pour n'importe quelle race), si on veut avoir un chien bien dans ses pattes.

Ses éventuels problèmes de santé

Aucun problème de santé à déclarer chez cette race. On ne peut que rester prudent au quotidien pour éviter le plus possible les désagréments.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×